W3vina.COM Free Wordpress Themes Joomla Templates Best Wordpress Themes Premium Wordpress Themes Top Best Wordpress Themes 2012

Tag Archive | "prisonniers"

sticker

Campagne AQuiLeTour

Présence et Action Culturelles et l’Association Belgo-Palestinienne dénoncent l’usage abusif des détentions administratives. Cette politique israélienne vise à briser toute résistance du peuple palestinien face à l’occupation et à détricoter le tissu familial et social palestinien. De nombreux rapports d’organisations internationales attestent qu’Israël utilise la détention administrative comme moyen de punition collective, ce qui est en contravention avec le droit international.

Nous demandons à l’État belge de poser un acte diplomatique fort en condamnant fermement cette pratique arbitraire et excessive de la détention administrative. Nous demandons qu’il appelle les Autorités israéliennes à cesser d’y recourir et qu’il exige la libération immédiate de tous les prisonniers en détention administrative, en particulier les enfants, ainsi que celles et ceux arrêtés dans l’exercice de fonctions liées à la poursuite de projets financés par la Coopération Belge au Développement. À défaut d’une libération immédiate, exiger la tenue d’un procès équitable sur base d’une infraction reconnue par le droit international.

Signez la pétition 

Photos de campagnes 

Matériel de campagne 

Share

Posted in ÀQuiLeTour, BrèvesCommentaires fermés sur Campagne AQuiLeTour

Dans le silence assourdissant des médias, 2000 prisonniers palestiniens font la grève de la faim

Bulletin 52, juin 2012

Edito

Depuis le 17 avril, 2000 prisonniers ont entamé une grève de la faim au finish pour

la fin de l’isolement et du confinement solitaire, la fin de la détention administrative, le droit aux visites familiales pour tous les prisonniers, y compris ceux de Gaza et l’accès à l’éducation et à l’information.

Deux prisonniers, Bilal Diab (27 ans) et Taer Halaleh (33 ans), en grève de la faim au finish depuis le 29 février pour protester contre leur détention administrative abusive, sont dans un état critique. Six autres sont également dans un état alarmant au jour d’aujourd’hui (11 mai 2012):  Hassan Safadi, Omar Abu Shalal, Mohammad Taj, Jaafar Azzedine, Mahmoud Sarsak, Abdullah Barghouti. Read the full story

Share

Posted in AnalysesComments (0)

La déportation de prisonniers

Bulletin 52, juin 2012

Hana Shalabi

Hana Shalabi

La déportation de Hana Shalabi vers la bande de Gaza permet de revenir sur une pratique utilisée de longue date par les autorités militaires israéliennes: la déportation. Libérée dans le cadre de l’échange de prisonniers palestiniens et du soldat israélien Gilad Shalit, intervenu en octobre 2011, Hana Shalabi est à nouveau arrêtée en février 2012 à Jénine et maintenue en détention administrative. Après une grève de la faim de près de quarante jours, les autorités israéliennes, effrayées par son état, lui proposent d’être libérée mais déportée vers la bande de Gaza pour une durée de 3 ans. Ce qu’elle accepte.

La pratique de la déportation

La détention administrative est largement  pratiquée par les autorités militaires israéliennes à l’encontre des Palestiniens. Elle permet de maintenir une personne en prison sans aucune charge retenue contre elle, sans aucun acte d’accusation précis et sans procès. Cette législation israélienne qui s’appuie sur une loi d’urgence datant du mandat britannique  permet, en outre, de prolonger indéfiniment la période de détention. Certains prisonniers palestiniens détenus dans le cadre d’une détention administrative se voient alors « offrir » la liberté par la puissance occupante en échange d’une déportation. C’est ainsi que lors de l’échange de prisonniers d’octobre 2011, 18 prisonniers originaires de Cisjordanie et de Jérusalem-Est étaient déportés vers Gaza,  tandis que 41 autres étaient tout simplement expulsés en dehors des territoires palestiniens occupés vers des pays comme la Syrie, le Qatar, la Jordanie, ….  En mai 2002, lors du siège de l’église de la Nativité à Bethléem durant l’opération « Rempart », opération  qui devait aboutir à la réoccupation de l’ensemble des territoires palestiniens, Israël avait déporté 39 combattants palestiniens, qui s’étaient retranchés dans l’édifice, vers la bande de Gaza et des capitales européennes. Read the full story

Share

Posted in AnalysesComments (0)

Une prisonnière palestinienne prend la relève de Khader Adnan

Hana Shalabi

Bulletin 51, mars 2012

Alors que le prisonnier Khader Adnan en grève de la faim pendant … jours a finalement obtenu sa libération, prévue le 17 avril prochain, Hana Shalabi, une prisonnière palestinienne entame à son tour une grève de la faim afin de dénoncer la détention administrative dont elle est l’objet.

