Des professeurs israéliens boycottent le collège d’une colonie

La colonie israélienne d'Ariel, fondée en 1978 en Cisjordanie occupée
La colonie israélienne d'Ariel, fondée en 1978 en Cisjordanie occupée

JERUSALEM – Au moins 165 professeurs israéliens ont déclaré un boycott contre un collège israélien contesté en Cisjordanie, ont annoncé dimanche les organisateurs, approfondissant le fossé interne en Israël à propos de l’expansion des colonies de Cisjordanie.

Ces universitaires ont signé une pétition déclarant qu’ils n’étaient pas disposés à prendre part aux activités au Centre Universitaire d’Ariel. Ils soutiennent qu’Ariel est une “colonie illégale” destinée à empêcher les Palestiniens d’établir un Etat indépendant.

Ariel, une colonie de 19.000 personnes, est située au milieu de la Cisjordanie. Les Palestiniens revendiquent toute la Cisjordanie, saisie en 1967 par Israël, dans le cadre d’un futur Etat indépendant.

“Ariel ne fait pas partie du territoire souverain d’Israël, et nous ne pouvons donc pas être forcés d’y aller», mentionne la pétition.

La croissance continue des colonies juives est au cœur de l’impasse actuelle dans les efforts de paix au Proche-Orient.

La dernière série de pourparlers de paix a été rompue en fin septembre après que le gel de la construction dans les colonies israéliennes ait expiré. Les Palestiniens refusent de négocier tant qu’Israël construit des habitations pour les Israéliens dans des territoires capturés que les Palestiniens revendiquent pour un futur Etat indépendant. Quelque 300.000 colons juifs vivent en Cisjordanie, en plus des 200.000 Israéliens vivant à Jérusalem-Est.

Le professeur Nir Gov de l’Institut Weizmann des Sciences, qui a organisé le boycott, dit que le but n’est pas de punir le corps étudiant du collège – qui comprend de nombreux Arabes -, mais de hâter la fin de l’occupation.

«J’ai deux petites filles et je veux qu’elles grandissent dans un Israël démocratique et libre », a déclare Gov. « L’occupation de millions de Palestiniens sans droits de l’homme le détruit réellement ».

Gov rajoute que d’autres ont refusé d’ajouter leurs noms à la pétition par crainte de représailles de la part de la droite d’Israël.

L’initiative a été contestée par un groupe de coordination des présidents d’universités israéliennes et le parti politique faucon Yisrael Beitenu. Le maire d’Ariel Ron Nachman a déclaré à la radio israélienne que plus il y aurait de professeurs qui boycottent, plus il construirait la colonie.

Les universitaires israéliens font eux-mêmes l’objet d’appels au boycott de la part de collègues en Grande-Bretagne et en Espagne. Les responsables israéliens ont dénoncé avec colère ces efforts sont étant contre-productifs et allant à l’encontre des idéaux de la liberté académique.

En 2010, plus de 150 artistes israéliens ont boycotté un nouveau centre de spectacle à Ariel. En outre, des centaines de professeurs ont signé une pétition s’opposant à la mise à niveau du collège au statut d’université.

Josh Lederman

Source : Washington Post, 9 janvier 2011
Traduction : NJO

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Top