Le “Dôme de Fer Gate” est une victoire déguisée pour les défenseurs de la Palestine

Mitchell Plitnick / +972 Magazine

Le vote spectaculaire au Congrès sur le financement supplémentaire du Dôme de Fer a élargi un débat public sur l’occupation qu’Israël et ses alliés préféreraient éviter.

Lors d’une épreuve dramatique le mois dernier, la Chambre des représentants des États-Unis a voté à une écrasante majorité – par 420 voix contre 9 – pour accorder un milliard de dollars supplémentaires à Israël afin de réapprovisionner le Dôme de fer, un système de missiles utilisé pour intercepter les roquettes tirées par les milices, notamment depuis la bande de Gaza. À première vue, cette décision ressemble à une affaire habituelle au Capitole, et à une nouvelle réussite du puissant lobby pro-israélien à Washington. Mais en fait, il s’agissait de tout sauf d’une affaire habituelle.

Si le vote écrasant a certainement été une bénédiction mitigée, le combat public qui s’est déroulé autour du financement du Dôme de Fer représente une avancée significative pour le mouvement des droits des Palestiniens. Malgré toutes les récriminations des politiciens américains sur la protection des civils et la sécurité d’Israël, la question au cœur du débat américain sur le Dôme de Fer n’est pas le système militaire lui-même, mais plutôt de savoir qui va le payer. Par conséquent, le drame qui s’est déroulé à la Chambre des représentants a réussi à élargir une conversation que les partisans américains d’Israël préféreraient éviter, voire taire complètement.

L’histoire a commencé par un projet de loi sans aucun rapport avec le sujet, visant à relever le plafond de la dette nationale afin de financer le gouvernement américain pour les semaines à venir. On s’attendait à ce que le projet de loi soit adopté par la Chambre des représentants, bien que les républicains aient clairement indiqué qu’ils allaient le rejeter à l’unanimité. Toutefois, dans sa phase finale, les dirigeants démocrates ont décidé d’allouer un milliard de dollars supplémentaires au système israélien Dôme de Fer. Il s’agit d’une somme que le sénateur républicain Lindsey Graham avait initialement promise à l’ancien Premier ministre Benjamin Netanyahu après la guerre dévastatrice menée par Israël à Gaza en mai. Des personnalités des deux partis se sont empressées de soutenir cette idée, y compris le président Joe Biden.

Cette démarche législative n’est pas sans précédent au Congrès ; par le passé, des avantages pour Israël étaient insérés dans des projets de loi sans rapport avec le sujet et passaient régulièrement sans opposition, et les dirigeants démocrates s’attendaient sans doute à ce qu’il en soit de même cette fois-ci. Mais ils ont eu une surprise. Avec les républicains alignés contre le projet de loi et seulement une mince majorité démocrate à la Chambre, certains démocrates progressistes – qui étaient soit critiques des politiques israéliennes, soit mécontents de la manœuvre de dernière minute – se sont retrouvés avec un levier important à la Chambre. Ils ont menacé de voter contre l’ensemble du projet de loi sur la dette si la clause relative au Dôme de fer n’était pas supprimée – et la direction démocrate n’a eu d’autre choix que de s’exécuter.

Toutefois, en réponse à cette rare démonstration d’influence, le chef de la majorité de la Chambre des représentants, Steny Hoyer, l’un des alliés les plus fiables de l’American Israel Public Affairs Committee (AIPAC), a demandé à la représentante démocrate du Connecticut, Rosa DeLauro, de présenter un projet de loi autonome visant à financer le Dôme de Fer, qui a été adopté avec un soutien massif, y compris de la part des républicains qui s’étaient opposés au projet de loi initial.

Aide après aide après aide

La saga du Dôme de Fer a été une démonstration éclatante de l’absurdité du soutien aveugle du Congrès à Israël et du changement, bien que lent, des règles du jeu politique au Capitole. Lors du vote sur le projet de loi distinct sur le Dôme de Fer, les démocrates se sont levés les uns après les autres pour le soutenir, tandis que les républicains – qui étaient tous prêts à voter contre le financement lorsqu’il faisait partie du projet de loi plus large sur la dette – ont soudainement essayé de dépeindre les démocrates comme “anti-israéliens” et même antisémites pour avoir retiré la disposition du projet de loi initial.

