Portait du mois : Gideon Sa’ar (Likoud), ministre de l’Education du gouvernement Netanyahu, ex-membre du cabinet d’Ariel Sharon

Bulletin 54, novembre 2012

De Gideon Sa’ar, Uri Avneri dit que de ministre de l’Education, il est devenu ministre de la Propagande.

Pourquoi ?

1° Parce que depuis son entrée en fonctions, dans le cadre du programme « Héritage », il a organisé des voyages scolaires dans les Territoires occupés, spécialement à Shilo (une colonie), à Silwan (« Cité de David ») et à Hébron. Les voyages sont subsidiés à raison de 40% à 80%, suivant le statut socio-économique des élèves, soit 270 millions de shekels.

2° Parce qu’il a aussi introduit l’armée dans les écoles de manière officielle. Le nouveau programme, appelé « Derek Erekh » (=sentier des valeurs), conçu par l’armée, vise à doper l’enrôlement des bacheliers dans les unités d’élite qui opèrent en terrain hostile, comme la bande de Gaza. Gideon Sa’ar veut renforcer le sens du devoir et de l’allégeance à l’Etat et resserrer les liens entre l’école et l’armée. (Jillian KESTLER DAMOURS, Israël militarise son système éducatif.)

 

En visite à Shilo, le ministre a déclaré : « Les Juifs seront toujours à Shilo. On ne doit pas donner l’illusion aux Arabes qu’un jour, il n’y aura pas de Juifs ici… » Ailleurs, il proclame  que la colonisation est basée sur le droit des Juifs sur la terre. En visite au musée du Goush Katif (bloc de colonies de Gaza évacué en 2005) à Jérusalem, il a dit qu’il n’y aurait pas d’autre évacuation de colons et il a instauré un jour obligatoire où le Gush Katif est présenté comme la pierre de touche du sionisme. (voir l’article édifiant du Haaretz, Education Ministry school program presents Gush Katif as the epitome of Zionism). Enfin, il a demandé la reconnaissance du Collège d’Ariel comme université à part entière bien qu’il soit implanté dans une colonie.

 

Il faut dire que Gideon Sa’ar a un passé et un présent dans l’extrême droite. Il est la main de « Im Tirzu », un groupe extra-parlementaire sioniste ultranationaliste, dont les buts sont de combattre la délégitimation d’Israël et de répondre au post-sionisme et à l’antisionisme. C’est ce mouvement qui a attaqué « New Israeli Fund » pour  avoir financé des groupes qui ont participé au rapport Goldstone, qui a publié un rapport dénonçant des institutions académiques pour leur enseignement antisioniste et qui a fait campagne contre la nakba.

 

Dans cette optique,  non content de supprimer le terme nakba des livres scolaires («  il n’y a pas lieu d’utiliser ce terme qui veut dire catastrophe pour décrire la création d’Israël »), il s’est aussi déclaré contre la célébration de la nakba à l’Université de Tel Aviv («  un coup donné aux symboles de l’Etat et à sa souveraineté »). Par ailleurs, il a décidé de sanctions contre les enseignants qui se prononçaient pour le boycott (« les seuls dont la liberté académique fait du tort à Israël »). Dans le même élan, il a interdit les visites scolaires à Hébron avec « Breaking the silence » (« une organisation qui a soutenu le rapport Goldstone »), sermonné une école (arabe évidemment) qui avait participé à une manifestation à Tel Aviv pour les droits de l’Homme (« Les étudiants portaient des pancartes contre le racisme, les démolitions de maisons, ce qui contrevient à la circulaire du directeur général », détaille la lettre envoyée à l’école). Enfin, pour couronner le tout, il a interdit aux Palestiniens membres du « Forum des familles endeuillées » (une association qui réunit des Israéliens et des Palestiniens dont un proche a été tué) de participer aux réunions: « Etablir une comparaison entre les familles israéliennes et palestiniennes endeuillées est inconcevable dans la mesure où de telles discussions légitiment le terrorisme ».

 

Enfin il est piquant de souligner que, sous sa houlette, le ministère a interdit un livre destiné aux écoles et traitant de la Déclaration universelle des droits de l’Homme en raison de deux de ses articles : le droit de changer de religion et le droit d’émigrer dans un autre pays…

 

Marianne Blume

Top