Un autre enfant arrêté à Nabi Saleh

Au cours d’une escalade de la répression contre les manifestations non armées en Cisjordanie Islam Tamimi, 14 ans, a été arrêté à son domicile à deux heures dimanche matin. C’était la deuxième fois en à peu près trois semaines qu’il était emmené par des soldats. Cependant, l’armée l’a conduit à la prison militaire d’Ofer, au lieu de l’interroger sur place et de le relâcher. Après une session d’interrogatoire de huit heures dimanche, Tamimi a avoué avoir jeté des pierres lors de la manifestation hebdomadaire à Nabi Saleh contre l’occupation. Les avocats de Tamimi étaient présents dans le poste de police et ont constamment demandé aux interrogateurs de parler avec l’enfant, mais Ils n’ont donné accès à leur client qu’au bout de cinq heures d’interrogatoire. Ses parents, qui ont droit d’être présent lorsque l’enfant est soumis à interrogatoire, se sont vu refuser l’accès à leur fils. Imaginez un enfant de 14 ans, tiré du lit à 02:00 heures du matin par des soldats lourdement armés et interrogé sans ses parents ou la présence d’un avocat. Horrible et dégoûtant.

Islam Tamimi arrêté dimanche à Nabi Saleh. (@Alison Rammer)
Islam Tamimi arrêté dimanche à Nabi Saleh. (@Alison Rammer)

Après cinq heures d’interrogatoire, les avocats ont finalement été en mesure d’accéder à Tamimi terrorisé a ils ont appris qu’il avait reconnu le jet de pierres que l’armée voulait obtenir. Le lundi matin, Tamimi a été transféré devant un tribunal militaire. L’Etat a demandé au tribunal de garder Tamimi jusqu’à jeudi, alors qu’il était prévu qu’il ait un procès. Les avocats de la défense Tamimi ont demandé que la date du procès soit plus proche, car Tamimi est un enfant. Le juge n’a pas encore rendu sa décision.

Dans une cruelle ironie des événements, la police et des soldats israéliens ont attaqué le village de Nabi Saleh mardi matin et arrêté le frère de Tamimi, âgé de 11 ans. L’enfant est maintenant détenu avec son frère et subit la même procédure d’interrogatoire que son frère dimanche. Les avocats de la défense croient que c’est une tactique morbide qui vise à punir Tamimi d’avoir demandé une date plus proche pour son procès. Le jeune de 11 ans n’a été accusé d’aucun crime. Cependant, la pression des interrogateurs israéliens et la peur absolue d’être pris par des soldats armés ont presque toujours abouti à une confession de jets de pierres que ce soit ou non la vérité.

Au-delà des gros titres des documents de la Palestine, l’arrestation de Tamimi et de son frère de 11 ans, démontre le fonctionnement interne de l’occupation israélienne de la Cisjordanie et du contrôle de la population palestinienne. Israël se sert de l’une des machines militaires les plus sophistiqués du monde pour attaquer les petits villages et arrêter des enfants. Les enfants sont soumis à des expériences traumatiques qui laissent des cicatrices psychologiques dans le but de glaner de faux témoignages qui sont utilisées contre les dirigeants des mouvements armés de résistance civile. De nombreux Gandhi Palestiniens comme Abdallah Abu Rahmah de Bil’in sont jetés en prison sur la base de ces faux témoignages. Cela fait partie du cycle de la répression israélienne de la résistance civile palestinienne. Malheureusement, cette histoire est l’une des centaines qui ne sont pas couvertes par les médias, chaque semaine en Cisjordanie. C’est ce à quoi ressemble le maintien de l’occupation israélienne.
Un autre enfant arrêté à Nabi Saleh

Le frère âgé de 11 ans de Islam Tamimi – un enfant de 14 ans arrêté à Nabi Saleh lors d’un raid de nuit sur le village – a été arrêté ce matin par l’armée à Nabi Saleh. Islam Tamimi a été interrogé pendant huit heures après son arrestation dimanche matin. Hier, l’Etat a demandé il reste en prison jusqu’à une audience jeudi.

Au cours d’une escalade de la répression contre les manifestations non armées en Cisjordanie Islam Tamimi, 14 ans, a été arrêté à son domicile à deux heures dimanche matin. C’était la deuxième fois en à peu près trois semaines qu’il était emmené par des soldats. Cependant, l’armée l’a conduit à la prison militaire d’Ofer, au lieu de l’interroger sur place et de le relâcher. Après une session d’interrogatoire de huit heures dimanche, Tamimi a avoué avoir jeté des pierres lors de la manifestation hebdomadaire à Nabi Saleh contre l’occupation. Les avocats deTamimi étaient présents dans le poste de police et ont constamment demandé aux interrogateurs de parler avec l’enfant, mais Ils n’ont donné accès à leur client qu’au bout de cinq heures d’interrogatoire. Ses parents, qui ont droit d’être présent lorsque l’enfant est soumis à interrogatoire, se sont vu refuser l’accès à leur fils. Imaginez un enfant de 14 ans, tiré du lit à 02:00 heures du matin par des soldats lourdement armés et interrogé sans ses parents ou la présence d’un avocat. Horrible et dégoûtant.

Après cinq heures d’interrogatoire, les avocats ont finalement été en mesure d’accéder à Tamimi terrorisé a ils ont appris qu’il avait reconnu le jet de pierres que l’armée voulait obtenir. Le lundi matin, Tamimi a été transféré devant un tribunal militaire. L’Etat a demandé au tribunal de garder Tamimi jusqu’à jeudi, alors qu’il était prévu qu’il ait un procès. Les avocats de la défense Tamimi ont demandé que la date du procès soit plus proche, car Tamimi est un enfant. Le juge n’a pas encore rendu sa décision.

Dans une cruelle ironie des événements, la police et des soldats israéliens ont attaqué le village de Nabi Saleh mardi matin et arrêté le frère de Tamimi, âgé de 11 ans. L’enfant est maintenant détenu avec son frère et subit la même procédure d’interrogatoire que son frère dimanche. Les avocats de la défense croient que c’est une tactique morbide qui vise à punir Tamimi d’avoir demandé une date plus proche pour son procès. Le jeune de 11 ans n’a été accusé d’aucun crime. Cependant, la pression des interrogateurs israéliens et la peur absolue d’être pris par des soldats armés ont presque toujours abouti à une confession de jets de pierres que ce soit ou non la vérité.

Au-delà des gros titres des documents de la Palestine, l’arrestation de Tamimi et de son frère de 11 ans, démontre le fonctionnement interne de l’occupation israélienne de la Cisjordanie et du contrôle de la population palestinienne. Israël se sert de l’une des machines militaires les plus sophistiqués du monde pour attaquer les petits villages et arrêter des enfants. Les enfants sont soumis à des expériences traumatiques qui laissent des cicatrices psychologiques dans le but de glaner de faux témoignages qui sont utilisées contre les dirigeants des mouvements armés de résistance civile. De nombreux Gandhi Palestiniens comme Abdallah Abu Rahmah de Bil’in sont jetés en prison sur la base de ces faux témoignages. Cela fait partie du cycle de la répression israélienne de la résistance civile palestinienne. Malheureusement, cette histoire est l’une des centaines qui ne sont pas couvertes par les médias, chaque semaine en Cisjordanie. C’est ce à quoi ressemble le maintien de l’occupation israélienne.

source : Joseph Dana

25 janvier 2011

traduction : Julien Masri

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.