Hana Yahia Al-Shalabi a 29 ans. Elle est originaire du village de Burqin, près de Jénine. Elle est issue d’une famille d’agriculteurs de neuf enfants. Le 29 septembre 2005, son frère Samer a été tué par l’armée israélienne lors d’une incursion dans le village.

Arrêtée une première fois le 14 septembre 2009, elle a passé deux ans dans les prisons israéliennes sans inculpation ni procès. Elle a été libérée lors de l’échange de prisonniers palestiniens contre Gilad Shalit. Mais elle a de nouveau été arrêtée et emprisonnée ce 16 février. Elle a été incarcérée dans la prison pour femmes de Hasharon. Read the full story

Share

Posted in AnalysesComments (0)

COMMUNIQUE : Les prisonniers arrêtent leur grève de la faim suite à la conclusion d’un accord

hungerstrike_prisonersSuite à un accord conclu avec le Service Israélien des Prisons, les 2000 prisonniers palestiniens ont arrêté leur grève de la faim hier. Certaines de leurs revendications ont été entendues.

Les représentants du mouvement des prisonniers en grève sont parvenus à un accord avec le Service Israélien des Prisons dans la nuit de lundi à mardi, un accord obtenu grâce au courage et à la persévérance des grévistes de la faim palestiniens. Cinq d’entre eux étaient en détention administrative – détention sans charges et sans procès – dont Bilal Diab et Thaer Halahleh, en grève de la faim depuis 77 jours. Les 2000 prisonniers en grève ont déclaré qu’ils arrêtaient leur grève suite à la signature de l’accord.

Read the full story

Share

Posted in InfosComments (0)

COMMUNIQUE : Prisonniers en danger

bannerhungerstrikefordignity

L’Association  Belgo-Palestinienne souligne l’urgence de la situation des prisonniers palestiniens retenus dans les geôles israéliennes. Les mesures punitives et collectives prises par le Service des Prisons israéliennes (IPS) contre les prisonniers en grève de la faim sont les suivantes : isolation en cellules de confinement, amendes journalières de plus ou moins 500 NIS (100€), confiscation du sel, interdiction des visites des familles, coupure de l’électricité et fouilles de la cellule et corporelles aléatoires. Jeudi dernier, le quotidien israélien Haaretz nous apprenait en outre que les autorités pénitentiaires israéliennes imposaient aux prisonniers de se mettre debout afin de pouvoir consulter un avocat.

Le 17 avril passé, quelque 1200 prisonniers ont rejoint le mouvement de grèves de la faim initié il y a déjà quelques mois pour dénoncer la pratique de plus en plus fréquente de la détention administrative à durée illimitée (six mois, renouvelables indéfiniment), ainsi que le durcissement des conditions de détention. L’organisation Addameer estime à ce jour à plus de 2500 le nombre de prisonniers palestiniens en grève de la faim. Dix prisonniers ont été transférés à l’hôpital du fait de la détérioration rapide de leur état de santé.

Les cas de Bilal Diab et Thaer Halahleh, tous deux à leur 70e jour de jeune sont particulièrement préoccupants. Tous deux ont subi une perte substantielle de poids et une chute brutale de leur pression artérielle. La plainte relative à leur détention administrative, introduite devant la Cour Suprême israélienne, a été rejetée aujourd’hui.

Relayant l’appel d’organisations palestiniennes, l’Association Belgo-Palestinienne :

–          appelle la Belgique et l’Union européenne, les Nations-Unies et le Comité international de la Croix-Rouge à intervenir auprès d’Israël pour sauver la vie de Bilal Diab et Thaer Halahleh et demander qu’ils soient relâchés de la détention administrative ;

–          demande que tous les grévistes de la faim puissent être examinés par des médecins indépendants et reçoivent des soins médicaux adéquats ;

–          demande que la Belgique et les autres États membres de l’Organisation des Nations Unies fassent pression de toute urgence sur Israël afin qu’il mettre fin à sa politique de détention arbitraire et se conforme aux conventions internationales relatives au traitement des détenus, adoptées en 1955

–          invite le Parlement européen à envoyer une délégation parlementaire comprenant des membres du Sous-Comité sur les droits de l’homme pour enquêter sur les conditions de détention des Palestiniens détenus dans les prisons israéliennes.

