De violents raids israéliens dans Jérusalem-Est occupée font des dizaines de blessés

Article original d’Al Jazeera

Des dizaines de personnes ont été blessées et arrêtées lors de raids israéliens contre des Palestiniens à la Porte de Damas et dans les zones environnantes depuis lundi.

Pour la deuxième journée consécutive, les forces israéliennes ont violemment investi la porte de Damas et les rues avoisinantes de Jérusalem-Est occupée, à l’occasion de la fête nationale palestinienne célébrant l’anniversaire du prophète Mahomet.

Au moins 22 Palestiniens ont été blessés mardi et 25 arrêtés, selon les médias locaux. La majorité des personnes arrêtées étaient des mineurs.

Des images et des vidéos largement diffusées montrent que les forces israéliennes ont violemment arrêté et agressé des jeunes, hommes et femmes, lundi. Elles ont frappé des passants à coups de matraque, poursuivi des enfants et des familles, fait une descente dans la principale rue commerçante et tiré sans discernement des gaz lacrymogènes et des bombes sonores sur la foule. Ils ont également attaqué le personnel médical.

Lundi et mardi, des activités pour les familles et les enfants avaient lieu à la porte de Damas, l’un des rares espaces publics où les Palestiniens de la ville se rassemblent, pour célébrer l’anniversaire du Prophète.

La situation s’est visiblement aggravée dans la zone lundi soir lorsque les forces d’occupation israéliennes ont blessé au moins 49 Palestiniens et en ont arrêté 10, selon les médias locaux.

Selon les médias locaux, les travailleurs médicaux ont soigné lundi cinq blessures par balles en métal recouvertes de caoutchouc et 19 blessures par éclats de bombe sonore, ainsi que des dizaines de blessures dues à des agressions physiques.

Au moins deux journalistes locaux ont été violemment arrêtés alors qu’ils couvraient les événements.

Des arrestations ont eu lieu tous les jours et toutes les nuits à la Porte de Damas et dans les environs, alors que la colère des Palestiniens s’intensifie suite à la profanation de tombes dans un cimetière musulman historique près de la vieille ville, dont certaines parties sont en train d’être détruites pour en faire un parc national. La municipalité de Jérusalem, sous contrôle israélien, a commencé la dernière série de fouilles dans le cimetière le 10 octobre.

La situation s’est toutefois aggravée ces derniers jours, les forces israéliennes faisant violemment irruption et expulsant les Palestiniens des rares espaces publics dont ils disposent à Jérusalem-Est occupée, notamment la porte de Damas et la rue Salah al-Din.

“La porte de Damas, près de la vieille ville de Jérusalem, est un lieu où les jeunes Palestiniens aiment se rassembler le soir et se retrouver entre amis, mais depuis quelques mois, la police et les forces spéciales israéliennes les obligent violemment à se disperser pour laisser la place aux colons israéliens qui entrent dans la vieille ville”, a déclaré à Al Jazeera Jawad Siam, du centre Wadi Helweh, à Jérusalem-Est occupée, qui surveille les violences contre les Palestiniens.

Siam a déclaré que le centre a enregistré au cours des deux dernières semaines l’arrestation de plus de 82 mineurs, dont une grande partie de moins de 13 ans.

Des chiens policiers et une machine à “eau de putois” – qui pulvérise de l’eau sale difficile à enlever – ont également été déployés lors des expulsions forcées.

Les Palestiniens se rendent à la porte de Damas pour faire plus que socialiser, ils s’y rassemblent également dans le cadre d’une politique délibérée de défi à l’occupation israélienne et à ses lois et pratiques discriminatoires qui favorisent les colons juifs par rapport aux Palestiniens.

Siam a déclaré qu’un certain nombre de Palestiniens avaient également été arrêtés, agressés et interdits d’accès à l’enceinte de la mosquée Al-Aqsa, dans la vieille ville, pour avoir crié “Allahu Akbar” lorsque des colons israéliens sont entrés et ont commencé à prier dans l’enceinte du troisième site le plus sacré de l’Islam. Le mouvement des colons a violé un “accord de statu quo” entre l’occupation israélienne et l’autorité jordanienne du Waqf qui administre le complexe de la mosquée.

Deux policiers israéliens font l’objet d’une enquête du département des enquêtes de la police israélienne pour avoir utilisé une force inutile contre des Palestiniens.

Pas le droit de s’asseoir ici

La semaine dernière, Hussein al-Zeer, 20 ans, du quartier de Silwan à Jérusalem, était assis avec ses amis près de la porte de Damas pour profiter d’une soirée.

