La Turquie expulse l’émissaire d’Israël et gèle les relations militaires

La Turquie a décidé de déclasser ses liens diplomatiques avec Israël au niveau le plus bas possible, a déclaré vendredi le ministre turc des Affaires étrangères Ahmet Davutoglu, après le refus persistant d’Israël de présenter des excuses pour un raid 2010 sur une flottille d’aide pour Gaza.

Les conclusions d’une enquête de l’ONU dans le raid meurtrier d’Israël sur une flottille pour Gaza en 2010 connu comme le rapport de la Commission Palmer, divulguées à la New York Times jeudi, ont encore aggravé les tensions entre Israël et la Turquie et des hauts fonctionnaires du ministère des Affaires étrangères ont averti que la Turquie pourrait répondre à la publication du rapport en expulsant l’ambassadeur israélien et en dégradant les relations diplomatiques.

navire de guerre israélien ( A. GHARABLI / AFPU. SINAI / EPA / SIPA)
navire de guerre israélien ( A. GHARABLI / AFPU. SINAI / EPA / SIPA)

S’adressant à des journalistes le vendredi [2 septembre 2011], Davutoglu a annoncé la baisse du niveau des relations diplomatiques avec [Tel Aviv], disant que ce geste était une réponse directe au refus d’Israël de s’excuser pour la mort de neuf ressortissants turcs dans le raid de mai 2010.

Les implications du déclassement sont que le niveau des représentations diplomatiques dans les deux pays sera réduit d’ambassadeur à premier secrétaire. Cela signifie que l’ambassadeur d’Israël en Turquie, Gabby Levy et son adjoint, Ella Afek, seront expulsés.

Une déclaration du ministère turc des Affaires étrangères, publié dans les minutes suivant la conférence de presse de Davutoglu a indiqué que des diplomates turcs et israéliens qui doivent quitter leurs postes respectifs à la suite du déclassement le feront le 7 septembre.

« Israël gaspillé toutes les possibilités de mettre fin à la crise, et maintenant il faut payer pour cela », a déclaré Davutoglu, ajoutant que la position officielle de la Turquie était que le blocus israélien sur la bande de Gaza est illégal, en dépit du fait que le rapport de l’ONU soutient sa légalité.

Faisant allusion à des conséquences possibles de désaccord de la Turquie avec l’interprétation de l’ONU sur le blocus d’Israël, le ministère turc des Affaires étrangères a déclaré qu’Ankara serait « faire ce qu’il faut pour mettre en œuvre son interprétation de la signification des eaux internationales en Méditerranée. »

« Nous ne pouvons pas accepter le blocus sur Gaza. Nous ne pouvons pas dire que le blocus s’aligne avec le droit international », a-t-il dit, ajoutant que la position prise par le rapport de la Commission Palmer était « l’opinion personnelle de l’auteur, celle qui ne correspond pas avec la position de la Turquie. »

Par ailleurs, M. Davutoglu a annoncé l’annulation de tous les contrats de défense entre Israël et la Turquie, ajoutant qu’Ankara initierait une action en justice contre le blocus de Gaza dans les tribunaux internationaux, et assisterait les familles des personnes tuées dans le raid contre la flottille pour Gaza dans leur litige contre Israël.

Avertissant des conséquences possibles du refus d’Israël de présenter des excuses pour le raid contre la flottille, Davutoglu avait déclaré jeudi que la sortie officielle vendredi du rapport Palmer constituait la dernière chance d’Israël de s’excuser pour son raid sur la flottille parrainée par la Turquie  et mis en garde contre les conséquences, y compris des sanctions, si Israël devrait continuer à refuser de s’excuser.

Sauf en cas d’excuses d’Israël, « nous allons mettre en jeu le plan B », a déclaré Davutoglu. Il dit que la Turquie cherche à imposer des sanctions, « dont Israël et les autres parties internationales sont conscients ».

Se référant à la demande d’Israël d’un autre délai dans la publication du rapport, il a dit qu’Ankara « ne peut pas accepter une autre prolongation de six mois. »

De hauts responsables israéliens ont déclaré jeudi qu’Israël ne s’excuserait pas pour le raid et que le Premier ministre Benjamin Netanyahu l’avait répété au gouvernement américain ces derniers jours.

La Turquie a également prévu une campagne diplomatique et juridique contre Israël aux Nations Unies et aidera les familles des personnes tuées ou blessées dans le raid à engager des poursuites contre Israël devant les tribunaux dans le monde entier.

De plus, Ankara menace de stopper le commerce entre la Turquie et Israël, qui se monte à des milliards de dollars.

Par Jack Khoury et Barak Ravid, Haaretz

traduction : Julien Masri

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Top