Maison incendiée au cours d’une manifestation à Nabi Saleh

Une maison incendiée par une attaque aux bombes lacrymogènes ; des maisons envahies et utilisées comme postes militaires ; des soldats qui tirent sur tout ce qui bouge ; qui procèdent à des arrestations; qui punissent collectivement une population par des attaques massives au gaz ; des snipers tirant des balles métalliques caoutchoutées et à balles réelles en direction des manifestants – un nouveau long vendredi de répression de l’armée israélienne a été le lot des résidents de Saleh Nabi, tenant ferme pour la liberté contre l’occupation qui les étrangle et contre la colonie de Halamish, elle-même construite sur les terres du village.

Maison incendiée par les jets de canettes de gaz à Nabi Saleh (@Activestills.org)
Maison incendiée par les jets de canettes de gaz à Nabi Saleh (@Activestills.org)

La manifestation a été encore plus courte que d’habitude puisqu’elle a subi, sans provocation aucune, une attaque immédiate de la police des frontières israélienne, des tirs de bombes lacrymogènes directement sur les manifestants, une stratégie qui a persisté tout au long de la manifestation et qui viole même la réglementation de l’armée.

Cette attaque a été rapidement suivie par une incursion de l’armée puis la prise de contrôle de plusieurs maisons dans le village, des maisons – surtout leurs toits – utilisées comme avant-postes militaires. Au cours de la deuxième Intifada, l’armée israélienne a occupé des maisons pendant des mois d’affilée et maintenant les habitants disent que les maisons occupées lors de la manifestation sont susceptibles d’être à nouveau occupées les vendredis à venir. Les soldats de l’armée ont pris la liberté (avec, dans de nombreux cas, un plaisir pervers) de tirer à vue sur quiconque était dans leur viseur. Il n’y a qu’une quelques cas où des pierres ont été jetées en direction de l’incursion de l’armée. Les tireurs d’élite ont utilisé des balles caoutchoutées et vers la fin de l’incursion de l’armée dans le village, des soldats ont également tiré à balles réelles en direction des manifestants. Plusieurs manifestants ont été légèrement blessés, principalement à cause des grenades lacrymogènes lancées directement sur eux.

Au cours de l’attaque non-provoquée et cruelle à l’intérieur d’une zone peuplée, deux maisons ont été touchés par des grenades lacrymogènes. Dans une des maisons un incendie a fini par éclater. Le feu a consumé une partie des biens de la famille (en général des matelas et les murs intérieurs). Les manifestants sont venus éteindre le feu et plus tard un véhicule des pompiers palestiniens est arrivé.

Dans un incident séparé deux manifestants palestiniens ont été arrêtés sans raison justifiée. Jeudi soir, avant le jour de la manifestation, comme c’est le cas de nombreuses nuits depuis que les manifestations ont commencé – l’armée israélienne a envahi le village pour y patrouiller. Aucune arrestation n’a été faite. Environ 10 jeeps de l’armée ont participé à cette incursion militaire vendredi à Nabi Saleh. Les trois jeunes du village qui ont été arrêtés vendredi dernier ont été libérés mardi et jeudi, à la joie de leurs familles, amis et sympathisants.

source : popular struggle coordination commitee

traduction : Julien Masri

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Top