Pour plus d’informations :

–          Appel des organisations palestiniennes des droits de l’homme (sur le site addameer.org) :  http://www.addameer.org/etemplate.php?id=473

–          Fact sheet du Middle East Monitor sur les prisonniers palestiniens (26 avril 2012) : www.middleeastmonitor.org.uk/downloads/factsheets/why-palestinian-prisoners-are-on-hunger-strike.pdf

Share

Posted in BrèvesComments (0)

Israël libère Khader Adnan

2772_345x230

Khader Adnan

BETHLEEM (Ma’an) – Les autorités israéliennes ont libéré l’ancien gréviste de la faim et détenu administratif Khader Adnan mardi soir, a signalé un correspondant de Ma’an.

Adnan est arrivé à son domicile à Araba dans le nord de la Cisjordanie pour rencontrer sa famille avant de revenir à une tente de réception où il a parlé à des sympathisants et des officiels du village.

Des centaines de Palestiniens ont scandé des slogans en solidarité avec les prisonniers tout en accueillant l’ex-détenu, dont la grève de la faim de 66 jours en a inspirés d’autres à protester contre la détention administrative.

En vertu cette disposition, Israël peut emprisonner des suspects indéfiniment, sans jamais les informer des charges auxquelles ils doivent répondre ou présenter à leurs avocats un quelconque élément de preuve. Plus de 300 Palestiniens sont détenus sans inculpation en Israël.

Inspirée par la protestation d’Adnan, une femme détenue, Hana Shalabi, a refusé de s’alimenter pendant 43 jours avant que les Israéliens décident de l’expulser vers Gaza, lui interdisant de retourner vers sa Cisjordanie natale pendant au moins trois ans.

Mardi, au moins 1.200 prisonniers dans les prisons israéliennes ont lancé une grève de la faim à durée indéterminée.

Des centaines ont rejoint ce qu’on appelle la «bataille des estomacs vides » pour coïncider avec la Journée des prisonniers palestiniens, alors qu’à la fois en Cisjordanie et dans la bande de Gaza  des rassemblements de masse avaient lieu en appui aux quelques 4.800 prisonniers détenus dans les prisons israéliennes.

L’autorité des prisons israéliennes a déclaré que 2300 prisonniers avaient annoncé qu’ils rejetteraient leur repas quotidien le mardi, tandis que 1200 ont indiqué qu’ils commençaient une réelle grève de la faim.

« L’Autorité pénitentiaire israélienne a fait face à des grèves de la faim dans le passé et est prête à y faire face aujourd’hui», a-t-elle ajouté.

Des responsables palestiniens ont déclaré que 1600 prisonniers avaient rejoint la grève illimitée de la faim.

Des groupes de défense des droits de l’homme ont  appelé mardi à la responsabilité internationale concernant la situation des prisonniers palestiniens. Al-Mezan a exhorté la communauté internationale de ne pas travailler avec la compagnie de sécurité G4S, qui équipe les checkpoints israéliens et les prisons.

Pendant ce temps, al-Haq a exhorté le monde à ne pas ignorer quatre Palestiniens grévistes de la faim qui ont été hospitalisés après avoir refusé la nourriture pendant plus d’un mois.

Source : Maan News, 18.04.2012.

Trad. : NJO

Share

Posted in BrèvesComments (0)

COMMUNIQUE : Khader Adnan, En grève de la faim depuis 64 jours

khader-adnan-hunger-strikeKhader Adnan, un palestinien de 33 ans, proteste contre sa détention administrative en Israël par une grève de la faim qui dure depuis maintenant 64 jours. Selon les médecins, un risque mortel apparaît dès le 45e jour de grève de la faim. Khader Adnan est déterminé à aller jusqu’au bout, afin de dénoncer sa détention ainsi que les traitements qui lui sont infligés par le Service Israélien des Prisons. Read the full story

Share

Posted in InfosComments (0)

Israël libère 550 détenus palestiniens

Le Franco-Palestinien Salah Hamouri, 26 ans, a notamment été relâché.

