Lettre aux administrateurs de Liège Airport sa

Action boycott à l'aéroport de Liège, devant le siège de la société CAL-Lachs.
Action boycott à l'aéroport de Liège, devant le siège de la société CAL-Lachs.

Le 9 février dernier, l”Association Belgo-Palestinienne interpellait le CA de Liege Airport sa, en particulier les membres mandatés par des partis politiques. Une action était organisée le 12 février par l’ABP-section de Liège pour appeler à une plus grande transparence du passage de certaines marchandises par l’aéroport de Liège, en particulier en provenance et à destination d’Israël. La date avait été choisie parce que proche de la Saint-Valentin, une période où de nombreuses fleurs venant d’Israël et de ses colonies arrivent par l’aéroport de Liège sur le marché européen.

Monsieur,

Liège-Airport s.a. dont vous faites partie du Conseil d’Administration se trouve en partie financé par des fonds publics. A ce titre, l’Association Belgo-Palestinienne souhaiterait obtenir davantage de transparence sur la nature exacte des cargaisons qui transitent par l’aéroport de Liège, plus particulièrement en direction et en provenance d’Israël et de ses colonies.

La société CAL-LACHS (Cargo Air Lines-Liège Air Cargo Handling Services), implantée sur le site de Bierset, ne cache pas sur son site Internet qu’elle est spécialisée dans le commerce des produits dangereux et toxiques, ainsi que de pièces mécaniques, de drones, de fruits et de fleurs en provenance d’Israël et de ses colonies.

Un de ses partenaires commerciaux, la compagnie AGREXCO-CARMEL est en effet une société israélienne dont la moitié du capital est propriété de l’Etat d’Israël, et qui a dû reconnaître lors d’un procès en Grande-Bretagne qu’elle participait au commerce de 70% des produits des colonies israéliennes illégalement implantées dans les Territoires Palestiniens Occupés, notamment dans la vallée du Jourdain. L’interdiction de transférer sa propre population vers un territoire occupé ressort clairement de l’article 49 de la 4ème Convention de Genève. Nous rappelons donc par la présente aux autorités portuaires leur complicité indirecte dans les violations du droit international humanitaire.

Par ailleurs, durant l’attaque sur Gaza en 2008-2009, l’aéroport de Bierset a été dénoncé comme étant une plaque tournante du transit d’armes vers et en provenance d’Israël, un pays qui viole de nombreux critères du Code de conduite européen. Or le Code de conduite européen prohibe tout commerce d’armement  de l’Union européenne et de ses Etats-membres à destination des Etats qui ne respectent pas le droit international humanitaire.

Le souvenir du crash à Amsterdam le 4 octobre 1992 ainsi que de nouveaux incidents sur le site de Bierset posent enfin la question de la sécurité des travailleurs et des riverains de l’aéroport au vu des produits toxiques et des armements qui y transitent. Le ministre fédéral des finances, contacté pour ouvrir les registres de douanes, a déclaré qu’il n’était pas autorisé à le faire. Les questions sans réponses débordent pourtant largement la cause palestinienne.

En espérant obtenir rapidement des éclaircissements de votre part, je vous prie d’agréer, Monsieur, l’expression des mes salutations les plus sincères.

Pierre GALAND
Président de l’Association Belgo-Palestinienne

Laisser un commentaire

Top