Lettre à Didier Reydners – Un journaliste en danger de mort !

L’ABP a récemment interpellé le ministre Didier Reynders sur la condition critique de Mohammed al-Qiq, un reporter de 33 ans travaillant pour la Al Majd Saudi News Agency,  en grève de la faim depuis 77 jours. Père d’un enfant de 3 ans, M. al-Qiq a été arrêté le 20 novembre 2015 à son domicile à Ramallah sans mandat d’arrêt, puis a été placé en détention administrative sans qu’aucun chef d’inculpation ne soit à ce jour délivré. M. al-Qiq a entamé une grève de la faim quelques jours après son arrestation pour protester contre les tortures et les mauvais traitements qu’il a subit pendant son interrogatoire. M. al-Qiq a notamment été nourri de force, malgré le fait qu’il avait pourtant clairement notifié son refus de recevoir un traitement. L’alimentation de force de détenus en grève de la faim constitue une violation de la Convention contre la torture des Nations-Unies. Israël a pourtant voté en juillet 2015 une loi nouvelle loi se permettant de nourrir de force un prisonnier.

al-Qiq a rejeté début février la proposition israélienne de le libérer le 1er mai, exigeant sa libération totale et immédiate. M. al-Qiq proteste ainsi contre le dispositif de détention administratif c’est–à-dire la détention arbitraire de quiconque, sans preuve ni procès, pour une durée de minimum trois mois et renouvelable indéfiniment (voir notre note politique « les prisonniers politiques palestiniens », ainsi que http://www.association-belgo-palestinienne.be/dossiers-thematiques/les-prisonniers-politiques/la-detention-arme-de-choix-du-sociocide-palestinien/).

 

L’ABP a également attiré l’attention de M. Reynders sur l’arrestation de Mohammad Abu Sakha, 23 ans, artiste et professeur d’une école de cirque soutenue par plusieurs associations belges et françaises. M. Sakha a été arrêté par des soldats israéliens au check point militaire Zaatara, le 14 décembre dernier, alors qu’il se rendait de sa maison à Jenin vers Ramallah pour un concert. Si vous ne l’avez pas encore fait, nous vous invitons à signer la pétition en ligne réclamant la libération de M. Sakha, qui a déjà récolté plus de 10.000 signatures (https://secure.avaaz.org/en/petition/Israeli_Defense_Forces_Free_circus_trainer_and_artist_Mohammed_Faisal_Abu_Sakha/?pv=0&fb_action_ids=10153269875107543&fb_action_types=avaaz-org%3Aengage).

_______________________________________

Monsieur le Ministre,

Cela fait aujourd’hui 70 jours que Mohammed al-Qiq est en grève de la faim afin de protester contre la détention administrative et la torture dont il fait l’objet en Israël. Reporter pour Al Majd Saudi News Agency, M. al-Qiq a été arrêté sans mandat d’arrêt à son domicile le 20 novembre 2015. Il est accusé « d’incitation à la haine » mais sans qu’aucun chef d’inculpation officiel n’ait pour l’heure été délivré. M. al-Qiq a été transféré à l’hôpital d’Afula, où il est menotté d’une main à son lit en dépit de son état critique. Les gardiens de prison ont assisté le personnel médical dans la pose d’une intraveineuse pour le nourrir de force à coup d’injections de glucose. M. Al Qiq avait pourtant clairement notifié son refus de recevoir un traitement. L’alimentation et le traitement forcés de détenus en grève de la faim constituent une violation inadmissible des droits fondamentaux, en particulier de la Convention contre la torture des Nations unies.

Le dispositif de détention administrative, c’est-à-dire la détention arbitraire sans preuve ni procès, durant au minimum trois mois et pouvant être sans cesse renouvelée, est une pratique couramment utilisée par les autorités israéliennes contre les Palestiniens. Depuis le mois d’Octobre 2015, des centaines de jeunes Palestiniens ont été arrêtés de la sorte. C’est le cas notamment de Mohammad Abu Sakha, 23 ans, artiste et professeur d’une école de cirque soutenue par plusieurs associations belges et françaises. M. Abu Sakha a été arrêté par des soldats israéliens au checkpoint militaire Zaatara, le 14 décembre dernier, alors qu’il se rendait de sa maison à Jénine vers Ramallah pour un concert. Une pétition en ligne réclamant la libération de M. Abu Sakha a déjà récolté plus de 10.000 signatures.

En tant qu’Etat adhérant au droit international et à la convention des Nations unies contre la torture, la Belgique se doit d’intervenir en faveur de M. al-Qiq qui est désormais en danger de mort. Nous vous demandons dès lors de mettre en œuvre tous les leviers possibles afin de contraindre Israël à respecter le droit international et de mettre fin de toute urgence à la détention administrative de M. Al Qiq. La Belgique doit exiger par ailleurs que les prisonniers palestiniens, dont M. al-Qiq et M. Sakha, aient un procès équitable.

En espérant que vous serez attentif à l’importance et à l’urgence de cette demande, je vous prie de croire, Monsieur le Ministre, en l’expression de ma haute considération.

Pierre Galand

Président