VoteForPalestine2024 : que pensent les Engagés ?

Les partis francophones ont répondu à un questionnaire en vue de faire connaitre leurs positions sur dix de nos demandes phares en vue des élections du 9 juin 2024.

Voici les réponses des Engagés :

Votre parti s’engage-t-il à promouvoir :
la reconnaissance de l’apartheid israélien ?
l’interdiction du commerce avec les colonies israéliennes ? X
l’exclusion des marchés publics des entreprises impliquées dans les colonies ? V
un embargo militaire intégral contre Israël ? V
la suspension des missions économiques régionales en Israël ?
le soutien du droit au boycott d’Israël ?
le soutien à la société civile palestinienne ?
le soutien à l’UNRWA ?
des sanctions contre Israël ? X
la suspension de l’accord d’association UE-Israël ? X

Votre parti s’engage-t-il à promouvoir la reconnaissance de l’apartheid israélien ?

/
Nous constatons avec inquiétude des cas de discriminations menées en Israël, tant sur son territoire que sur les territoires occupés. Nous sommes favorables à une documentation et une enquête sérieuse sur cette situation, y compris un rapport détaillé à l’Assemblée générale de l’ONU, et ce en vue de lutter efficacement contre tout type de discrimination et la qualification juridique à donner au regard du droit international. Mais en tout état de cause et immédiatement, comme nous le répétons avec force, le Hamas doit libérer les otages, un cessez-le-feu doit être décrété immédiatement, et donc les attaques incessantes disproportionnées du gouvernement Israélien dans la bande de Gaza doivent stopper.

Votre parti s’engage-t-il à promouvoir l’interdiction du commerce avec les colonies israéliennes ?

Non. En l’absence de données précises sur l’impact que constituerait ce boycott sur la population, nous sommes plutôt réservés sur la mesure. Par ailleurs, ce commerce est extrêmement limité vis-à-vis de la Belgique et donc sans réel impact sur le conflit. Nous pensons que cette solution ne contribuera ni à apaiser le climat géopolitique, ni à mettre plus rapidement un terme à cette guerre. En outre, en raison de l’interdépendance économique en Cisjordanie entre les intérêts palestiniens et israéliens, nous voulons être certains qu’une telle mesure de boycott, n’affecterait pas les Palestiniens, ce qui serait une double peine à notre estime. Nous sommes par ailleurs favorables au démantèlement des colonies, qui sont contraires au droit.

Votre parti s’engage-t-il à promouvoir l’exclusion des marchés publics les entreprises impliquées dans les colonies ?

Oui. Etant donné le caractère illégal de ces colonies, nous sommes en faveur de l’exclusion des marchés publics. Cela dit, cette mesure devra être adopté après la certitude qu’ils n’affectent pas les Palestiniens eux-mêmes.

Votre parti s’engage-t-il à promouvoir un embargo militaire intégral contre Israël ?

Oui. En cas de graves violations du droit international et des droits humains, nous soutenons l’application des mesures prévues au niveau de l’Union européenne pouvant aller jusqu’à un embargo sur les livraisons d’armements à l’État d’Israël. Nous nous engageons à promouvoir cette discussion afin d’assurer la conformité des pratiques de l’ensemble des Etats membres avec le code de conduite européen sur les exportations d’armes dont l’application uniforme doit être renforcée.

Votre parti s’engage-t-il à promouvoir la suspension des missions économiques régionales en Israël ?

/
En l’état actuel il nous semble approprié de suspendre les missions économiques en Israël. Ceci étant, à terme, des missions pourraient être réorganisées dès lors que tout un pays ne doit pas être boycotté sachant que la population israélienne débat vivement de la manière dont la guerre est menée à Gaza par son gouvernement.

Vous engagez-vous à lutter contre les tentatives de limiter la liberté d’expression des défenseurs des droits des Palestiniens, notamment celui au BDS, en évitant d’utiliser la définition de travail de l’antisémitisme de l’IHRA ?

