La négociation de peine “seule option” pour le prisonnier politique Ameer Makhoul

Après avoir passé près de six mois en prison, le prisonnier politique palestinien Ameer Makhoul a signé un accord de peine avec les procureurs de l’État d’Israël le 27 Octobre. L’accord comporte une liste réduite de charges, y compris le contact avec un agent étranger et d’espionnage pour le mouvement de résistance libanais Hezbollah. Ces infractions sont passibles d’une peine d’emprisonnement maximale de sept à dix ans.

Ameer Makhoul

Makhoul est le coordonnateur de Ittijah, l’Union des associations de la Communauté arabe et un des chef de file du mouvement pour la Protection des droits des citoyens palestiniens d’Israël. L’acte d’accusation initial contre Makhoul présenté devant le tribunal de district de Haïfa incluait: assistance à l’ennemi en temps de guerre, complot pour aider un ennemi, espionnage aggravé et contact avec un agent étranger. Makhoul a nié avec véhémence toutes ces accusations.

À la suite de la négociation de peine, l’accusation d’assistance à l’ennemi en temps de guerre, qui entraîne une condamnation à perpétuité, a été abandonnée. La prochaine audience, au cours de laquelle les termes exacts de la négociation de peine seront décrits, est prévue pour le 5 décembre.

Selon le Dr Hatim Kanaaneh, Président du Comité pour la Défense d’Ameer Makhoul, alors que la décision de plaider coupable à des accusations réduites a été extrêmement difficile pour Makhoul, sa famille et l’équipe de la défense, la réalité de la vie des citoyens palestiniens d’Israël en a fait la seule option.

«Historiquement, les statistiques du système judiciaire d’Israël montre que près de 100 pour cent – certainement plus de 95 pour cent – des cas où une personne est accusée ou arrêtée sur la base des violations de sécurité, mène à une inculpation et une peine de prison. Le tribunal les juge généralement coupables. Surtout quand l’accusé est un Palestinien, bien sûr », explique Kanaaneh.

« Un petit poisson pourrait s’en sortir avec un jugement plus clément, mais quelqu’un de la stature d’Ameer, avec son exposition internationale, ne rencontrera aucune pitié», ajoute Kanaaneh.

« La peine maximale d’aide à l’ennemi en période de guerre est la prison à vie, et c’est vers cela que nous nous dirigions avant d’accepter de négocier une peine inférieure de sept à dix ans ».

Manque de preuves

A trois heures du matin, le 6 mai, seize agents de l’Agence Israélienne de Sécurité, aussi connu sous le nom de Shin Bet ou Shabak, ont arrêté Makhoul à son domicile. Ils ont confisqué les ordinateurs de sa famille, les téléphones cellulaires et de nombreux effets personnels, et ont procédé à la fouille des bureaux d’Ittijah.

Makhoul a été détenu au secret pendant douze jours et s’est vu refuser l’accès à un avocat. Trois semaines après son arrestation, il a été accusé d’une série d’infractions à la sécurité. Les autorités israéliennes ont affirmé que Makhoul avait eu des contacts avec un agent du Hezbollah.

Malgré avoir examiné près d’une douzaine de disques durs d’ordinateurs et plus de 30.000 conversations téléphoniques, Israël a entièrement reposé son acte d’accusation contre lui sur la confession de Makhoul. Et cet aveu, ses avocats et la famille disent qu’il a été obtenu sous des circonstances de torture.

« L’homme a été soumis à des sévices physiques, mentaux et sans doute à une manipulation de l’esprit  par des médicaments. Ils l’ont gardé sur une chaise très bas sans dossier, et lui ont attaché les jambes et les bras, et l’ont maintenu dans cette position sans dormir pendant 62 heures. L’homme a été brisé », a déclare Kanaaneh.

« Tout ce que l’Etat a contre Ameer est son aveu. Ils n’ont pas pu trouver un seul élément de preuve dans les dix ordinateurs et les 30.000 conversations téléphoniques. Ils n’ont pas trouvé un seul morceau de preuve pour appuyer leur affirmation selon laquelle il aurait transmis des informations à quelqu’un », ajoute-t-il.

