Le transit de matériel militaire par la Belgique vers Israël doit cesser

Sur base de recherches menées par un collectif de citoyens, la CNAPD, Agir pour la Paix, l’Association belgo-palestinienne et Vredesactie constatent que la compagnie aérienne israélienne Challenge Airlines, qui opère à partir de l’aéroport de Bierset (Liège), est fortement impliquée dans la fourniture d’armes à Israël. Les associations appellent les Ministres compétents, Pierre-Yves Dermagne (Économie) et Georges Gilkinet (Mobilité), à faire toute la lumière sur ces activités et à mettre un terme au transit de matériel militaire vers Israël.

La compagnie aérienne israélienne Challenge Airlines, qui opère à partir de l’aéroport de Bierset, est manifestement impliquée dans la fourniture d’armes à Israël. En effet, l’examen des données de vol démontre que la compagnie aérienne a effectué huit allers-retours entre les États-Unis et Israël au cours du mois dernier pour lesquels on observe des arrêts dans des bases militaires, ce qui n’était pas le cas avant le 7 octobre dernier. Ainsi, dans au moins un et probablement deux cas, Challenge a volé de Bierset vers une base aérienne israélienne (le 17 octobre, ligne 43 ; et les 19-20 octobre, lignes 37-36 dans l’aperçu).

Ce matin (21/11), De Morgen et Le Soir, nous confirme que Challenge Airlines a effectivement transporté du matériel militaire par Bierset. Le PDG de Challenge leur signalé que des licences avaient été demandées à 7 reprises. Ils nous apprennent également l’existence d’un autre vol transportant du matériel militaire via Bierset, le 09 novembre. D’autres vols ont régulièrement lieu entre les États-Unis et Israël.

(Vue d’ensemble des vols sur https://docs.google.com/spreadsheets/d/1tINXvIrLzm127OypI0G99I-AiFqusqfi1oECg2hd5SY/edit#gid=0)

Ces observations démentent donc les précédentes déclarations du PDG de Challenge airlines, Monsieur Yossi Shoukroun, qui soutenait en réponse à une déclaration des syndicats, qu’aucune arme n’était transportée par sa compagnie vers Israël, mais bien de la nourriture et des ambulances. Pourtant, les communications du ministère israélien de la défense soulignent ouvertement que des armes ont été transportées par Challenge Airlines. C’est le cas, notamment, des images que le ministère a diffusées d’un avion de Challenge Airlines qui décharge une cargaison de matériel militaire (https://twitter.com/Israel_MOD/status/1711974859520041121). Des syndicats rapportent de leur côté que des employés de différents aéroports belges ont également été témoins de livraisons d’armes. D’autres compagnies pourraient ainsi être impliquées dans ce trafic, comme la société El Al, qui assure régulièrement des vols entre les États-Unis et Israël via Bierset, ou encore DHL à Zaventem.

Pour le transport de matériel militaire via un aéroport belge, ou pour la simple traversée de l’espace aérien national, une autorisation du SPF Mobilité est requise, tandis que le SPF Économie doit délivrer une licence de transport de matériel explosif. Ces deux ministères détiennent donc toutes les informations relatives à ces transports. Ils ont également la possibilité de les bloquer.

Légalement, rappelons que le Décret wallon sur le commerce des armes permet le transit sur le sol régional tant qu’il n’y a pas de transbordement d’un moyen de transport vers un autre. Mais le gouvernement wallon a toujours la possibilité et le pouvoir de bloquer ce transit. En Région flamande, qui est compétente pour l’aéroport de Zaventem (et pour le port d’Anvers), le transit est soumis à autorisation, vu particulièrement les circonstances actuelles en Israël/Palestine.

De son côté, l’article 6 du Traité de l’ONU sur le commerce des armes enjoint explicitement les États à interdire le transfert d’armes lorsqu’ils savent qu’elles seront utilisées pour commettre des crimes de guerre et des attaques contre des civils et des cibles civiles. Or, de telles attaques sont observées quotidiennement à Gaza. Rappelons à cet égard que le fait d’envisager une ville comme cible militaire et ordonner à tous les civils de la quitter viole frontalement le principe de distinction entre civils et combattants.

La CNAPD, Agir pour la Paix, l’Association belgo-palestinienne et Vredesactie appellent donc les autorités compétentes à respecter le Traité sur le commerce des armes et à bloquer le transit de matériel militaire vers Israël. Elles demandent en parallèle que ces autorités communiquent, entre elles et vers le public, sur les exportations de matériel militaire vers Israël qui ont eu lieu ces dernières semaines sur notre territoire.

Signataires :
Association belgo-palestinienne
Agir pour la paix
CNAPD
Vredesactie

Contacts :
Samuel Legros (FR – CNAPD) – 0484/64 57 92
Hans Lammerant (NL – vredesactie) – 0486/60 97 06

Top