Une semaine en Palestine occupée : 22 – 28 Septembre 2010

Dernière minute, 29 septembre : les forces israéliennes ont attaqué plusieurs maisons dans la communauté bédouine de Al Hadidiya dans le nord de la vallée du Jourdain (zone C) et arrêté quatre Palestiniens. Les arrestations ont été menées à la suite d’allégations de la colonie israélienne voisine de Roï selon lesquelles des résidents Al Hadidiya ont volé de l’eau de la colonie. Il est à noter qu’un projet de construction d’un point de remplissage d’eau à Al Hadidiya a été rejeté par les autorités israéliennes, laissant la communauté gravement touchés par la sécheresse.

Cisjordanie

Des affrontements ont éclaté à Jérusalem-Est, deux Palestiniens ont été tués et des dizaines blessés.

Au cours de la semaine, deux Palestiniens ont été tués, dont un enfant de 14 mois par inhalation de gaz lacrymogène et 110 Palestiniens ont été blessés, dont 22 enfants. Les deux décès et la majorité des blessures ont eu lieu à Jérusalem-Est. À ce jour, en 2010, 11 Palestiniens et deux membres des forces israéliennes ont été tués dans le contexte d’incidents violents impliquant des forces israéliennes en Cisjordanie, par rapport à 17 et 3 décès, respectivement, durant la même période en 2009. En outre, 931 Palestiniens et 114 soldats ou policiers israéliens ont été blessés depuis le début de l’année, comparativement à 673 et 44 pour la même période en 2009.

Le 22 septembre, des affrontements ont éclaté dans le quartier de Silwan à Jérusalem-Est entre résidents palestiniens et gardes privés israéliens embauchés par le ministère israélien du Logement pour protéger les colons de la zone. Lors des affrontements, un garde israélien a ouvert le feu sur les Palestiniens, tuant un homme de 32 ans. Deux jours plus tard (24 septembre), un enfant de 14 mois est décédé des suites de l’inhalation de gaz dans le quartier de Al ‘Isawiya à Jérusalem-Est, après l’extension des heurts entre Palestiniens et forces israéliennes à d’autres parties de Jérusalem (y compris Al Isawiya, Ras Al-Amoud, At Tur et à l’intérieur d’Al Aqsa).

manifestant portant la photo de Samer Sarhan, 22 Sept 2010 (@Joseph Dana)
manifestant portant la photo de Samer Sarhan, 22 Sept 2010 (@Joseph Dana)

Dans les affrontements, qui ont eu lieu au cours de quatre jours période (22-26 septembre), des sources médicales palestiniennes ont indiqué que 99 Palestiniens, dont 17 enfants et une femme enceinte, ont subi des blessures infligées par des balles en métal recouvert de caoutchouc, par des agressions physiques ou inhalation de gaz lacrymogène. En outre, deux Israéliens, dont un policier et un colon, ont été blessés, huit véhicules israéliens ont été brûlés ou endommagés et un centre touristique israélien à Silwan a subi de légers dommages causés par les Palestiniens. Au cours de ces affrontements, les forces israéliennes ont attaqué plusieurs propriétés à Jérusalem-Est, arrêtant de plus de 70 Palestiniens et érigeant des points de contrôle volants et des barrages routiers dans toute la ville.

La tension à Silwan est déjà élevée, découlant principalement d’un plan d’Israël visant à construire un parc de loisirs sur un site archéologique dans la région de Al Bustan, un plan qui implique la démolition de dizaines de maisons palestiniennes. Il y a des frictions presque quotidiennes entre les résidents palestiniens et des colons israéliens dans la région. La situation dans la ville de Jérusalem demeure tendue, à la fin de la période considérée.

