Israël en voie d’adhésion à l’OCDE en 2010

JERUSALEM – Israël a de bonnes chances d’adhérer à l’OCDE en 2010, a affirmé mardi le secrétaire général de l’Organisation de coopération et de développement économiques, Angel Gurria, en visite à Jérusalem.

“Nous allons sans doute clore (le processus d’adhésion) en 2010, c’est ce qui est prévu”, a déclaré M. Gurria aux journalistes, au premier jour d’une visite de 48 heures en Israël.subl

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu s’est par avance félicité de cette prochaine adhésion.Celui qui veut être un gagnant doit rallier les gagnants“, a dit M. Netanyahu, cité par la radio publique, à l’issue d’un entretien avec M. Gurria.

“Les choses se présentent bien. Nos chances paraissent bonnes”, avait auparavant déclaré le ministre des Finances Youval Steinitz.

“La visite du secrétaire général symbolise le fait que 2010 est l’année décisive pour notre intégration. Il est un ami d’Israël et il souhaite très fort que nous entrions dans l’OCDE“, avait-il ajouté.

Signe des progrès enregistrés, M. Gurria et le chef de la diplomatie israélienne, Avigdor Lieberman, ont signé un accord sur l’immunité diplomatique, les prérogatives et droits octroyés aux missions des deux parties.

“Le plus important, c’est que nous signalons ainsi qu’il y a des progrès”, a commenté M. Gurria.

Cela signifie que nous allons faire partie de l’un des clubs les plus prestigieux” qui réunit les 31 pays les plus développés de la planète, a déclaré M. Lieberman à l’AFP. “Nous sommes au coude à coude avec les nations les plus avancées du monde“.

M. Lieberman a cependant reconnu qu’Israël devait encore résoudre plusieurs problèmes, notamment en promulguant des lois protégeant la propriété intellectuelle.

Les dirigeants israéliens admettent aussi qu’il reste du “travail à faire” dans le domaine de la lutte contre la corruption.

En décembre, un rapport de l’OCDE a émis des “réserves importantes” sur les moyens mis en oeuvre par Israël pour lutter contre la corruption internationale et exhorté ce pays à “intensifier ses efforts” en la matière.

Selon le rapport, Israël devrait “obliger” la censure militaire à signaler aux autorités les cas de corruption transnationale avérés ou soupçonnés dont des entreprises israéliennes sont responsables.

M. Steinitz a lui aussi souligné que “quelques sujets techniques restent en suspens”, en allusion aux soupçons de pots-de-vin ayant accompagné la signature de contrats de ventes israéliens à l’étranger ces dernières années.

M. Gurria a par ailleurs présenté mardi au chef de l’Etat hébreu, Shimon Peres, un rapport de l’OCDE sur l’économie israélienne qui doit être publié mercredi.

Il a aussi rencontré le président du Parlement Reuven Rivlin et le gouverneur de la Banque d’Israël Stanley Fischer.

L’OCDE cherche à coordonner les politiques économiques des pays les plus développés et se trouve en pointe dans la lutte contre les paradis fiscaux et la corruption internationale.

En mai 2007, Israël avait entamé des démarches pour devenir membre à part entière de l’OCDE, à la suite d’une invitation en ce sens lancée simultanément au Chili, à l’Estonie, à la Russie et à la Slovénie.

Lors de la création de l’OCDE en 1961, les pays membres rassemblaient 75% de la richesse mondiale, contre 60% aujourd’hui.

©AFP / 19 janvier 2010

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Top