Orna Kohn, un des avocats de Makhoul de Adalah – le Centre juridique pour les droits de la minorité arabe d’Israël, a expliqué que selon la loi israélienne, la définition de ce qui constitue une atteinte à la sécurité facilite pour l’Etat la condamnation de quelqu’un pour ces crimes.

« La loi israélienne définit les infractions de sécurité » d’une manière très large, qui criminalise les comportements ou les actions que personne ne s’attendrait à voir inclus dans une telle clause du code pénal. Le résultat est qu’il est très facile pour le ministère public de convaincre le tribunal qu’une personne est coupable », dit Kohn.

« [Avec] ces sortes de charges, en particulier ce qu’on appelle « être en contact avec un agent étranger, « le fardeau de la preuve est déplacé », a ajouté Kohn. « Donc, c’est le défenseur qui doit convaincre le tribunal qu’il n’avait pas intention de nuire à la sécurité d’Etat. Le résultat est qu’une fois qu’une personne est inculpée de ces faits, il est presque impossible d’être déclaré non coupable ».

Cibler la société civile palestinienne

Selon Nadim Nashif, le directeur de Baladna Association pour la jeunesse arabe, une agence de développement et de renforcement des capacités pour les jeunes palestiniens basée à Haifa en Israël, la persécution d’Ameer Makhoul et d’autres dirigeants palestiniens de la société civile témoigne de la politique de plus en plus extrême d’Israël pour intimider les militants palestiniens travaillant en Israël.

« Je pense que le message est fondamentalement qu’il ya une limite à notre liberté d’activisme et, que si nous, les militants ou les personnes qui travaillent dans des ONG ou les ONG elles-mêmes, franchissons cette limite, nous serons punis, ou bloqués », dit Nashif.

Nashif explique qu’en plus de cibler des dirigeants tels que Makhoul, de nombreux jeunes activistes palestiniens ont été interrogés et intimidés par les autorités israéliennes dans les derniers mois.

«C’est le sentiment général, pas uniquement le cas Ameer, mais en général. Nous pensons qu’il y a beaucoup plus d’interrogatoires de jeunes militants par le Shabak. L’année dernière, nous avons compté des centaines de cas, dit-il.

« De plus en plus de gens sont actifs. Les gens sont plus conscients. Et dans ce sens, je pense que ce que le gouvernement essaie de faire est de nous remettre dans la position du passé où les gens avaient peur de faire quelque chose et où les gens se sentaient inférieurs. Je pense que c’est la direction générale que prennent les choses. C’est un gouvernement très fasciste et mettent en œuvre leurs politiques de manière très claire, sans aucune excuse. ”

«Ne jamais être reconnu innocent »

Le 26 Octobre, Makhoul a écrit une lettre ouverte au Conseil international du Forum social mondial et au Comité national palestinien du Forum mondial sur l’éducation, qui se tenait en Palestine du 28 au 31 Octobre.

« Cinq mois se sont écoulés depuis [mon arrestation mai 2010], mais tout ce à quoi que je fais face aujourd’hui – sous la forme d’un emprisonnement, de procédures judiciaires et d’un procès injustes – n’est pas moins oppressif que les tortures physiques et psychologiques subies », écrit Makhoul.

« Toutefois, ce qui nous distingue, nous les Palestiniens, est notre libre arbitre et notre persévérance, qui sont utilisés pour résister à l’oppression et aux oppresseurs et leur soi-disant justice. Nous ne sommes pas déçus qu’il n’existe pas de justice israélienne ; au contraire, nous considérons que le tribunal est l’occasion de consolider la mobilisation et la lutte populaire et internationale qui existent déjà. Telles sont les pierres angulaires de la défense de nos droits et les outils qui en empêchent le vol par l’état d’occupation ”

Makhoul ajoute: « Le tribunal et le système judiciaire israéliens sont de simples manifestations de l’injustice de l’État d’Israël. Ainsi, nous ne cherchons pas de justice dans ces systèmes, mais nous avons choisi de les affronter et de leur résister, et de les accuser d’être des instruments d’oppression, pas de justice. Un prisonnier palestinien dans une prison israélienne ne peut jamais être déclaré innocent. »

Jillian Kestler-D’Amours

Source : The Electronic Intifada, 5 Novembre 2010
Traduction : NJO

2 thoughts on “La négociation de peine “seule option” pour le prisonnier politique Ameer Makhoul

Laisser un commentaire

Top