50.000 unités de logement en préparation à Jérusalem-Est

Ce sont près de 50.000 nouveaux logements sont à divers stades de planification et d’approbation dans les quartiers de Jérusalem-delà de la Ligne Verte, selon un fonctionnaire de la planification. 

La plupart des unités de logement seront construites dans des colonies existantes, tandis qu’un petit nombre d’entre elles seront construites dans les quartiers arabes. Les plans pour environ 20.000 appartements sont déjà à un stade avancé d’approbation et de mise en œuvre, tandis que les plans pour le reste n’ont pas encore été soumis aux comités de planification.

Le plan de construction comprend les 1.600 logements qui ont été approuvés mardi pour la colonie ultra-orthodoxe de Jérusalem-Est de Ramat Shlomo. Si les plans de construction à Jérusalem-Est sont mis en œuvre, ils ne permettront pas de résoudre le conflit israélo-palestinien, a dit un militant de l’O.N.G. de gauche Ir Amim. « Le premier cercle, le plus explosif» de la construction à Jérusalem-Est se trouve dans la Vieille Ville », a déclaré Orly Noy de Ir Amim. « Le deuxième cercle est constitué des colonies idéologiques étant construites dans le cœur des quartiers palestiniens dans le bassin historique [c’est à dire la zone entre Sheikh Jarrah au Nord et Silwan au Sud ndt], et la troisième est l’expansion des quartiers existants à l’est de la ville. » « Dans son ensemble, la construction à Jérusalem-Est « déplacera Israël au-delà du point de non retour, en ce qui concerne une solution concertée au conflit israélo-palestinien » a-t-elle déclaré.

Pour les agents municipaux de la planification la seule direction dans laquelle Jérusalem peut croître est vers l’est. La municipalité a exclu de développement vers l’ouest après le projet controversé Safdie – un projet de construction massive prévue pour collines à l’ouest de la ville – a été abandonné il y a trois ans sous la pression de groupes environnementaux. La construction massive dans les vieux quartiers de Jérusalem a également été abandonnée, car elle se heurte à d’autres considérations : maintien de bâtiments peu élevés, préservation des bâtiments historiques, des rues et de la qualité de vie.

Les données d’Ir Amim montrent des plans de construction à un stade avancé à Gilo (3.000 unités de logement), Har Homa (1500), Pisgat Ze’ev (1500), Givat Hamatos (3500), Ramat (1200), Armon Hanetziv ( 600) et Neve Yaakov (450).

Plusieurs plans de construction ne sont pas très avancés à l’heure actuelle, y compris un plan pour construire 1300 unités de logement dans un quartier du sud de la ville. En outre, un plan visant à faire d’Atarot quartier un ultra-orthodoxe a été mis en veilleuse quand le maire Nir Barkat a décidé de revitaliser sa zone industrielle. L’État – sous la forme de l’Administration foncière israélienne et du ministère du Logement et de la construction – est le principal moteur de ces projets. Les entreprises privées et les organisations politiques – y compris les groupes de colons, qui construisent au milieu de quartiers palestiniens – mettent aussi en œuvre de tels projets. Ainsi, certains groupes de colons font des plans pour étendre la colonie de Maale Zeitim jusqu’à Ras al-Amoud, passant de 60 unités de logement à plus de 200.

11 mars 2010

D’après un article de Nir Hasson dans Haaretz

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Top