Le ministre israélien de l’environnement contre la nouvelle ville palestinienne de Rawabi

Ce n’est pas de l’humour, le ministre israélien de l’Environnement, Gilad Erdan, a recommandé mercredi l’arrêt de la construction d’une ville nouvelle palestinienne, Rawabi, en cours de chantier en Cisjordanie occupée, pour des raisons environnementales.

Interrogé à la radio pour savoir si son hostilité à la construction de Rawabi était motivée par des critères écologiques, M. Erdan a répondu évidemment par l’affirmative. Il s’est bien entendu défendu de « mélanger le sujet de l’environnement et le sujet politique » tout en reconnaissant avoir été hostile à la création de cette ville.

« La construction d’une ville a des conséquences dramatiques. Il faut savoir où vont se déverser les égouts, où vont aller les ordures », a souligné le ministre, un proche du chef du gouvernement Benjamin Netanyahu et qui appartient à l’aide extrémiste du parti Likoud, au lendemain d’une visite sur le site de la future cité palestinienne.

Rawabi sera la première ville planifiée palestinienne de Cisjordanie, au nord-ouest de Ramallah.
Rawabi sera la première ville planifiée palestinienne de Cisjordanie, au nord-ouest de Ramallah.

« Je m’adresse à l’administration civile [administration militaire israélienne qui règle les affaires civiles palestiniennes ndr] et au ministre de la Défense. Le chantier a démarré, cette ville sera construite, mais exigeons qu’elle ne provoque pas de dégâts écologiques, non seulement pour les colonies (israéliennes) environnantes, mais aussi pour une rivière voisine et les villages palestiniens du secteur, qui paieront un prix élevé s’il y a pollution ». On ne peut que se réjouir de voir M. Erdan s’occuper du bien-être des rivières et des villages palestiniens de Cisjordanie.

D’autant plus que ce partisan déclaré de la colonisation israélienne ajoute : « Je n’aime pas l’idée de la création de cette ville. Cela a été une erreur de permettre la construction de milliers de logements ».

Le chantier de Rawabi, située près de Ramallah, a commencé en début d’année. Les promoteurs palestiniens espèrent que ce site deviendra un jour le foyer de 40.000 Palestiniens. Le coût du projet, qui a reçu l’apport de capitaux qataris, est évalué à 570 millions d’euros.

Rawabi est construite dans la zone dite « A » de Cisjordanie, c’est-à-dire en théoriquement sous le contrôle direct de l’Autorité palestinienne, en dehors de la zone de compétence de l’administration militaire israélienne. Son expansion dépend toutefois en partie d’Israël, dont le feu vert est indispensable pour l’ouverture de la principale route d’accès entre la ville nouvelle et Ramallah, ainsi que pour l’érection de nouvelles infrastructures.

Mercredi 6 octobre 2010

d’après Romandie news

au sujet des dégâts environnementaux causés par la colonisation israélienne en Cisjordanie, lire La négligence dans le traitement des eaux usées en Cisjordanie et Les eaux usées de la colonie d’Ariel polluent les terres de Salfit

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Top