Les forces israéliennes ont blessé 11 autres Palestiniens, dont cinq enfants (âgés de 1,5 et 17 ans) en Cisjordanie. Huit Palestiniens et deux militants internationaux ont été blessés au cours des manifestations hebdomadaires contre la construction de la barrière dans les villages de Bil’in et Ni’lin et l’expansion de la colonie Hallamish dans le gouvernorat de Ramallah, et contre le refus de l’accès des Palestiniens aux terres agricoles situées près de la colonie de Karmei Zur dans le gouvernorat d’Hébron. Dans une autre manifestation hebdomadaire contre la violence des colons dans le village de l’Irak Burin (gouvernorat de Naplouse), les forces israéliennes ont tiré des grenades lacrymogènes sur les manifestants. Plusieurs cas d’inhalation de gaz ont été signalés. D’autres manifestations qui se déroulent sur une base hebdomadaire, y compris celles contre la barrière en construction à Al Walaja et Al Ma’sara (gouvernorat de Bethléem) et contre la permanente fermeture d’une rue commerçante de la vieille ville d’Hébron, ont été pacifiques.

Environ 200 Palestiniens et des militants internationaux et israéliens ont organisé une manifestation sociale dans le village de Nabi Saleh (gouvernorat de Ramallah) pour la Journée internationale de la Paix le 25 septembre. Les forces israéliennes ont établis des points de contrôle volants, fermant toutes les entrées du village, empêchant ainsi l’accès des véhicules des personnes qui souhaitaient participer à l’événement. Les confrontations ont éclaté entre les participants et les forces israéliennes après que ces dernières ont tenté de refuser l’accès à 30 étudiants. Cinq Israéliens et militants internationaux ont été arrêtés au cours des affrontements avant d’être libérés.

Dans l’ensemble, cette semaine, les forces israéliennes ont mené 62 opérations de recherche et d’arrestation en Cisjordanie, y compris à Jérusalem-Est. Lors d’un incident, les forces israéliennes ont attaqué une école dans la vieille ville de Jérusalem, après des jets de pierres présumés, mais ont été empêchés de pénétrer dans les salles de classe par le principal de l’école. Les forces israéliennes ont arrêté l’un des élèves qui quittaient l’école et l’ont libéré sur à condition qu’il reste en résidence surveillée pendant dix jours. Dans un cas similaire, les forces israéliennes ont attaqué une autre école dans la vieille ville d’Hébron et arrêté deux élèves et un enseignant. Les trois personnes ont été relâchées plus tard.

Incidents dans le contexte de la violence des colons

En plus du colon blessé signalé ci-dessus, deux colons israéliens, dont l’un était une femme enceinte, ont subi des blessures lors d’une fusillade au volant près du village de Adh Dhahiriya (gouvernorat d’Hébron) cette semaine. Les assaillants restent inconnus.

OCHA a recensé cinq incidents impliquant des colons israéliens qui ont entraîné des dommages aux propriétés des palestiniens. Dans l’ensemble, un total de 204 incidents entraînant des blessures ou des dommages matériels aux palestiniens ont eu lieu en 2010, comparativement à 111 incidents signalés pour la même période l’an dernier. Un certain nombre d’autres incidents provoqués par les colons ont été signalés, affectant principalement les mouvements des Palestiniens.

Des rapports distincts des villages de ‘Awarta (gouvernorat de Naplouse) et de Kafr Qaddum (gouvernorat de Qalqiliya) indiquent que les colons des colonies voisines d’Itamar et Qadumim ont volé les fruits des oliviers des villageois. Lors de l’incident à Kafr Qaddum, des affrontements ont éclaté entre les colons et les villageois palestiniens, après que les forces israéliennes sont intervenues et ont éloigné les colons. Dans deux autres incidents, des colons de la colonie de Maskiyot ont volé trois vaches appartenant à des Palestiniens de la communauté proche d’Al Malih (vallée du Jourdain) et les colons ont tué l’une des vaches. Un autre incident a causé des dommages mineurs à un véhicule palestinien lorsque les colons ont jeté des pierres à des palestiniens conduisant une voiture près de la colonie d’Efrata (gouvernorat de Bethléem). Des Palestiniens ont jeté des pierres et un cocktail Molotov sur des véhicules de colons conduisant sur les routes de Cisjordanie, dans la région d’Hébron dans deux incidents, causant des dommages mineurs à un véhicule.