/
/
Nous nous opposerons à la limitation de la liberté d’expression des défenseurs des droits des peuples à l’autodétermination et en particulier des Palestiniens, dans le respect de de l’Etat de droit. Avec la même détermination, les Engagés sont pleinement opposés à l’antisémitisme et inquiets de sa montée en Europe à la suite de la réescalade du conflit. Nous avons été frappés par l’assimilation des attaques terroristes du 7 octobre à un « acte de résistance » alors que les crimes monstrueux commis relèvent du terrorisme et de l’antisémitisme. De même, la mise en avant de la religion ou origine juive de certains commentateurs, journalistes, citoyens ou même acteurs politiques pour les disqualifier nous semble inacceptable. Enfin, les actes de violence et les agressions verbales ou sur les réseaux sociaux envers les membres de la Communauté juive en Europe en raison des évènements du Proche Orient doivent être condamnés et réprimés lorsqu’ils constituent une infraction pénale avec la plus grande vigueur. Votre expression « culpabilité du judéocide en Europe » tend à vouloir disqualifier le combat mené en Europe contre l’antisémitisme. Il y a, à nos yeux, une responsabilité collective contre toutes discriminations, dont l’antisémitisme. En même temps, nous dissocions les tentatives d’assimiler toute critique des politiques israéliennes à de l’antisémitisme. Critiquer des politiques menées par un Etat, même démocratique, est un élément essentiel du débat démocratique et ne doit pas être confondu avec de l’antisémitisme. Enfin nous refuserons toute ingérence d’un Etat tiers dans notre débat politique visant à influencer de manière non transparente notre débat interne sur le conflit actuel que ce soit en faveur de l’une ou de l’autre partie. Nous devons faire face à la désinformation sur ce sujet de la même façon que nous luttons contre la désinformation russe à l’égard de l’Ukraine.

Votre parti s’engage-t-il à soutenir la société civile palestinienne ?

/
Nous soutenons les organisations de défense des droits humains palestiniennes, en accord avec notre engagement envers le respect des droits humains et le droit international, tant que celles ci n’appuient pas un discours de haine, antisémite ou de toute nature qui nierait l’existence même de l’Etat d’Israël et ne sont pas liées ou sous influences directes ou indirectes avec d’autres organisations qui ne respectent pas l’Etat de droit. De même, il importe de continuer à soutenir et de dialoguer avec la société civile palestinienne et israélienne pour les aider à contribuer à retrouver le chemin de la Paix.

Vous engagez-vous à oeuvrer à la soutenabilité financière de l’UNRWA ?

/
Nous soutenons les efforts internationaux pour la paix et la stabilité dans la région. L’aide internationale correctement financée et fermement dirigée a un rôle indispensable à jouer. Cependant, la soutenabilité financière et politique de l’UNRWA ne peut s’envisager que lorsqu’elle est alignée avec nos valeurs de soutien aux populations vulnérables, de neutralité politique, et d’engagement envers la paix et les solutions humanitaires. C’est pourquoi, pour conserver sa crédibilité internationale, il importe également que l’UNRWA soit attentive à l’action de ses employés et licencie et dénonce aux autorités compétentes ceux parmi eux qui auraient pu participer aux attentats du 7 octobre ou qui soutiendraient délibérément et volontairement l’organisation terroriste du Hamas.

Etes-vous favorables à l’instauration de sanctions économiques et diplomatiques contre Israël tant qu’il n’aura pas mis fin aux violations graves du droit international et des droits humains ?

Non. Nous ne pensons pas que des sanctions généralisées soient la meilleure solution, faute de consensus sur leur portée. Par ailleurs, comparer avec la situation russe nous semble inopportun. L’Ukraine n’a pas organisé de Pogrom en Russie et la Cour Internationale de Justice fait clairement la différence entre les deux situations : Elle a appelé au retrait des troupes russes d’Ukraine, ce qu’elle n’a pas encore fait pour ce qui concerne les troupes israéliennes à Gaza. Par ailleurs, Vladimir Poutine est inculpé par la Cour Pénale Internationale pour crimes de guerre, contrairement aux dirigeants israéliens. Enfin, il est faux de dire que la Russie subit un boycott complet, sachant que des accords commerciaux ont toujours lieux entre la Russie et l’UE. Cependant, il est possible de réfléchir à des sanctions individuelles contre des personnes dont on aurait la preuve qu’elles ont participer à des actes précis contraires aux conventions internationales, sur le modèle des sanctions récemment introduites par le Royaume-Uni et les Etats-Unis à l’égard de certains acteurs violents de la colonisation en Cisjordanie.

Etes-vous favorables à la suspension de l’accord d’association UE-Israël au titre de sa clause sur les droits humains ?

Non. Nous estimons que la suspension pour non-respect des droits humains par Israël de l’accord d’association UE-Israël doit se faire dans le respect de la procédure prévue par celui-ci. Cela ne peut donc être envisagé qu’au niveau européen, après les consultations adéquates avec la partie israélienne. Nous estimons également qu’il est important de maintenir des relations avec l’ensemble des forces démocratiques d’Israël, partis politiques, société civile, et monde économique, pour influencer positivement la situation.

Pour débattre du programme des partis sur la question israélo-palestinienne, rejoingnez-nous le lundi 22 avril à 18h à l’IHECS (auditoire BV1) pour un débat pré-électoral centré sur la question israélo-palestinienne ! Plus d’infos : https://www.association-belgo-palestinienne.be/%C3%A9v%C3%A8nement/debat-pre-electoral-israel-palestine-quen-pensent-les-partis/?instance_id=1072

Top