Néanmoins, le spectacle a donné lieu à des moments importants qui ont mis en évidence les querelles de plus en plus âpres au sein du parti démocrate au sujet d’Israël. Le plus spectaculaire a été le discours de la représentante du Michigan, Rashida Tlaib, la seule Palestinienne-Américaine actuellement au Congrès. Tlaib n’a pas ménagé ses efforts, déclarant à la Chambre : “Nous ne pouvons pas parler uniquement du besoin de sécurité d’Israël alors que les Palestiniens vivent sous un violent système d’apartheid”, citant également le fait que d’importants groupes de défense des droits de l’Homme décrivent désormais Israël comme un “régime d’apartheid”.

Le représentant Ted Deutsch, un proche allié de l’AIPAC au sein du parti démocrate, a dénoncé Tlaib quelques minutes plus tard, affirmant que ses propos étaient “cohérents avec ceux qui prônent le démantèlement du seul État juif au monde”. Quand il n’y a pas de place sur la carte pour un seul État juif, c’est de l’antisémitisme”. Plusieurs républicains ont fait écho aux sentiments de Deutsch. Le ridicule de traiter une Américaine d’origine palestinienne d’antisémite pour avoir remis en question la puissance occupante qui règne sur sa famille était évident pour de nombreux observateurs.

Deux autres moments notables ont impliqué la présidente de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi. Lors du vote sur le projet de loi autonome, Pelosi a semblé faire pression sur la représentante Alexandria Ocasio-Cortez, qui avait initialement voté contre le financement supplémentaire du Dôme de fer, pour qu’elle change son vote en “présent”, ce qu’AOC a finalement accepté. AOC a ensuite tenté d’expliquer sa décision comme étant à la fois une protestation contre le désordre procédural et un reflet des divisions entre ses électeurs au sujet du Dôme de Fer. Il n’en reste pas moins qu’il s’agit d’une erreur politique de sa part : les forces pro-israéliennes n’oublieront probablement pas son vote négatif sur la disposition initiale relative au Dôme de Fer, et les partisans des droits des Palestiniens – qui comprennent une grande partie de la base de soutien d’AOC – ont été profondément déçus par ce qu’ils ont considéré comme un recul face au lobby pro-israélien.

Pelosi a ensuite fait une déclaration grossièrement trompeuse lors de sa brève intervention en faveur du projet de loi pendant le débat. Alors qu’elle a correctement noté que le Dôme de fer était du ressort du protocole d’accord américano-israélien de 2016, qui engageait 38 milliards de dollars d’aide militaire sur dix ans, elle a ensuite ajouté que “le financement affecté aujourd’hui ne fait que poursuivre et renforcer ce soutien.” Beaucoup pourraient interpréter ces mots comme indiquant que cet argent avait déjà été promis à Israël, mais c’est loin d’être le cas. L’aide militaire américaine à Israël comprend 500 millions de dollars par an pour le Dôme de fer, dont le but est de maintenir le stock de missiles d’interception en Israël. Ce nouveau crédit a en fait été ajouté à l’aide habituelle, ostensiblement parce qu’Israël a utilisé une grande partie de son stock lors des dernières escalades en mai.

Il est important de noter cette ambiguïté car, en réalité, Israël n’a pas besoin d’argent supplémentaire pour le Dôme de Fer : s’il était dans une telle crise, il pourrait facilement se permettre d’acheter les missiles d’interception par ses propres moyens. Comme l’a souligné Anshel Pfeffer de Haaretz, les 3,8 milliards de dollars d’aide annuelle des États-Unis à Israël ne représentent que trois pour cent du budget total d’Israël. C’est important, mais comme l’a dit Pfeffer, “après quelques ajustements budgétaires à court terme, Israël pourrait très bien se passer de l’argent des États-Unis.” En outre, de nombreux membres de la droite israélienne ont ouvertement déclaré qu’ils préféraient ne plus dépendre de l’aide américaine et renoncer aux restrictions perçues que Washington impose aux activités israéliennes. Pourquoi, alors, Israël continue-t-il à insister pour recevoir l’aide, et pourquoi cela passionne-t-il tant les partisans américains d’Israël ?

