Gaza aux prises avec une crise de l’électricité

Sous blocus israélien depuis plus de cinq ans, la crise d’électricité à Gaza se poursuit sans relâche.

Voir la vidéo sur le site de Press TV

En conséquence, les expériences de pannes à Gaza pouvant aller jusqu’à 12 heures par jour, perturbent gravement le fonctionnement normal de l’infrastructure humanitaire.

agriculteurs de Gaza, avril 2010 (@DYCT)
agriculteurs de Gaza, avril 2010 (@DYCT)

La situation est particulièrement difficile au cours du mois sacré musulman du ramadan.
La plupart des Gazaouis sont obligés de prendre leurs repas d’Iftar dans le noir et beaucoup sont même incapables de cuisiner un repas en raison de pannes d’électricité.

Selon le réseau palestinien des Organisations Non Gouvernementales (PNGO), il incombe à Israël comme la puissance occupante de subvenir aux besoins de la population, y compris l’alimentation électrique adéquate, ce qu’il n’a pas fait en 44 ans.

L’alimentation électrique de Gaza provient de trois sources, il reçoit 17 mégawatts d’Egypte, 108 mégawatts d’Israël et de 55 mégawatts générés par sa propre centrale électrique. Cela équivaut à 180 mégawatts, soit 75 pour cent de son estimation de la demande de 240 mégawatts.

Les coupures de courant exercent une pression immense sur le quadrillage électrique de Gaza en ruine ajoutant de la misère à la vie des civils, puisque les habitants de Gaza vont continuer à supporter le poids de la réduction d’électricité.

Israël fait valoir qu’il n’est plus lié par le droit international régissant l’administration de territoires occupés obligeant à fournir des services à la population civile.

Mais la position acceptée par la communauté internationale, c’est qu’Israël reste juridiquement responsable du blocus sur l’enclave côtière, malgré le retrait il y a six ans, car il contrôle encore les frontières de Gaza, son espace aérien et ses eaux territoriales.

Depuis cinq ans, les Gazaouis ont supporté de longues heures de coupures de courant pendant le mois du Ramadan, mangeant le plus souvent leurs deux repas (un au crépuscule et l’autre à l’aube) dans l’obscurité.

Reportage de Ashraf Shannon.

Source : Press TV, 9 août 2011

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Top