OMS – Fiche d’information de santé de Gaza

La bande de Gaza est le cadre d’une longue crise politique et socio-économique. Les événements récents ont entraîné une grave détérioration des conditions de vie déjà précaires de la population de Gaza et ont encore érodé un système de santé affaibli.

La fermeture de la bande de Gaza depuis la mi-2007 et la dernière attaque militaire israélienne entre le 27 décembre 2008 et le 18 janvier 2009 ont conduit à la détérioration en cours dans les secteurs  sociaux, économiques et environnementaux de la santé.

Renvoi des patients souffrant de maladies graves à l’étranger pour le traitement spécialisé en dehors de Gaza.

De nombreux traitements spécialisés, par exemple la chirurgie cardiaque complexe et certains types de traitements contre le cancer, ne sont pas disponibles dans la bande de Gaza ; les patients sont donc soumis à un traitement à l’extérieur des hôpitaux de Gaza. Mais de nombreux patients ont vu leurs demandes de permis de sortie refusées ou retardées par les autorités israéliennes et ils ont manqué leur rendez-vous. Certains sont morts en attendant leur demande de recours.

1103 demandes de permis de traverser Erez ont été soumises par les patients aux autorités israéliennes en décembre 2009. 21% ont vu leur demande refusée ou retardée ce qui a eu pour conséquence de leur faire manquer leur rendez-vous hôpital, les obligeants de plus à redémarrer le processus de demande de permis.

Deux patients sont décédés récemment, dans l’attente de d’une décision – l’un en novembre et une jeune femme en descendre. 27 patients sont morts en attendant une réponse depuis le début de l’année.

Mort de Fidaa Talal Hijjy

Fidaa Talal Hijjy, 19 ans, a été diagnostiquée avec la maladie de Hodgkin en 2007. Elle a été soignée à l’hôpital Shifa de Gaza. Sa santé s’est détériorée, elle a dit qu’elle avait besoin d’une greffe de moelle osseuse. Cette procédure n’est pas disponible dans la bande de Gaza. Ses médecins lui ont adressé eà l’hôpital Tel Hashomer, en Israël le 20 août 2009 et elle a obtenu un rendez-vous à hôpital pour le 23 septembre 2009 afin d’effectuer une greffe.

Le Bureau de liaison du district a présenté une demande pour Fidaa à traverser Erez à la date de son rendez-vous, mais les autorités israéliennes n’ont pas répondu à sa demande et elle a manqué son rendez-vous à l’hôpital Tel Hashomer. Elle a obtenu un nouveau rendez-vous pour le 20 octobre 2009 et une nouvelle demande a été soumise afin de traverser Erez. Elle n’a pas eu de réponse de la part des autorités israéliennes. Son état de santé s’est encore détérioré. Elle a reçu un nouveau rendez-vous à l’hôpital Shneider en Israël pour le 9 novembre 2009 et a présenté une demande urgente de traverser Erez. Aucune réponse n’a été reçue.

Fidaa est décédée le 11 novembre 2009. Les autorités israéliennes ont approuvé sa demande le 12 novembre 2009, trois jours après son rendez-vous à l’hôpital et un jour après sa mort.

Fourniture de matériel médical – Pharmacie centrale

La fourniture de médicaments et de produits à usage unique ont été généralement admis dans la bande de Gaza. Cependant, il y a souvent des pénuries sur le terrain principalement en raison de manques dans les livraisons. Le tableau ci-dessous montre les médicaments et consommables qui sont en rupture de stock en pourcentage de la liste essentielle. La liste des médicaments essentiels contient 480 articles, et la liste des produits médicaux jetables est de 700 articles.

Des retards de 2-3 mois se produisent sur l’importation de certains types d’équipements médicaux, tels que les appareils de radiographie et les appareils électroniques. Le personnel clinique manque souvent de matériel médical dont il a besoin. Les dispositifs médicaux sont souvent hors d’usage, manquant de pièces de rechange ou de mises à jour.

Formation du personnel sanitaire

les professionnels de la santé à Gaza sont coupés du monde extérieur. Depuis 2000, très peu de médecins, d’infirmières ou de techniciens ont pu quitter la bande pour suivre une formation par exemple, mettre à jour leurs compétences cliniques ou pour découvrir les nouvelles technologies médicales. Ceci compromet gravement leur capacité à fournir des soins de santé de qualité. Un système de santé efficace ne peut être maintenu dans l’isolement de la communauté internationale.

Pendant la grève de la santé de fin août à fin décembre 2008, on estime que 1750 médecins, infirmières et personnel non clinique des hôpitaux et des cliniques de santé ont fait la grève suite à quoi beaucoup de leurs postes ont été occupés par des personnes recrutées par l’autorité de facto. Bon nombre des employés en grève ne sont pas retournés à leur travail.

En août 2008, deux tiers des hôpitaux de Gaza n’avait pas de personnel d’entretien. Tous les hôpitaux de Gaza – sauf les deux à Rafah – ont maintenant des ingénieurs et des techniciens en poste. Mais les trois quarts des techniciens interrogés par l’OMS en Cisjordanie et à Gaza en mai 2009 était en poste depuis moins d’un an. Alors que la moitié des ingénieurs ont été formés à l’entretien du matériel médical, seulement un quart des techniciens avait reçu une formation spécifique.

Dans les écoles médicales et les programmes de santé publique, les processus de l’élaboration des programmes n’atteignent pas les normes internationales.

Gaza une économie qui s’effondre

La hausse du chômage (41,5 % de la main-d’œuvre de Gaza dans le premier trimestre de 2009) et de la pauvreté (en mai 2008, 70 % des familles vivent avec un revenu de moins d’un dollar par jour et par personne) est susceptible d’avoir à long terme des effets négatifs sur la santé physique et mentale de la population.

L’eau : une sur-extraction, les niveaux de salinité et de nitrate

L’accroissement de la salinité et des niveaux élevés de nitrates dans l’eau, la surexploitation des eaux souterraines et l’intrusion d’eau salée sont des préoccupations majeures pour la sécurité de l’eau potable, en particulier dans le cas des enfants, qui sont plus vulnérables aux niveaux élevés de nitrate. Les niveaux de salinité dans les puits dans la plupart des parties de la bande de Gaza sont au-dessus des 250 mg / litre limite établie par l’OMS concentrations, et le nitrate dépasse les normes de l’OMS de 50 mg / litre (jusqu’à concurrence de 331 mg / l).

Opération « plomb durci » – impact sur les installations de santé et sur le personnel

– 6 travailleurs de la santé tués et 25 blessés en service

– détérioration des infrastructures des services de santé :
o 15 des 27 hôpitaux de Gaza
o 43 de ses 110 services de soins primaires
o 29 de ses 148 ambulances

– le manque de matériaux de construction affecte les établissements de santé essentiels : la nouvelle aile de chirurgie de l’hôpital Shifa de Gaza est inachevée depuis 2006. Les hôpitaux et les établissements de soins primaires, endommagé lors de l’opération « plomb durci », n’ont pas été reconstruits puisque les matériaux de construction ne sont pas autorisés à pénétrer dans la bande de Gaza.

20 janvier 2010

source (et voir aussi les graphiques) : OCHA

traduction : Julien Masri

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.