Pas un “système purement défensif”

La véritable question qui se pose est de savoir qui paie réellement la facture de l’”arme purement défensive” d’Israël et qui profite de l’arrangement existant. Sur le plan logistique, le système Dôme de fer est construit et fourni par la société américaine Raytheon, un important fournisseur d’armes. Le milliard de dollars que la Chambre vient d’approuver pour le système, ainsi que le demi-milliard de dollars accordé chaque année, finissent essentiellement chez Raytheon, tout comme si Israël dépensait son propre argent. Il n’est pas surprenant que Raytheon et d’autres entrepreneurs de la défense souhaitent qu’Israël continue à recevoir des montants d’aide aussi copieux, et font donc pression sur le Congrès pour s’assurer que l’argent continue à circuler.

Politiquement, et peut-être plus important encore, la réponse à l’énigme du Dôme de Fer réside dans les ajustements budgétaires à court terme mentionnés par Pfeffer qu’Israël devrait faire pour couvrir le système par ses propres moyens – ce qui exigerait qu’Israël prenne certaines décisions cruciales. D’où proviendrait l’argent israélien pour le Dôme de Fer ? Des budgets de l’éducation ? Des programmes de protection sociale ? Des fonds destinés aux colonies de Cisjordanie ? Avec le temps, un débat public risque d’être déclenché sur le coût de l’occupation militaire d’Israël et de ses politiques régionales agressives, ce qu’il n’a pas eu à faire pendant des années grâce aux largesses des États-Unis.

En effet, peu de décideurs à l’étranger reconnaissent à quel point l’occupation coûte peu à Israël, l’Europe et les gouvernements arabes supportant l’essentiel du fardeau du soutien des forces de sécurité et des services publics de l’Autorité palestinienne, et les États-Unis soutenant le budget de sécurité d’Israël. Libéré de ces coûts, Israël est beaucoup moins enclin à mettre fin à son occupation et à accorder aux Palestiniens leurs droits. La menace de l’aide américaine risque donc d’offrir aux citoyens israéliens une forte motivation économique à trouver une voie pour libérer les Palestiniens du régime d’apartheid actuel, motivation qui ne les tente pas encore actuellement.

Le Dôme de Fer reflète cette même dynamique. Bien qu’un membre du Congrès après l’autre répète le mantra qu’il s’agit d’un “système purement défensif”, l’intercepteur de roquettes est l’une des armes les plus importantes de l’arsenal israélien et joue un rôle puissant dans sa domination sur les vies palestiniennes. Lorsqu’une des parties à un conflit est une puissance occupante disposant d’un avantage écrasant en matière d’armement et qu’elle est équipée d’un bouclier, ce bouclier n’est pas simplement une arme défensive : c’est un moyen d’attaquer avec une plus grande impunité.

Dans un monde idéal, il serait préférable que toutes les armes soient équipées de quelque chose comme le Dôme de fer, dont le but est d’intercepter et de prévenir les attaques entrantes. Mais ce n’est pas le monde dans lequel nous vivons. Le Dôme de Fer peut être techniquement défensif, mais dans la pratique, il est un puissant catalyseur d’agressions. Cette vérité ne va pas de soi et, étant donné la nature du Dôme de Fer, elle semble contre-intuitive.

C’est pourtant la raison pour laquelle le vote sur le Dôme de Fer le mois dernier a été une victoire pour les droits des Palestiniens. Avec un soutien bipartisan écrasant et le soutien solide du président, le Congrès allait toujours approuver le financement du réapprovisionnement du système. Mais en forçant le vote au grand jour, les progressistes ont pu ouvrir une conversation publique sur l’impact de ce système sur la vie des Palestiniens. Malgré les attaques qui ont suivi et le soutien massif dont bénéficie le Dôme de Fer, il s’agissait d’une étape nécessaire pour remettre en question le rôle des contribuables américains dans le maintien d’un tel système, ainsi que d’une étape supplémentaire pour élargir le débat sur l’aide militaire américaine à Israël de manière plus générale.

Il est essentiel que le débat public sur le Dôme de Fer se poursuive et, pour ce faire, il faut problématiser l’image d’un “système purement défensif”. C’est un processus qui a débuté à la Chambre des représentants et qui se poursuit dans les médias et les conversations publiques. Pour de nombreux partisans des droits des Palestiniens aux États-Unis, ce moment a pu être ressenti comme une défaite. Mais c’était quand même une victoire déguisée dans la lutte pour détourner la politique américaine du mal qu’elle cause aux Palestiniens et, oui, aux Israéliens aussi.

Traduction : AFPS

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Top