CP – L’apartheid israélien n’est pas un jeu

Communiqué de presse 8 octobre 2015

Ce 8 octobre 2015, des militants palestiniens ont occupé la Grand place de Bruxelles pour dénoncer la tenue du match de foot Belgique-Israël, mais également l’attitude du Bourgmestre Yvan Mayeur concernant la libre expression de revendications légitimes.  (Attention, il faut parfois des accents mais ils ne se mettent pas ou sont peu visibles!)

Le 13 octobre prochain se tiendra à Bruxelles la rencontre Belgique-Israël dans le cadre des phases qualificatives de  l’Euro2016.  Alors que les violences des colons, la répression du peuple palestinien et les appels à la haine de ministres d’extrême droite israéliens se multiplient, la Belgique s’apprête à accueillir cette rencontre sportive, cache-misère de l’occupation  de la Palestine et de 67 ans de violations constantes du droit international par Israël.

Le football en Palestine représente à lui seul un bon exemple de ce que constitue la politique israélienne: destructions d’infrastructures sportives, emprisonnement et assassinats de joueurs palestiniens,  refus de la libre circulation des équipes palestiniennes et racisme anti-arabe débridé dans les équipes israéliennes.

Sous prétexte de séparer la politique et le sport, le silence de nos responsables politiques face à cette rencontre contribue à la dégradation de la situation sur place. Qu’en est-il du fair-play israélien? À Charleroi en juin dernier, les supporters de l’équipe du Beitar de Jérusalem saccageaient une partie du stade de foot. La veille, ils déambulaient dans les rues d’Amsterdam aux cris de “ morts aux Arabes”.

Par ailleurs, afin de sensibiliser les supporters belges aux droits du peuple palestinien, une action ludique autour d’un message constructif était programmée aux abords du stade Roi Baudouin ce 13 octobre . Notre demande, reçue favorablement par les forces de l’ordre, a été refusée par le bourgmestre de Bruxelles pour des raisons de dites de sécurité.  En Suisse, au Pays de Galles et ailleurs, des manifestations similaires ont pu avoir lieu en toute sécurité et avec un message de justice et de paix . Pas à Bruxelles. Ce refus du bourgmestre de Bruxelles -Ville s’ajoute à sa décision de ne pas prendre en compte des interpellations citoyennes concernant la tenue de ce match lors des précédents conseils communaux.

Les militants en faveur des droits du peuple palestinien ont voulu dénoncer le sort réservé aux joueurs palestiniens et également cette censure à la liberté d’expression encouragée par Monsieur Mayeur. Si ce match représente un danger pour la sécurité des supporters belges, c’est qu’il prouve la violence et la fascisation grandissante de la société israélienne qui met en danger Palestiniens ET Israéliens. Cette rencontre est également une honte pour ce que doit représenter le football international, vecteur d’humanité et d’ouverture.

Sur le terrain, l’apartheid israélien, que subissent quotidiennement des centaines de milliers de Palestiniens, n’a rien d’un jeu.

Carton rouge à Israël !

 

Top