Nouveau rapport des Nations Unies : Israël “persécute” le peuple palestinien

La rapporteure spéciale des Nations Unies dénonce “l’occupation coloniale et les pratiques d’apartheid” d’Israël.

>> Lire le rapport en français 

Les actions d’Israël contre les Palestiniens de Cisjordanie occupée s’apparentent à de la “persécution”, a déclaré la rapporteure spéciale des Nations unies sur les droits de l’homme dans les territoires palestiniens occupés (TPO) dans un rapport rendu public mardi 18 octobre 2022.

“La réalisation du droit inaliénable du peuple palestinien à l’autodétermination exige de démanteler une fois pour toutes l’occupation coloniale israélienne et ses pratiques d’apartheid”, écrit la rapporteure spéciale de l’ONU, Francesca Albanese.

Le rapport, daté du 21 septembre 2022, détaille les efforts israéliens visant à étouffer l’identité et la souveraineté collectives palestiniennes, en notant l’attaque du 13 mai 2022 par les forces israéliennes contre des porteurs de cercueils palestiniens portant leur drapeau national lors des funérailles de la journaliste Shireen Abu Akleh.

Albanese documente également l’utilisation de la force létale contre les journalistes et les travailleurs humanitaires qui critiquent Israël, ainsi que la détention de dirigeants politiques palestiniens. Le rapport aborde le cas récent de Salah Hammouri, un avocat franco-palestinien de Jérusalem, détenu sans inculpation ni procès depuis le 7 mars 2022 sur la base d’allégations de terrorisme.

Selon le rapport, près de 4 500 Palestiniens sont actuellement détenus, dont 730 sans aucune charge et en grande partie sur la base de preuves secrètes, tandis que des enfants âgés d’à peine 12 ans ont été victimes d’arrestations et de détentions arbitraires – 500 à 700 mineurs sont détenus chaque année par le gouvernement israélien.

En août, les forces israéliennes ont fermé les bureaux de sept groupes de défense des droits de la société civile palestinienne en Cisjordanie occupée. Le rapport a qualifié cette mesure d’abus de la législation antiterroriste.

“Cela semble être une tentative de rétrécir davantage, voire d’interdire carrément, l’espace pour la surveillance des droits de l’homme et l’opposition légale à l’occupation israélienne dans le territoire palestinien.”

Mme Albanese a déclaré qu’il était temps de procéder à un “changement de paradigme” dans les relations d’Israël avec la communauté internationale.

Elle a critiqué les efforts déployés par les États de la région pour normaliser les liens avec Israël, qualifiant les tentatives de rétablissement de la paix d’”inefficaces” car “elles n’ont pas axé leurs approches sur les droits de l’homme, en particulier le droit à l’autodétermination, et ont négligé les fondements coloniaux de l’occupation israélienne”.

Le rapport demande au Haut-Commissaire des Nations unies aux droits de l’homme de publier une base de données actualisée des entreprises impliquées dans les colonies. Les activités économiques en Cisjordanie occupée ont récemment fait l’objet d’une attention particulière dans le cadre de l’action en justice du fabricant de glaces Ben & Jerry’s concernant la vente de ses activités en Cisjordanie occupée par sa société mère Unilever.

Le rapport appelle les États à exiger la fin immédiate de l’occupation illégale de la Cisjordanie par Israël et la restitution de toutes les terres et ressources dont le peuple palestinien a été déplacé et dépossédé, indépendamment des négociations entre Israël et la Palestine, pour régler le conflit.

>> Lire le rapport en français 


Traduction et mise en page : AFPS / DD

Article original de l’AFPS

Top