Balkan Trafik rompt son partenariat avec Israël : victoire majeure du BDS en Belgique !

Depuis une vingtaine d’années, le festival Balkan Trafik, dont l’édition 2023 aura lieu du 27 au 30 avril à Bruxelles et à Namur, s’attache à faire découvrir les cultures, saveurs, rythmes et sonorités balkaniques. Au programme : rencontres interculturelles, performances artistiques variées et déconstruction des préjugés, le tout sous le signe de la durabilité.

Cet alléchant programme risquait cette année d’être gâché par la présence d’un invité en décalage complet avec les valeurs véhiculées par ce festival : le gouvernement israélien. Le logo de l’ambassade en Belgique et au Luxembourg du régime colonial d’apartheid figurait en effet sur la liste des sponsors de l’événement.

Le sponsoring d’événements culturels fait partie intégrante de la politique de blanchiment d’Israël de sa politique criminelle d’oppression systémique du peuple palestinien. Il doit par conséquent être dénoncé par quiconque considère que les droits humains ne s’arrêtent pas là où commencent la culture et le divertissement.

Devant l’émotion suscitée par ce partenariat et après échanges, entre autre, avec l’Association belgo-palestinienne (ABP), le festival a finalement choisi d’y renoncer ! Il s’agit d’une victoire majeure de la campagne Boycott, Désinvestissement, Sanctions (BDS), qui promeut la fin de la complicité internationale avec Israël pour le contraindre à respecter le droit international et à mettre fin aux violations des droits des Palestiniens. Pour rappel, le boycott culturel ne cible pas de personnalités ou d’individus, à moins que leur déplacement soit financés par des institutions d’État israéliennes.

« Le budget d’un festival comme le nôtre n’est pas facile à tenir en équilibre, d’autant moins ces dernières années. Toute aide est la bienvenue et il arrive qu’une ambassade prenne en charge 3 ou 4 billets d’avion, ce qui a été le cas via l’aide aux déplacements proposée par l’ambassade d’Israel. Nous n’avons pas dans un premier temps pris la mesure de l’impact que cela pouvait provoquer », explique à l’ABP le directeur du festival Nicolas Wieërs. « Nous avons depuis lors eu l’occasion d’échanger avec des représentants de la société civile, notamment à la lumière du récent rapport d’Amnesty International (“L’apartheid israélien contre les Palestiniens : système cruel de domination et crime contre l’humanité“, Amnesty.org, 1er février 2022), et pris conscience des problèmes posés par l’association du logo d’une institution israélienne à notre événement, en particulier dans le présent contexte de recrudescence des tensions en Israël et en Palestine. Balkan Trafik vise à promouvoir l’interculturalité et nous ne souhaitons blesser personne ». Le logo de l’ambassade a dès lors été retiré des visuels de promotion et ses subsides seront refusés.

Le festival prévoit de communiquer rapidement sur la rupture de ce partenariat. Il nous a, en outre, annoncé sa volonté d’organiser avec nous un débat en marge de Balkan Trafik sur la place des artistes dans un contexte de guerre, qui sera notamment l’occasion de revenir sur les lignes directrices du mouvement BDS sur le boycott culturel.

L’Association belgo-palestinienne félicite les organisateurs de Balkan Trafik pour ce choix fort en faveur des droits humains, de la justice et de la solidarité internationale.

Nous soutiendrons le festival face aux attaques que cette décision courageuse ne manquera pas de lui valoir de la part des relais du gouvernement israélien, notamment sur le réseaux sociaux, et encourageons les sympathisants de la cause palestinienne à en faire autant.

Lien vers le site du festival : https://www.balkantrafik.com

Top