Sondage : trois belges sur quatre demandent l’arrêt des transferts d’armes vers Israël

Communiqué de presse

Un sondage révèle qu’une majorité de belges veut mettre fin aux transferts d’armes vers Israël et appelle à une action immédiate du gouvernement

BRUXELLES — Une majorité écrasante de la population belge demande la fin des transferts d’armes entre Israël et la Belgique, selon une enquête d’opinion de YouGov réalisée à la demande du mouvement international Ekō*.

L’enquête, considérée comme la première du genre menée en Belgique en ce qui concerne Israël, posait la question suivante : les gouvernements fédéral et régionaux belges devaient-ils cesser spécifiquement le transfert d’armes vers Israël ?

L’enquête révèle que 74 % de la population belge est en faveur de l’arrêt des transferts d’armes vers Israël, dont 72 % en Wallonie, 75 % en Flandre et 73 % à Bruxelles.

L’enquête intervient juste après que des collectifs engagés dans l’arrêt des transferts de matériel militaire belge vers Israël ont découvert qu’une entreprise d’armement française (PB Clermont, via sa filiale Walloon) a vendu 16 tonnes de poudre à canon chargées à Anvers (Belgique) sur un navire de la compagnie ZIM en direction d’Israël. Cela a ouvert la voie à des poursuites judiciaires en France et en Belgique.

Il y a quelques semaines, 100 citoyens belges à Anvers ont déposé une plainte contre les entreprises israéliennes ZIM et El Al pour le transit illégal d’armes vers Israël.

Les États sont tenus par des obligations en vertu du droit international humanitaire, du droit international des droits humains, du droit pénal international et d’autres lois internationales, y compris la Charte des Nations Unies, de mettre immédiatement fin aux transferts d’armes et de suspendre toutes les licences d’armes destinées à Israël. Le récent arrêt de la Cour internationale de Justice qui reconnaît le risque de génocide à Gaza doit finir de convaincre les autorités belges, en accord avec la Convention pour la prévention et la répression du crime de génocide dont la Belgique est partie.

Depuis le 7 octobre, Israël a bombardé des écoles, des hôpitaux, des camps de réfugiés et des habitations dans la bande de Gaza, tuant plus de 27 000 Palestiniens, dont plus de 11 000 enfants.

“Il est immoral et contraire au droit international que la Belgique continue à transférer des armes à Israël. Il est désormais clair que la grande majorité des Belges sont d’accord pour que ce transfert cesse. Le gouvernement belge a l’opportunité de contribuer à sauver des vies en mettant immédiatement fin à tous les transferts d’armes avec Israël au lieu de nourrir le génocide contre le peuple palestinien”, déclare Nabil Berbour de Ekō.
“Ce refus clair de l’opinion belge de contribuer à tout transit d’arme à destination d’Israël que ce sondage révèle doit se traduire au niveau politique”, déclare Gregory Mauzé, porte-parole de l’Association belgo-palestinienne. “Refuser le transit d’armes à destination d’Israël est une mesure qui s’impose pour prévenir le risque de génocide des Palestiniens de Gaza, reconnu par la Cour internationale de justice le 26 janvier dernier”.
“Le message de l’enquête est clair. Il est temps de clairement prendre des mesures pour un embargo militaire complet contre Israël” ajoute Mehdi Salhi, coordinateur à Intal.

Signataires du communiqué : Association Belgo-Palestinienne (ABP), CNAPD, Intal, Pax Christi, VredeActie, Vrede

Lien vers l’enquête complète : https://aks3.eko.org/images/Results_for_EKO_Arms_negotiation_26.1.2024-1.pdf

Lien vers la pétition internationale du mouvement Eko, signée par près de 130 000 personnes à travers le monde : https://actions.eko.org/a/stop-arms-sales-to-israel

*Ekō est un mouvement mondial de consommateurs, d’investisseurs et de travailleurs du monde entier, unis pour rendre les entreprises responsables de leurs actions et forger une nouvelle voie durable et juste pour notre économie mondiale.

Contact Presse FR : Gregory Mauzé : 0479232922

Top