D’ancien soldats israéliens brisent le silence sur les violations militaires

Des témoignages postés sur YouTube par le groupe menant campagne décrivent le harcèlement et l’humiliation systématiques de civils palestiniens.

Les transgressions par l’armée israélienne dans les territoires palestiniens occupés seront divulguées par un groupe d’anciens soldats dans une campagne sur Internet visant à sensibiliser le public sur les violations militaires.

Les témoignages vidéo d’environ deux douzaines d’anciens soldats – dont certains s’identifient pour la première fois – seront publiés sur YouTube. La campagne de Breaking the silence, une organisation d’anciens soldats résolus à s’exprimer sur les pratiques militaires, est lancée avec des sous-titres en anglais dès ce lundi.

Certains des anciens soldats décrivent la « procédure du voisin », un terme pour l’utilisation de civils palestiniens, souvent des enfants, comme boucliers humains pour protéger les soldats d’éventuels pièges ou attaques par des militants. La procédure a été jugée illégale par la Haute Cour d’Israël en 2005.

D’autres parlent de harcèlement systématique des civils aux checkpoints, d’intimidation arbitraire et de punition collective.

Idan Barir, qui a servi dans l’artillerie, décrit dans son témoignage comment un soldat a contraint des civils palestiniens à ramper dans une “course” vers un checkpoints près de Jénine en Cisjordanie au cours de la récolte des olives en 2000. Seuls les trois premiers des «équipes» de huit ont été autorisés à passer.

Un autre, Itamar Schwarz, dit que des maisons palestiniennes ont été systématiquement mises à sac lors d’opérations de recherche. Il décrit le jour de la dernière Coupe du monde en 2002, lorsque des soldats ont séquestré une femme et un enfant palestiniens dans la cuisine de leur maison pendant deux heures tandis que l’unité regardait le match au milieu d’une opération.

Arnon Degani, qui a servi dans la brigade Golani, décrit la détresse d’une jeune femme qui a supplié en pleurant pour être autorisée à passer un checkpoint près de Jénine parce qu’elle devait passer un examen important. Il en vint progressivement à la conclusion, dit-il, que l’intention de l’armée israélienne était “de faire respecter la tyrannie sur des personnes que vous savez être des civils ordinaires” et à “indiquer clairement qui détient le contrôle ici”.

«Une partie du silence de la société israélienne est destiné à laisser croire que ces incidents sont isolés et exceptionnels. Mais ce sont pourtant les histoires les plus courantes, quotidiennes, banales», a déclaré Yehuda Shaul, de Breaking the silence.

L’identification des anciens soldats prêts à prendre la parole était important, dit-il, “afin que les Israéliens comprennent qu’il ya des gens derrière ces histoires, que dans un sens, nous sommes tous concernés”.

Les anciens soldats étaient au courant des conséquences juridiques et sociales de se révéler au public, ajoute Shaul. “Ils savent qu’ils risquent d’être poursuivis pour ce qu’ils disent. Mais ils le font parce qu’il faut le faire.”

Depuis que Breaking the silence a été lancé en 2004, il a rencontré une réaction hostile de la part de l’establishment politique et militaire en Israël, s’attaquant entre autres à l’anonymat de certains témoins. Il y a eu des tentatives pour en discréditer les partisans et en bloquer les sources de financement, tandis que ses dirigeants ont été soumis à des interrogatoires. La censure s’est encore alourdie suite à la publication des témoignages de soldats ayant participé à la guerre contre Gaza en 2008-09.

Schwarz, 29 ans, qui a servi dans la brigade d’infanterie Nahal entre 2000 et 2003, a déclaré au Guardian qu’il avait rendu son témoignage public “parce que pour moi il est important que la société israélienne soit exposée au prix moral et à l’expérience morale que vit un soldat israélien lors de son service militaire “.

Les événements qu’il décrit sont «des choses vraiment minimes, mais qui révèlent l’image réelle de l’occupation ».

Il déclare que son expérience de l’armée est “comme une cicatrice, je la porte avec moi. Nous devons en parler, la présenter au monde. Ce n’est qu’alors que la société pourra en sentir le prix moral”.

L’armée israélienne a déclaré: “Les allégations faites par Breaking the silence révèlent des faits qui nous sont inconnus. L’organisation a été informé, à maintes reprises, de la possibilité de déposer des plaintes précises, y compris des témoignages personnels et autres éléments de preuve par les voies appropriées. Ceci est destiné à veiller à ce que leurs allégations soient soumises à une enquête juridique appropriée. À ce jour, l’organisation a refusé de fournir la preuve de ses allégations, ce qui rend impossible d’examiner correctement leurs revendications. ”

Par Harriet Sherwood

Source : The Guardian, 16 mai 2011

One thought on “D’ancien soldats israéliens brisent le silence sur les violations militaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Top