Également cette semaine, des colons de la colonie de Shvut Rachel ont attaqué plusieurs maisons palestiniennes dans le village proche de Qaryut (gouvernorat de Naplouse), intimidant les résidents. Aucun blessé ou dommage de propriété n’a été signalé.

une des familles palestiniennes menacées de perdre sa maison suite à la décision du 26 september.  (@Michal Fattal)
une des familles palestiniennes menacées de perdre sa maison suite à la décision du 26 september. (@Michal Fattal)

En ce qui concerne cette semaine, la Cour suprême israélienne a rejeté un appel interjeté par deux Palestiniens, qui avaient attaqué une décision antérieure d’un tribunal de première instance établissant la propriété d’organisations de colons israéliens sur une section du quartier palestinien de Sheikh Jarrah à Jérusalem-Est (zone connue sous le nom de Kubaniyat Im Haroun). Quatre familles (environ 30 personnes) sont considérées comme risquant l’expulsion, étant donné que leurs contrats de location expirent dans les prochains jours. Environ 200 Palestiniens vivent dans la zone d’Im Haroun. Trois familles palestiniennes (plus de 60 personnes) ont été expulsées de leurs foyers par colons ces dernières années dans une autre partie du quartier.

Également au cours de la semaine, le moratoire de dix mois sur les activités de construction de colonies en Cisjordanie (à l’exclusion de Jérusalem-Est) a pris fin. Les médias israéliens ont rapporté que les travaux de construction de centaines d’unités de logement de colonies et des structures publiques avaient déjà commencé.

Bouclage général imposé pour neuf jours

Les autorités israéliennes ont imposé un bouclage de neuf jours en Cisjordanie, du 22 jusqu’au 30 septembre, à l’occasion de la fête juive de Souccot. Tous les Palestiniens détenteurs de la carte d’identité de Cisjordanie, y compris ceux titulaires d’un permis valide, sauf le personnel des organisations internationales, le personnel médical et les enseignants, ont été empêchés d’entrer en Israël et à Jérusalem-Est au cours de ces jours.

La bande de Gaza

Cinq morts et trois blessés, les restrictions sur l’accès de la terre et la mer continuent

Pendant la période considérée, les forces israéliennes ont tué quatre Palestiniens, dont trois membres de groupes armés et un pêcheur et en a blessé trois autres. Un autre Palestinien armé est mort de blessures subies dans le secteur de Johr al Dik, à l’Est de la ville de Gaza, à la mi-septembre. En 2010, 52 Palestiniens (Dont 21 civils), trois soldats israéliens et un ressortissant étranger ont été tués dans le contexte du conflit israélo-palestinien dans la bande de Gaza et le sud d’Israël. De plus, 194 autres Palestiniens (dont 169 civils) et huit soldats israéliens ont été blessés.
Lors d’un incident (27 septembre), les forces aériennes israéliennes ont tué trois Palestiniens armés près de la clôture séparant la bande de Gaza et Israël à l’Est du camp de réfugiés d’Al Bureij. L’incident s’est produit après que les forces israéliennes positionnées sur la clôture auraient repéré les tirs d’obus de mortier palestiniens. Dans un autre raid aérien à l’intérieur du camp de réfugiés de Nuseirat (centre de Gaza), plusieurs maisons ont subi des dommages mineurs. Aucun blessé n’a été signalé.

Dans un incident antérieur (24 septembre), la marine israélienne a ouvert le feu sur des bateaux de pêche palestiniens au large de la côte de Beit Lahiya, tuant un pêcheur. Selon le Centre des droits de l’homme Al Mezan, les bateaux pêchaient à deux miles nautiques du rivage. Les forces israéliennes ont continué d’appliquer les restrictions sur les zones de pêche au delà de trois miles nautiques de la plage par des tirs d’ « avertissement» contre les navires qui s’approchent ou présents dans ces zones. À ce jour, en 2010, trois pêcheurs ont été tués et cinq autres ont été blessés dans des accidents similaires.