550 détenus palestiniens ont été libérés hier. (REUTERS)

550 détenus palestiniens ont été libérés hier. (REUTERS)

Israël a relâché dimanche 550 détenus palestiniens, dont le Franco-Palestinien Salah Hamouri, dans le cadre de la dernière phase d’un échange qui a permis la récente libération du soldat israélien Gilad Shalit.

Le principal contingent de prisonniers est arrivé tard dans la soirée à bord d’une dizaine de bus à Ramallah, le siège de l’Autorité palestinienne en Cisjordanie, tandis qu’un groupe de 41 détenus entrait au même moment dans la bande de Gaza.

Plusieurs milliers de proches ont célébré la libération des leurs devant la Mouqata’a à Ramallah, où sont situés les bureaux de la présidence palestinienne. Des scènes de liesse se sont aussi déroulées à Gaza.

Salah Hamouri, arrêté en 2005
Par ailleurs, Salah Hamouri, 26 ans, a été relâché sur la base militaire israélienne d’Atarot, à Jérusalem-Est.

Très attendu, il a été accueilli par ses parents avant de retrouver le domicile familial où l’attendaient proches et sympathisants dans une atmosphère de fête.

«Je leur promets que ma libération sera le début de la lutte collective pour notre but commun jusqu’à la liberté de notre peuple et le retour des refugiés palestiniens», a-t-il affirmé dans une interview à l’AFP.

Dans un communiqué, le président de l’Association France Palestine Solidarité (AFPS), Jean-Claude Lefort, qui a animé son comité de soutien, s’est félicité de sa libération, tout en regrettant qu’elle soit «tardive» et en dénonçant «un procès inique».

Né à Jérusalem de mère française et de père palestinien, Salah Hamouri, arrêté le 13 mars 2005, avait été reconnu coupable en 2008 par un tribunal militaire israélien de projet d’assassinat du rabbin Ovadia Yossef, le dirigeant spirituel du parti ultra-orthodoxe Shass. Condamné à sept ans de prison, il a toujours clamé son innocence.

Le rabbin Yossef a finalement donné son aval à sa libération à la suite d’une requête du président Nicolas Sarkozy.

55 mineurs relâchés
Aux termes d’un pacte conclu avec le mouvement islamiste Hamas, via une médiation égyptienne, Israël avait relâché le 18 octobre un premier contingent de 477 détenus palestiniens, le jour même de la libération de Gilad Shalit, détenu pendant plus de cinq ans au secret à Gaza.

L’accord prévoyait qu’un deuxième groupe de 550 Palestiniens serait relâché dans les deux mois.

Dans un communiqué, l’armée israélienne a fait savoir que «la seconde phase de l’opération pour le retour du sergent de 1ère classe Gilad Shalit est terminée».

Contrairement au précédent échange, aucun des Palestiniens relâchés n’a «du sang sur les mains», selon l’expression des autorités israéliennes signifiant qu’ils n’ont pas été impliqués dans des attentats meurtriers.

«Le choix des noms a été le fait d’Israël seul et la priorité a été accordée aux détenus du Fatah», le mouvement du président Mahmoud Abbas, a souligné un responsable gouvernemental israélien.

Parmi les prisonniers qui recouvrent la liberté, figurent six femmes et, selon l’Unicef, 55 mineurs âgés de 14 à 17 ans.

Selon l’armée israélienne, 41 détenus sont retournés dans la bande de Gaza, 2 à Jérusalem-Est — dont Salah Hamouri —, 2 en Jordanie et le reste en Cisjordanie.

La radio publique israélienne a précisé que 300 des détenus élargis dimanche devaient être libérés dans moins d’un an et que 400 avaient déjà purgé les deux tiers leur peine.
Source : Libération

Share

Posted in InfosComments (0)

Le Franco-Palestinien Salah Hamouri libéré dimanche

Le Franco-Palestinien Salah Hamouri sera libéré dimanche par Israël dans le cadre de l’accord relatif à la libération du soldat israélien Gilad Shalit, a-t-on appris mercredi 14 décembre de sources officielles israéliennes. Read the full story

Share

Posted in InfosComments (0)