News du BDS

Bulletin 64, Juin 2015

News du BDS 

 Alors que SodaStream s’apprête à envahir nos grandes surfaces (voir article ci-contre), la campagne BDS progresse encore à travers le monde. En Belgique, où des académiciens s’élèvent contre l’injustice, dans le monde culturel, quand des artistes refusent de se produire à Tel Aviv ou encore à l’autre bout de la terre, lorsque le refus de laisser entrer en Israël un de ses ministres provoque une vague de BDS en Afrique du Sud. Tour d’horizon des avancées de la campagne.

1. Belgique : ça bouge dans les universités belges 

1.1 ULB – Pressions israéliennes, liberté d’expression en danger ?

Largement commentée dans la presse, l’action du Cercle BDS-ULB organisée dans le cadre de l’Israël Apartheid Week a suscité une vive polémique au sein de l’Université libre de Bruxelles. Montée par des étudiants du Cercle des étudiants juifs de l’ULB, une vidéo tentait d’accréditer l’accusation selon laquelle des propos à caractère antisémite auraient été tenus lors de l’action.

Alors que le recteur de l’ULB a démenti toutes ces assertions dans un communiqué de presse commun avec le cercle BDS et les étudiants à l’origine du montage vidéo, 75 personnalités en lien avec l’ULB ont appelé dans une carte blanche à la suppression du cercle BDS.

Préoccupées par cet appel qui relève tout simplement de la censure, deux cents personnes de ou proches de l’université ont, quant à elles, défendu l’existence du Cercle BDS et rappelé le droit de débattre et de critiquer librement Israël, sans être aussitôt taxé d’antisémitisme, ce qui est purement et simplement « un outil d’intimidation intellectuelle qui n’a pas sa place dans la pratique du libre examen ».

En effet, si le combat contre l’antisémitisme, comme contre toutes les formes de racisme, doit être mené sans concession, il ne peut être utilisé pour discréditer la campagne BDS, pacifique et pluraliste, qui cible uniquement le non-respect du droit international par Israël.

1.2 BACBI (Belgian Campaign for an Academic en Cultural Boycott of Israël) – le monde culturel et académique belge se mobilise en faveur d’un boycott des universités israéliennes

 Plus de deux cent cinquante universitaires belges ont appelé à un boycott complet et permanent de toutes les institutions culturelles et académiques israéliennes. Les signataires de cet appel demandent que cessent les violations continues des droits humains des Palestiniens. « Nous déclarons notre volonté de boycotter les institutions universitaires israéliennes, de nous abstenir de participer à toute forme de coopération institutionnelle, d’appeler à nous rejoindre nos collègues belges et leurs institutions à relever le défi. Les universités israéliennes sont complices dans les politiques d’occupation et d’apartheid, soit par leur silence soit par leur coopération active avec l’industrie de l’armement et l’armée. »

Il s’agit là d’une des plus importantes initiatives à travers le monde en faveur d’une rupture des liens avec les universités israéliennes, pour leur complicité dans l’occupation.

 2. USA : Lauryn Hill annule son concert en Israël

Lauryn Hill, la célèbre chanteuse Rnb, a décidé d’annuler sa venue en Israël dans le cadre d’un concert prévu le 7 mai. «  J’aurais beaucoup aimé offrir un concert live dans cette partie du monde, mais aussi être présente pour soutenir la justice et la paix » a déclaré la chanteuse, qui précise qu’elle aurait aimé se produire à Ramallah. La star américaine vient donc s’ajouter à la longue liste des personnalités culturelles, parmi lesquelles Roger Waters, Annie Lennox ou encore Elvis Costello, qui ont choisi de ne plus se produire en Israël tant que se perpétuent un régime d’apartheid et une politique coloniale dans ce pays.

3.  Grande-Bretagne – SOAS rejoint BDS !

 La prestigieuse université londonienne  School of Oriental and African Studies  rejoint la liste des signataires du BDS. Lors d’un référendum, le corps professoral, les étudiant-e-s et les employé-e-s de l’université ont voté à 73 % pour la rupture des liens académiques entre Israël et leur établissement. L’université de SOAS, classée parmi les 10 meilleures universités au monde dans ses domaines de compétences, devient ainsi la première université occidentale à rejoindre le BDS.

En Belgique, même si aucune université n’a pour le moment fait le grand saut, rappelons que la Fédération des étudiants francophones (FEF) est signataire du BDS.

 4. Afrique du Sud – Refus d’entrée en Israël, BDS s’envole.

Sacré coup de pouce donné à la campagne BDS ; le ministre sud-africain de l’Enseignement supérieur, Blade Nzimande, s’est vu récemment refuser l’entrée sur le territoire israélien. Après avoir déclaré qu’ « Israël essaie de subvertir la liberté académique, ce qui ne peut être toléré », il a aussitôt appelé les institutions académiques sud-africaines à rompre immédiatement tous leurs liens avec Israël.

Depuis lors, cinq universités sud-africaines ont rompu leurs liens académiques avec Israël et dans la foulée, une vingtaine de grandes entreprises ont résilié leurs contrats avec l’entreprise G4S impliquée dans l’occupation en Palestine.

5. France – Orange complice de l’apartheid israélien

 Nos voisins français se lancent dans une grande campagne contre l’entreprise de télécoms Orange complice dans les attaques de 2014 contre Gaza. En effet, il est dorénavant avéré que l’entreprise française a fourni une aide matérielle directe aux forces israéliennes. Pire, depuis quelques années déjà, la firme «  parraine » également deux unités militaires israéliennes. Lecteurs français… vous voilà prévenus !

6. Brésil – Si tu vas à Rio… (ce sera sans ISDS)

 Suite aux pressions de plus de 60 organisations de la société civile brésilienne, le gouvernement brésilien a décidé d’annuler son contrat avec la société israélienne International Security and Defense Systems. Conclu dans le cadre des prochains JO de Rio en 2016, ce sont 2, 2 milliards de dollars d’envolés pour ISDS Company.