“Non à la reprise des réunions du Conseil d’association UE-Israël!” Lettre à Josep Borrell

Une coalition de 40 organisations de la société civile (dont l’ABP) issues de 20 pays européens demandent instamment à Josep Borrell, chef de la diplomatie européenne, de faire annuler la reprise des réunions du Conseil d’association UE-Israël prévue pour octobre dans le contexte de la récente agression de Gaza et des raids sur les bureaux de 7 ONG palestiniennes de défense des droits humains.

À l’attention de:

Monsieur Josep Borrell – Haut Représentant de l’Union européenne pour les Affaires étrangères et la Politique de sécurité

Objet : Réunion du Conseil d’association UE-Israël au regard des attaques d’Israël contre des organisations palestiniennes de défense des droits humains.

Bruxelles, 29 août 2022

Monsieur le Haut Représentant,

Ce 18 août, les forces d’occupation israéliennes ont pénétré violemment dans les bureaux de 7 des plus importantes organisations palestiniennes de défense des droits humains, internationalement reconnues pour la qualité de leur travail: Addameer, association de soutien aux prisonniers, Al-Haq, association de défense des droits humains, Bisan, centre de recherche et de développement pour les communautés palestiniennes précarisées, Défense des Enfants International-Palestine, l’Union des Comités des travailleurs agricoles, l’Union des Comités des femmes palestiniennes et les Comités des travailleurs de la santé. Elles ont fracturé les portes des bureaux, confisqué le matériel et publié des ordres militaires qui déclarent fermer ces ONG au nom de la « sécurité dans la région et du combat contre une infrastructure de terrorisme ».

Après ses dernières attaques contre la bande de Gaza, après les incursions mortelles de son armée d’occupation dans des villes de Palestine et les vagues d’arrestations en Cisjordanie et à Jérusalem, les autorités israéliennes s’en prennent une fois de plus à des organisations qui protègent les droits de la société civile palestinienne.

Israël le fait à peine un mois après le feu vert donné par les ministres européens à la reprise des réunions du Conseil d’association UE-Israël. Il est évident qu’Israël s’en est pris à ces ONG, tout en sachant que le processus de préparation du Conseil d’Association était lancé.

La fermeture d’ONG de défense des droits humains, la marque de fabrique des régimes autoritaires, est un déni des principes fondamentaux de l’UE. Réunir le Conseil d’Association UE-Israël et invoquer des « valeurs partagées » entre l’UE et Israël pendant que ce dernier persiste dans la liquidation de groupes financés par l’UE est un affront à celle-ci.

Tout cela a lieu tandis qu’un processus d’annexion de facto de la Cisjordanie se déroule, avec le déplacement forcé de Palestiniens dans divers endroits du territoire (comme à Masafer Yatta), l’anéantissement de la solution de deux États, l’assassinat de Palestiniens, la consolidation de l’apartheid et des infractions au droit international et aux droits humains.

Dans votre déclaration du 22 août, vous avez affirmé que « les actes d’Israël sont inacceptables ».

Les organisations palestiniennes de défense des droits, leurs dirigeants, leurs militants et leurs bureaux doivent être protégés afin qu’ils puissent mener à bien leur mission qui est absolument essentielle à la défense de la population palestinienne et à l’avancement de la cause du droit dans les forums internationaux. Dans une vaste manifestation de solidarité, des Palestiniens ont pris en charge la réouverture des bureaux des ONG fermés par l’occupant. Mais les forces d’occupation pourraient revenir à tout moment.

Le temps n’est plus à de tièdes déclarations. L’Union européenne doit condamner d’urgence et dans les termes les plus clairs les abus israéliens contre les ONG palestiniennes et exiger l’annulation immédiate des décrets gouvernementaux et des ordres militaires qui les visent depuis octobre 2021.

Il est de la responsabilité de l’Union européenne de prendre toutes mesures de rétorsion nécessaires contre le gouvernement israélien afin qu’il mette fin à une politique digne des États les plus dictatoriaux.

Aussi faisons-nous appel à vous, en tant que Haut Représentant de l’Union européenne pour les Affaires étrangères et la Politique de sécurité, pour que vous lanciez un débat entre les États membres pour l’annulation de la réunion projetée du Conseil d’association UE-Israël.

Dans l’attente de votre initiative, nous vous prions d’agréer, Monsieur le Haut Représentant, l’expression de notre plus haute considération.

Les membres du réseau ECCP

Top