Publiez la base de données des Nations Unies sur les entreprises impliquées dans la colonisation !

Dans une lettre ouverte adressée au Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, 100 organisations, dont l ‘Association belgo-palestinienne, le CNCD-11.11.11 et plusieurs autres ONG belges, demandent la publication immédiate d’une base de données des Nations Unies des entreprises actives dans les colonies israéliennes.

Les colonies israéliennes sont des crimes de guerre au regard du droit international et rendent impossible un développement socioéconomique durable dans le territoire palestinien occupé.

Malgré cela, de nombreuses banques et entreprises privées fournissent encore la base financière nécessaire au maintien et à l’expansion de l’économie des colonies israéliennes. C’est pour cette raison que les Nations unies travaillent depuis 2016 sur une base de données des entreprises actives dans la colonisation israélienne.

BASE DE DONNÉES DYNAMIQUE

La publication de cette base de données a déjà été retardée à plusieurs reprises, notamment à cause des fortes pressions américaines et israéliennes. Dans une lettre ouverte adressée à Michelle Bachelet, la nouvelle Haute-Commissaire des Nations unies aux droits de l’homme, 100 organisations palestiniennes, internationales et belges* demandent donc la publication immédiate de la base de données de l’ONU.

Elles soulignent également que la base de données devrait être disponible en ligne et mise à jour régulièrement. Ainsi les entreprises qui se retirent des colonies peuvent être retirées de la base de données immédiatement, au lieu d’attendre des mois.

Les organisations signataires soulignent en outre que les Nations unies doivent garantir des ressources suffisantes pour le maintien et la mise à jour de la base de données et que les États membres doivent de leur côté informer les entreprises de l’existence de la base de données.

BELGIQUE

En octobre dernier, le ministre des Affaires étrangères Didier Reynders a réitéré au Parlement que la Belgique était favorable à la base de données des Nations unies. Le CNCD-11.11.11 appelle donc le ministre et la représentation diplomatique belge à Genève à promouvoir activement la publication rapide de la base de données, sous une forme dynamique, et à également mobiliser les autres États membres de l’UE dans ce sens.

Ce genre d’initiatives belges contribuerait au développement d’une « politique de différenciation » européenne à l’égard des colonies, par laquelle les pays excluent systématiquement les colonies israéliennes de toute relation politique, financière et économique.

Le Conseil de sécurité des Nations unies et le Parlement fédéral demandent également l’élaboration d’une telle politique de différenciation.

Laisser un commentaire

Top