Des restrictions d’accès similaires continuent d’être appliquées aux zones situées jusqu’à 1500 mètres de la clôture, qui constituent 17% du territoire de Gaza. Dans deux incidents distincts, les forces israéliennes ont ouvert le feu d’« avertissement» contre des gens qui ramassaient de la ferraille près de la barrière dans la région de Beit Lahiya, blessant deux individus. Dans un incident séparé, les forces israéliennes ont grièvement blessé un manifestant palestinien quand ils ont ouvert le feu sur une manifestation hebdomadaire organisée par le Comité Populaire Contre les Zones Restreintes le 26 septembre près de la clôture.

Des factions armées palestiniennes ont lancé un certain nombre de roquettes rudimentaires et des obus de mortier sur le sud d’Israël, y compris des bases militaires situées le long de la frontière. Aucun blessé ni dégât n’a été signalé.

Passages de Gaza: l’impact des assouplissements récemment appliqués reste limité

L’augmentation récente du volume des importations (depuis le 20 juin 2010) continue à avoir un impact limité sur le fonctionnement de l’économie à Gaza. L’économie s’est énormément rétractée depuis le début du blocus en 2007. Malgré de petits signes de reprise dans le secteur privé, la croissance n’est pas prévue pour être durable en raison de l’interdiction en cours sur les exportations et la difficulté de l’importation de machines, matières premières, et équipements.

Pendant la période considérée (19-25 septembre), les importations de Gaza ont légèrement augmenté par rapport à la semaine précédente (844 contre 775 camions). Le nombre total de camions cette semaine ne représentait que 30% de la moyenne hebdomadaire des camions entrés au cours des cinq premiers mois de 2007 (2807), avant l’imposition du blocus, mais était de 53% supérieur au nombre hebdomadaire de camions entrés en 2010 avant l’assouplissement. L’UNRWA a réussi à importer une quantité limitée de matériaux de construction pour ses projets de construction, mais le rythme reste lent. Cette semaine, 26 camions de ciment ont été autorisés dans la bande de Gaza pour un certain nombre de projets de l’ONU approuvés par les autorités israéliennes. Toutefois, la mise en œuvre de ces projets ne peut commencer avant que d’autres matériaux de construction, y compris l’acier et le gravier, ne soient autorisés à entrer.

La production d’électricité de retour à son niveau antérieur ; coupures de courant jusqu’à 12 heures par jour

Pendant la période considérée (19-25 septembre), il y a eu une légère augmentation, par rapport à la semaine précédente, de la quantité de carburant pour faire fonctionner la centrale électrique de Gaza (2,03 contre 1,98 millions de litres), réduisant les coupures de courant quotidiennes de 4-6 heures dans la bande de Gaza. Toutefois, depuis le 25 Septembre, l’usine a été contrainte de ne mettre en route qu’une seule turbine en raison des pénuries de carburant, réduisant ainsi la production d’électricité de moitié (de 60 à 30 MW). Le manque de carburant a eu lieu principalement en raison de contraintes financières et de la capacité limitée des canalisations de carburant au terminal de Kerem Shalom. Ces événements ont multiplié par deux les pannes d’électricité dans la bande de Gaza, soit 8-12 heures par jour, aux niveaux d’avant la fin août 2010. La fourniture totale d’électricité dans la bande de Gaza aujourd’hui s’élève à environ 40% en dessous de la demande estimée.

Les coupures d’électricité continuent d’affecter la vie quotidienne dans la bande de Gaza, y compris la fourniture de services essentiels, y compris l’approvisionnement en eau, l’évacuation et le traitement des eaux usées et le fonctionnement des services de santé, ce qui affecte les traitements médicaux.

ORGANISATION DES NATIONS UNIES – Bureau de la coordination des affaires humanitaires, territoire palestinien occupé

traduction : Julien Masri

Laisser un commentaire

Top