Le cas d’un garçon de 14 ans, utilisé comme bouclier humain, soumis à l’ONU

Le 3 août 2010, DCI-Palestine a présenté une affaire impliquant l’utilisation d’un enfant comme bouclier humain au Rapporteur spécial sur la torture de l’ONU, pour complément d’enquête.

S.A., jeune de 14 ans, utilisé comme bouclier humain puis battu (@Ma'an)
S.A., jeune de 14 ans, utilisé comme bouclier humain puis battu (@Ma'an)

DCI-Palestine a reçu des preuves crédibles que le 16 avril 2010, un garçon de 14 ans a été utilisé comme bouclier humain par des unités de l’armée israélienne, alors qu’elles menaient des opérations dans le village de Beit Ummar, près d’Hébron, dans le territoire palestinien occupé. Deux soldats sont accusés d’avoir forcé l’enfant à marcher devant eux pour tenter de protéger les soldats de pierres jetées lors d’affrontements avec de jeunes Palestiniens. Le garçon a ensuite été attaché, les yeux bandés et battu, avant d’être relâché quelques heures plus tard, sans avoir été accusé de quoi que ce soit. Une partie de l’incident a été photographié et rapporté à Ma’an News.

La pratique de l’utilisation de boucliers humains consiste à forcer les civils à participer directement aux opérations militaires ou de les utiliser pour protéger une zone ou les troupes d’une attaque. Ces deux éléments exposent les civils à des sévices physiques, et parfois à un danger mortel. Les civils sont souvent menacés et/ou physiquement contraints à l’accomplissement de ces tâches, la plupart du temps sous la menace d’une arme à feu. La pratique est illégale au regard du droit international et israélien.

Depuis avril 2004, DCI-Palestine a recensé 15 cas d’enfants palestiniens utilisés comme boucliers humains par l’armée israélienne. Quatorze des 15 cas, se sont produits après que la Haute Cour israélienne de Justice a jugé la pratique illégale, en octobre 2005, ce qui suggère que l’armée n’a effectivement pas appliqué la décision de la Cour.

S. A., bouclier humain de 14 ans, enmené par les soldats israéliens (@Ma'an)
S. A., bouclier humain de 14 ans, enmené par les soldats israéliens (@Ma'an)

Le 7 avril 2009, DCI-Israël a écrit aux ministres israéliens de la Justice et de la défense, demandant des informations sur les mesures que les autorités ont prises pour enquêter sur cinq incidents spécifiques impliquant l’utilisation d’enfants comme boucliers humains. Environ sept mois plus tard, DCI a reçu une réponse des autorités, en date du 3 novembre 2009, demandant de plus amples renseignements au sujet que l’un des incidents reportés, le cas de l’enfant de neuf ans, Majid R. utilisé comme bouclier humain au cours de la la guerre à Gaza. Deux soldats ont été inculpés d’avoir outrepassé leur autorité mettant en danger la vie ou la santé de l’enfant et de comportement indigne, dans des circonstances où l’enfant a été contraint sous la menace de fouiller les sacs qui étaient susceptibles de contenir des explosifs. Une décision doit encore être rendue dans l’affaire. D’après ce que sait DCI, aucune autre enquête menant à des accusations n’a été conduite pour les 14 autres cas recensés et les autorités n’ont pas demandé de plus amples informations.

DCI réitère sa position selon laquelle une enquête approfondie et impartiale répondant aux normes internationales doit être effectuée dans tous les cas impliquant l’utilisation d’enfants comme boucliers humains et selon laquelle l’armée doit recevoir une formation et une supervision adéquates pour assurer la conformité de ses pratiques avec la décision de 2005 de la Haute Cour israélienne de Justice.

Le garçon de 14 ans qui fait l’objet de la présente plainte continue d’éprouver des problèmes de comportement, un manque de concentration et des pertes de mémoire depuis qu’il a été utilisé comme bouclier humain, en avril 2010.

source : DCI

traduction : Julien Masri

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.