Nouvel assassinat extra-judiciaire à Hébron

Lundi 26 avril 2010, les forces d’occupation israéliennes ont tué un Palestinien, Ali Ali Isma’el Swaiti, 45 ans, de Beit Awwa, dans un quartier d’Hébron en Cisjordanie, après la démolition d’une maison alors qu’il était à l’intérieur. Les forces d’occupation israéliennes affirment qu’Ali Swaiti était recherché depuis plusieurs années. Le Centre palestinien pour les droits de l’homme (PCHR) condamne ce crime – ce qui constitue une exécution extrajudiciaire – et invite la communauté internationale à œuvrer pour que les hommes politiques israéliens et les commandants soupçonnés d’avoir commis des crimes de guerre soient traduits en justice.

Selon les enquêtes menées par le PCHR et le récit de témoins oculaires, les forces d’occupation israéliennes sont entrées dans la ville de Beit ‘Awwa à l’extrême sud de Hébron à environ 3h le lundi 26 avril 2010, soutenues par des véhicules blindés, un bulldozer et une pelleteuse Caterpillar. Les forces israéliennes ont encerclé la maison dans laquelle se trouvait Ali Swaiti, en utilisant des bombes assourdissantes. La maison appartient à Mahmoud Abdul Aziz Swaiti. Pendant l’opération, les soldats israéliens ont fait irruption dans de nombreuses autres maisons dans le quartier et les ont transformées en points d’observation et en postes de tir.

Après quelques minutes, les forces d’occupation israéliennes ont évacué sous la menace la famille vivant dans la maison visée ainsi que d’une famille vivant dans une autre maison qui appartient à la famille d’Ahmed Abdul Aziz Swaiti. Les deux familles ont été détenues à l’extérieur pendant un certain temps avant qu’elles ne soient emmenées vers une maison voisine appartenant à Abdul Jalil Swaiti. Elles ont été détenues là-bas avec d’autres familles, qui ont toutes été interrogées au sujet de la localisation de la personne recherchée.

Vers 5h40, un bulldozer israélien a commencé à détruire les clôtures qui entourent la première maison. Il a progressé vers la maison et a commencé à la démolir, mais il s’est retiré suite à des tirs venant de l’intérieur de la maison. Les forces israéliennes stationnées dans les maisons voisines ont ouvert le feu sur la maison pendant 15 minutes de tous les côtés avant qu’une explosion retentisse dans la maison. Les résidents du quartier ont rapporté que l’explosion a résulté du bombardement de la maison.

A environ 6h, le véhicule Caterpillar a commencé à se rendre dans la maison et à détruire les clôtures. Après cela, une pelleteuse a continué à démolir de la maison, puis a reculé pour permettre à nouveau l’avance du bulldozer et la recherche du corps de Swaiti.

A environ 7h, le bulldozer a soulevé le corps de Swaiti des décombres l’a laissé tomber sur la route près de la maison démolie avant de le déplacer 10 m plus loin. Vers 7h30, un soldat israélien a tiré au moins deux fois sur le corps de Swaiti à une distance de 3 mètres. A environ 8h, les forces d’occupation israélienne ont quitté les maisons dans lesquelles ils avaient pris position.

Dans l’intervalle, les civils palestiniens ont quitté leurs maisons et beaucoup d’entre eux se sont précipités vers la zone de l’attaque. Ils ont porté le corps de Swaiti à l’intérieur. Cependant, certaines personnes se sont heurtées aux forces israéliennes pendant qu’elles se retiraient. Celles-ci ont tiré sur les gens en utilisant des balles de métal recouvert de caoutchouc, blessant cinq Palestiniens, dont un garçon et une jeune femme. Les blessés sont :

1. Mohammed Mahmoud Masalmah, 23 ans, blessé par une balle à la tête ;

2. Baha ‘Mohammed el-Akimi’Amareen, 20 ans, blessé par deux balles dans les jambes ;

3. Hussein Yusuf Swaiti, 18 ans, blessé par une balle à la jambe ;

4. Hammam Isma’el Masalmah, 17 ans, blessé par deux balles dans les jambes, et

5. Asma Murshed Swaiti, 19 ans, blessée par une balle à l’épaule droite.

Le porte-parole de l’armée israélienne a déclaré que Swaiti était recherché par les services de sécurité israéliens depuis huit ans, et qu’il était tenu pour responsable de la réalisation d’un certain nombre de tir d’attaques contre des cibles israéliennes près d’Hébron, y compris d’avoir ouvert le feu près de l’intersection Ethna-Tarqumiya le 26 avril 2004, soit exactement six ans avant son assassinat. L’attaque avait causé la mort d’un soldat israélien et en avait blessé deux autres.

L’ABP s’associe au PCHR qui réitère sa condamnation de tels actes et :

1. Confirme que cet acte constitue une partie d’un ensemble de crimes de guerre israéliens perpétrés dans le territoire palestinien occupé (TPO), qui reflètent le mépris des forces d’occupation israéliennes pour la vie des Palestiniens et pour les exigences du droit international.

2. Réitère sa condamnation de la politique illégale d’exécutions extrajudiciaires perpétrées par les forces d’occupation contre les militants palestiniens. Il confirme également que cette politique soulève des tensions dans la région et augmente le risque de victimes civiles parmi la population palestinienne.

3. Demande à la communauté internationale d’intervenir immédiatement pour arrêter ces crimes qui constituent des violations des droits humains internationaux et du droit humanitaire.

4. Demande à la communauté internationale, en particulier aux Hautes Parties contractantes à la Quatrième Convention de Genève, de s’acquitter de leurs obligations en vertu de l’article 1 de la Convention afin d’assurer le respect de ladite Convention en toutes circonstances, et de leur obligation en vertu de l’article 146, de rechercher et poursuivre les responsables qui commettent des violations graves de la Convention. Le PCHR invite également les Hautes Parties contractantes à respecter leurs responsabilités en tant que signataires du protocole additionnel à la Convention, comme les violations qui constituent des crimes de guerre conformément à l’article 147 de la Convention.

Mardi 27 avril 2010, PCHR

traduction : Julien Masri

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.