Netta Barzilai, ambassadrice culturelle du régime d’occupation et d’apartheid d’Israël.

Netta Barzilai, représentante victorieuse d’Israël à l’Eurovision, contribue au projet du gouvernement israélien de redorer son blason, projet visant à donner un semblant de normalité à l’Etat et à étouffer les violations israéliennes au droit international et aux droits des Palestiniens.

Israël utilise ouvertement la culture comme forme de propagande pour étouffer et justifier son régime d’occupation, d’apartheid et le colonialisme subis par le peuple palestinien.

L’appel de PACBI au boycotte culturel d’Israël est strictement institutionnel, dans le sens où il vise les institutions israéliennes pour leur complicité dans l’oppression des Palestiniens. Etant profondément ancré dans le respect du droit international et des droits de l’Homme, le mouvement BDS, y compris le PACBI, rejette par principe le boycotte d’individus sur la base de leur identité (citoyenneté, race, genre ou religion) ou de leurs opinions.

Néanmoins, si un individu représente l’État d’Israël, une institution complice des violations d’Israël, ou qu’il est commissionné/recruté pour participer à « l’amélioration » de l’image de l’État, alors ses activités peuvent faire l’objet du boycotte institutionnel appuyé par le mouvement BDS. Les ambassadeurs culturels ne sont pas de simples individus ; ils sont des représentants officiels du régime d’occupation et d’apartheid mis en place par Israël.

En tant que gagnante de l’Eurovision pour Israël, Netta Barzilai représente l’Etat et est donc une ambassadrice culturelle du régime d’occupation et d’apartheid. Elle a clairement été choisie pour participer au changement d’image d’Israël. Ces deux conditions rendent ses évènements sujets au boycotte, puisqu’ils contribuent à banaliser la situation d’Israël en cherchant à camoufler ses violations au droit international et aux droits de l’Homme des Palestiniens.

Le 14 mai dernier, journée marquée par le massacre de 62 Palestiniens dont 6 enfants à Gaza, Netta Barzilai a donné un concert à Tel-Aviv (organisé par le maire de la ville), au cours duquel elle a clamé : « Nous avons une raison d’être heureux ».

Le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahu a qualifié Barzilai de « meilleure ambassadrice d’Israël »,  mettant ainsi en évidence l’emploi de l’art comme outil de propagande par son gouvernement d’extrême droite.

Au cours d’une interview donnée en juillet 2018 à Associated Press, Barzilai a déclaré :  « Israël est fantastique. Notre peuple est formidable. Nous sommes chaleureux, pleins de vie et nous avons de vraies valeurs… (mais) nous souffrons de mauvaises relations publiques dans le monde. »

Les institutions gouvernementales israéliennes promeuvent régulièrement les spectacles de Netta Barzilai. Le consulat israélien aux Etats-Unis a, par exemple, soutenu un de ses concerts en Caroline du Nord et l’ambassade d’Israël en Autriche a également fait la promotion de son concert à Vienne.

Barzilai contribue également au « pinkwashing » du gouvernement israélien, c’est à dire l’exagération de son soutien à la cause LGBT pour camoufler les atteintes continues aux droits des Palestiniens.  Elle a donné un concert lors de la Tel-Aviv Pride, soutenue par le gouvernement israélien, et a participé à d’autres évènements LGBT en Europe, notamment à Cologne où son concert a été organisé avec le soutien de l’ambassade israélienne. A l’occasion de sa tournée européenne en novembre 2018, Netta Barzilai montera sur scène à Paris lors d’un évènement dirigé par Eliad Cohen de Papa Party et Arisa, toujours dans le cadre de la campagne de communication d’Israël en faveur de la cause LGBT.

En septembre 2018, Barzilai a joué à un évènement en Allemagne organisé par l’institution quasi étatique Keren Hayessod – l’appel unifié pour Israël.

 En août 2018, elle a également participé à la soirée d’anniversaire de Sheldon Adelson, milliardaire américain et appui inconditionnel du gouvernement israélien d’extrême droite.  Il est l’un des plus gros donateurs aux organisations anti-palestiniennes aux Etats-Unis et un des principaux soutiens financiers des colonies en Israël.

 Avant sa victoire à l’Eurovision, Barzilai a chanté à la cérémonie d’illumination du flambeau qui a ouvert les célébrations officielles du 70ème anniversaire de la création d’Israël ; cette journée représente, pour les Palestiniens, le début de 70 ans de déplacements et de spoliations depuis la Nakba.

Traduction livre de l’article  Netta Barzilai, Cultural Ambassador for Israel’s Regime of Occupation and Apartheid
https://bdsmovement.net/news/netta-barzilai-cultural-ambassador-israels-regime-occupation-and-apartheid?fbclid=IwAR3VKDE2sVPhemYChm4yObfNxY3omCa2on_uDotqa1DXFk1XdwYik2ENulk

 

Laisser un commentaire

Top