Les colons font pression pour expulser deux autres familles à Jérusalem-Est

Des groupes de colons font pression pour expulser les deux familles palestiniennes de leurs maisons dans le quartier de Sheikh Jarrah à Jérusalem-Est, suivant un vaste programme de démolition de maisons palestiniennes dans la région pour faire place à 200 logements destinés uniquement aux Juifs. Au cours des six derniers mois, Sheikh Jarrah est devenu un foyer de contestation de gauche et un point sensible d’affrontements entre Juifs et Arabes revendiquant la propriété des lieux.

bataille juridique

Les prétentions des colons sont fondées sur des documents de l’époque ottomane qui indiquent que le terrain sur lequel les propriétés en litige appartenaient à des juifs il y a un siècle. Après la guerre des Six-Jours en 1967, les propriétaires originels des terrains – le Comité de la Communauté sépharade – ont mandaté Nahalat Shimon, une organisation représentant les colons, du pouvoir d’administrer les propriétés. Un accord négocié par la Cour a classé les Palestiniens qui y vivent comme des locataires protégés. Dans un cas au moins, les ordonnances d’expulsion ont été émises après que les locataires n’ont pas payé leur loyer.

Une série de juges a accepté des ordres d’expulsion de Nahalat Shimon – chacun rejetant les demandes des Palestiniens de rester dans les maisons qu’ils avaient acquises en tant que réfugiés après la guerre de 1948.

Les colons ont à ce jour expulsé trois familles palestiniennes de Sheikh Jarrah et occupé les maisons, entraînant la création d’une mini colonie au cœur du quartier. Des altercations violentes éclatent presque tous les jours entre les colons et les anciens locataires, qui ont érigé une tente de protestation à proximité après avoir été expulsés.

une stratégie bien huilée

Maintenant, les colons tentent de retirer deux autres familles vivant à proximité d’une maison déjà acquise par les groupes de colons. Dans leur demande, déposée mardi par le tribunal d’instance de Jérusalem, les colons appellent les Palestiniens à « immédiatement vider les lieux… de toutes les personnes et leurs biens. » Les colons accusent les Palestiniens de « régulièrement perturber et/ou ennuyer et/ou de menacer leurs voisins », comme une raison supplémentaire pour leur expulsion. Nahalat Shimon a également réaffirmé son attachement à la construction de logements supplémentaires pour les Juifs à Sheikh Jarrah.

une manifestation à Sheikh Jarrah
une manifestation à Sheikh Jarrah

« Cette demande scandaleuse offre un aperçu du modus operandi des colons », a déclaré mardi Avner Inbar, qui participe régulièrement à des manifestations contre le plan de construction. « D’abord ils placent des voyous kahaniste au cœur d’un quartier palestinien, qui menacent et maltraitent les résidents, ensuite ils se tournent vers les tribunaux et demandent que les Palestiniens soient expulsés de leurs maisons sous prétexte qu’ils sont une source d’inquiétude pour leurs voisins juifs.

« Alors que les yeux du monde entier sont fixés sur Jérusalem, le gouvernement Nétanyahou continue de collaborer avec une poignée de colons fanatiques tentant de soulever une tempête dans la ville, dans un effort qui compromet tout accord de paix avec les Palestiniens », a-t-il poursuivi. « C’est l’obligation de tous les Israéliens épris de paix à se joindre aux protestations contre les colonies de Sheikh Jarrah.

Par Nir Hasson, Ha’aretz

Traduction : Julien Masri

Laisser un commentaire

Top