Lieberman a violé toutes les règles de la diplomatie

Les ministres des Affaires étrangères de l’Espagne et de la France étaient furieux contre leur homologue israélien Avigdor Lieberman, lui disant lundi matin lors d’une conversation téléphonique qu’il avait « enfreint toutes les règles de l’étiquette diplomatique », a rapporté lundi une source israélienne.

Lors d’un souper-rencontre dimanche [10 octobre], Lieberman a dit au français Bernard Kouchner et à l’espagnol Miguel Angel Moratinos de « résoudre vos propres problèmes en Europe avant de venir à nous avec des plaintes. Peut-être que je serai disposé à accepter vos suggestions ». Lieberman a insisté, déclarant qu’ «Israël ne sera pas la Tchécoslovaquie de 2010 », lors de leur réunion dans les bureaux du ministère des Affaires étrangères à Jérusalem.

Au cours de la conversation téléphonique de lundi entre les trois ministres des Affaires étrangères, les ministres européens ont exprimé leur extrême consternation du fait que les détails de la réunion eussent été rendus publics une heure après qu’elle a eu lieu. « Vous avez violé notre confiance », ont-ils dit à Lieberman.

le chef du parti raciste Yisrael Beitenou, Avigdor Lieberman
le chef du parti raciste Yisrael Beitenou, Avigdor Lieberman

M. Moratinos a déclaré que Lieberman avait présenté ses excuses pour ce qui s’était passé lors de la réunion, mais des fonctionnaires du ministère des Affaires étrangères ont nié ces propos, disant que Lieberman ne s’est pas excusé mais a précisé qu’il n’avait pas eu l’intention que ses observations soient présentées dans les médias comme une réprimande envers Kouchner et Moratinos.

Les ministres français et espagnol des Affaires étrangères ont dit avoir été très surpris par les propos de Lieberman au cours de la réunion de dimanche, surtout à la lumière du fait que, selon eux, le Premier ministre Benjamin Netanyahu avait fait des remarques contredisant Lieberman quelques heures avant la réunion. Bien que Netanyahou eût déclaré aux hommes d’Etat européens qu’il visait à atteindre un accord de paix avec les Palestiniens d’ici un an, Lieberman a souligné que «toute personne qui parle comme ça est naïf ». Les deux hommes ont signifié à Lieberman au cours de leur dîner qu’ils étaient complètement en désaccord avec son affirmation selon laquelle un accord de paix ne pourrait être atteint. Ils ont expliqué à Lieberman que si un Etat palestinien n’est pas fondé dans les deux années à venir, cela porterait atteinte à la sécurité d’Israël, demandant à Lieberman de profiter de l’actuelle direction palestinienne, alors que personne ne sait ce que sera à l’avenir la prochaine direction.

En attendant lundi, Lieberman a nié les rapports selon lesquels le dîner était désagréable et a indiqué que malgré le fait qu’il était parfois compliqué, le dîner était « très savoureux et il y avait une bonne ambiance, honnête et ouverte. Nous avons parlé ouvertement, comme des amis. » Lieberman a ajouté qu’il avait effectivement parlé avec M. Moratinos au téléphone et a décrit la conversation comme ayant été «bonne». Il a souligné qu’il ne blâmait personne et a déclaré que « nous devons cesser de nous tortiller et de bégayer. En Europe, ils ont voté la loi d’interdiction de la burka [France] et l’interdiction des minarets [Suisse] et personne ne s’est énervé à ce sujet. » « Dans la réalité du Moyen-Orient, seuls les forts survivent», a-t-il ajouté.

Lundi 11 octobre 2010

Barak Ravid, Haaretz

traduction : Julien Masri

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Top