Les enquêtes sur la guerre de Gaza ne satisfont pas l’ONU

Selon le comité de l’ONU chargé d’évaluer les enquêtes qui font suite au rapport Goldstone, ni Israël ni le Hamas n’ont effectué des enquêtes indépendantes adéquates sur les allégations de crimes de guerre lors de l’opération israélienne contre la bande de Gaza en décembre 2008.

Israël a refusé de coopérer

Les trois experts du comité créé en mars par le Conseil des droits de l’homme de l’ONU ont déclaré, le mardi 21 septembre, qu’Israël avait « entravé l’évaluation du Comité sur les enquêtes ».

Ils relèvent que le pays a bien mené ses propres enquêtes et a publié de nombreuses informations sur l’opération de l’armée israélienne contre Gaza « Plomb durci », du 27 décembre 2008 au 18 janvier 2009, qui a fait officiellement 1400 morts du côté palestinien et 13 du côté israélien. « Israël a mené des enquêtes sur de nombreux incidents, mais seulement quatre se sont soldées par des accusations de crimes, dont une a conduit à une condamnation pour vol de carte de crédit », expliquent-ils. Mais, poursuivent-ils, « son refus de coopérer » avec le comité a rendu « impossible » une évaluation sur la façon dont ces enquêtes ont été menées, si elles ont bien été faites en toute « indépendance, impartialité et transparence ».

Le Hamas n’a pas fait « d’efforts sérieux »

En revanche, du côté palestinien, les experts ont souligné une coopération plus active des autorités palestiniennes, tout en déplorant les résultats des deux commissions mises en place par le Hamas à Gaza. La première de ces commissions, « composée de responsables des autorités de facto de Gaza, n’a fait aucun effort sérieux pour répondre aux allégations » faites dans le rapport de l’ONU. La deuxième, plus indépendante, a fourni des informations, mais a également « échoué à fournir des preuves sur les assertions selon lesquelles les prisonniers politiques ont été libérés et des poursuites judiciaires engagées », poursuivent-ils.

Les conclusions de ce rapport doivent être officiellement présentées le 27 septembre à Genève devant le Conseil des droits de l’homme de l’ONU qui a créé en mars le comité pour assurer le suivi du rapport Goldstone. Ce rapport, accablant pour Israël, accusait celui-ci et des groupes palestiniens d’avoir commis des crimes de guerre pendant l’opération à Gaza. Il avait alors recommandé la saisine de la Cour pénale internationale (CPI) de La Haye si les autorités israéliennes et palestiniennes refusaient d’ouvrir des enquêtes crédibles sur les crimes de guerre afin de punir les coupables.

d’après un article du Monde

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Top