Il a raconté à Al Jazeera qu’une dizaine de membres de la police des frontières israélienne, armés de matraques, de bombes sonores et de grenades lacrymogènes, se sont précipités sur eux et leur ont ordonné de se disperser.

Ceux qui ont refusé de bouger ou qui ont filmé l’attaque ont été battus, certains ont été arrêtés.

“Ils étaient agressifs dès le début et ne nous ont même pas laissé une chance de partir. Ils m’ont frappé sur tout le corps avec le dos de la crosse de leurs fusils et avec leurs poings”, se souvient al-Zeer.

“Ils ont dit que nous n’avions pas le droit de nous asseoir ici et que si nous restions, nous serions arrêtés. Lorsque mon ami leur a demandé pourquoi nous ne pouvions pas nous asseoir ici, ils ont commencé à le frapper.

“Nous sommes partis, mais nous sommes revenus ensuite. Pourquoi seuls les colons juifs ont-ils le droit de s’asseoir et d’aller où ils veulent dans Jérusalem-Est occupée ?” a demandé al-Zeer.

“Pouvez-vous imaginer quel serait le tollé international si un ancien cimetière juif en Europe était profané pour faire place à un parc”, a déclaré Siam.

D’énormes disparités

Selon un rapport du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) publié en 2016 conjointement avec l’Autorité palestinienne (AP), les autorités israéliennes de Jérusalem n’allouent que 10 % de leur budget à Jérusalem-Est occupée, le reste allant à Jérusalem-Ouest.

“Il existe d’énormes disparités socio-économiques entre les deux zones, à tel point qu’elles pourraient être classées dans deux catégories de développement humain bien différentes”, indique le rapport.

En vertu du droit international, les colonies israéliennes et le transfert de colons en territoire occupé sont illégaux, et l’annexion officieuse de Jérusalem-Est a été déclarée nulle et non avenue par la résolution 478 du Conseil de sécurité des Nations unies.

“Les politiques discriminatoires à l’égard de la population palestinienne sont répandues”, indique le rapport du PNUD.

“Ces lois sont construites spécifiquement pour empêcher les Palestiniens de Jérusalem de développer une communauté unie, sûre et florissante, avec une identité, une culture et une économie fortes, fondées sur la cohésion sociale et communautaire.

“Au lieu de cela, un système de permis et de zonage discriminatoire, une loi sur la citoyenneté inéquitable, une autonomie municipale limitée, la construction de la barrière de séparation et des plans urbains d’exclusion, se sont combinés pour créer une zone de Jérusalem de plus en plus inhabitable.”

Une jeunesse enhardie

Le militant social et historien Ehab Jallad, de Jérusalem, a déclaré que le rassemblement des jeunes dans la vieille ville n’avait pas seulement pour but de socialiser et d’exercer leurs droits, mais qu’il s’agissait aussi d’une déclaration politique.

“Il s’agit pour cette génération de Palestiniens de prendre en main leur destin et de résister à la base, a déclaré Jallad à Al Jazeera.

“Ils mènent des actions non violentes et de désobéissance civile, montrant non seulement aux Israéliens mais aussi aux autres Palestiniens comment poursuivre la liberté tout en combattant l’occupation. Ils sont conscients de la judaïsation en cours de Jérusalem-Est au détriment de la population palestinienne.”

Siam, du centre Wadi Helweh, a déclaré que depuis l’assaut israélien sur Gaza en mai, les Palestiniens se sont enhardis.

“Les Israéliens ont perdu le contrôle de la situation et la génération actuelle, bien qu’elle soit prête à faire des compromis, ne se laissera pas intimider à nouveau. La prochaine génération ne sera pas aussi compromettante”, a déclaré Siam. “Nous avons vu en mai que nous étions capables de nous affirmer et de travailler à un avenir libre”.

Siam a expliqué que les Palestiniens résistent de différentes manières : Certains ont documenté les affrontements, d’autres ont pris part à des manifestations, tandis que d’autres ont jeté des pierres sur les soldats israéliens.

“Nous n’avons pas attendu que l’Europe ou les Américains nous disent quoi faire ou nous dictent comment nous devons nous comporter car nous sommes fatigués des comportements et des traitements biaisés en faveur d’Israël.

“Nous n’avons pas non plus attendu que le monde arabe ou nos concitoyens musulmans nous soutiennent. Au contraire, nous forgeons notre propre chemin selon nos propres conditions.”

Traduction : AFPS

Photo : Eye on Palestine

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Top