La marche de l’ignorance

Mardi dernier, pendant les vacances de Souccot, des milliers d’Israéliens juifs se sont pressés dans les rues de la [Jérusalem] pour ce qui est connu sous le nom de « marche de Jérusalem ». Cette marche est devenue le cadre des manifestations traditionnelles de Souccot organisées par la municipalité de Jérusalem. Les travailleurs des grandes entreprises avec leurs logos de leurs employeurs, des groupes de jeunes et leurs emblèmes distinctifs, des familles, des personnes âgées et beaucoup d’autres tentent de se surpasser en verve et enthousiasme, marchant dans les rues de [Jérusalem].

L’itinéraire

drapeaux de la colonies de Beit Orot, de l'Autorité Nationale des Parcs et drapeau israélien sur le chemin de la marche
drapeaux de la colonies de Beit Orot, de l'Autorité Nationale des Parcs et drapeau israélien sur le chemin de la marche

Habituellement, les itinéraires possibles de la marche passent par des sites autour et dans la partie occidentale de Jérusalem pour se terminer lors d’un rassemblement dans un parc au centre de la ville. Toutefois, ces dernières années, un nouvel itinéraire a été ajouté à la marche, un itinéraire passant par des parcs et des sites historiques dans les quartiers palestiniens de Jérusalem-Est.

Pour la plupart des participants, ce n’est qu’un tour normal, organisé par les autorités dans certains sites importants et intéressants de Jérusalem, mais pour la plupart des habitants palestiniens qui regardent les milliers de personnes qui marchent et chantent tandis que la police est pratiquement partout, que les routes sont bloquées pour assurer la sécurité des marcheurs, cette marche est une nouvelle manière d’affirmer la souveraineté juive sur la partie palestinienne de la ville.

Je sais que certains d’entre vous sont peut-être surpris que j’« accuse » une innocente activité publique sportive pour faire de la politique, mais quand on regarde le contexte, il devient très clair.

Le contexte :

La zone de la vieille ville et de ses environs est comme le cratère du volcan de ce conflit. Toutes les composantes nationales, historiques et religieuses du conflit israélo-palestinien sont réunies dans cette petite région. Chaque mouvement ici est sensible. Pendant des décennies, les colons ont essayé d’obtenir une présence significative dans le quartier palestinien autour de la vieille ville afin d’éviter un compromis à Jérusalem. Ils savent, cependant, que cela ne peut être réalisé que par des maisons bien protégées occupées seulement par quelques familles, cette présence ne sera significative que si les masses, les Israéliens moyens, le grand public, y participe. Si ils peuvent amener les Israéliens dans ces zones et communiquer émotionnellement avec eux, alors il sera beaucoup plus difficile pour le public israélien de renoncer au contrôle d’Israël sur ces parties de la ville dans le cadre d’un compromis à Jérusalem. C’est pourquoi de nombreux groupes de colons ont commencé ces dernières années à travailler sur des projets touristiques dans les quartiers palestiniens de Jérusalem-Est.

panneau de la marche avec els logos de la municipalité israélienne, de l'Autorité national des parcs et d'Elad
panneau de la marche avec els logos de la municipalité israélienne, de l'Autorité national des parcs et d'Elad

Et en effet, la colonie de Beit Orot dans le quartier palestinien de as-Swane, a invité les marcheurs à participer à un festival de Souccot, dans le cadre des activités de la marche.

Le groupe colonial « Elad », qui encourage activement la colonisation juive dans le quartier de Silwan à Jérusalem, semble être l’un des sponsors de la marche cette année, puisque ses logos apparaissent sur la brochure de la municipalité et sur les panneaux le long du chemin. Le logo n’est pas caché, apparemment personne à la municipalité n’a vu de raison pour interdire qu’un groupe controversé de colons soit sponsor officiel d’un événement municipal.

Il est probable que très peu de participants étaient au courant de cette connexion. La marche a fait partie intégrante du paysage des vacances de Souccot pendant de nombreuses années et des groupes importants tels que les compagnies d’électricité et de téléphone, qui ne sont certainement pas des organisations politiques, y ont toujours envoyé des délégations. Tout comme dans de nombreux autres domaines de la vie de notre pays, la politique a empiété lentement mais sûrement sur le tourisme et ont fait d’événements « innocents » des événements véhiculant un message d’expansionnisme et d’exclusion.

Aucun Palestiniens n’est invité à rejoindre la marche de Jérusalem, ils ne seraient pas les bienvenus. En fait, certaines des routes principales à Jérusalem-Est ont été fermées pour les voitures afin d’assurer la sécurité de la marche. Bien que, dans Jérusalem-Ouest, il y ait eu aussi des routes fermées lorsque la marche est passée, toutefois, à Silwan, la police a empêché les voitures palestiniennes de passer, tandis que voitures conduites par des conducteurs juifs ont été autorisées à passer, comme le policier a expliqué: « ils ne sont pas une menace pour la marche ».

L’itinéraire Dr Jekyll et M. Hyde

Rien ne signale que les participants marcheront à travers des zones controversées, alors même que la marche de cette année suit de quelques jours seulement le meurtre d’un résident palestinien par un garde privé de colons à Silwan, ce qui a conduit à une flambée de violence à Jérusalem-Est. En effet, la marche devait passer par Silwan, à l’emplacement même de l’assassinat.

en rouge l'itinéraire prévu, en jaune le changement pour ne pas traverser Silwan
en rouge l'itinéraire prévu, en jaune le changement pour ne pas traverser Silwan

Cette région souffre d’un grave syndrome Dr Jekyll et M. Hyde, dans le discours public israélien. Le parcours de la marche aurait dû traverser ce que les colons appellent «la Cité de David », un site historique juif [selon les colons ndtr] près de la vieille ville. Mais le même lieu, chaque fois qu’il y a des affrontements ou des nouvelles négatives, devient soudain le « quartier palestinien de Silwan », comme s’il s’agissait d’un endroit différent.

Finalement, l’itinéraire de la marche a été modifié à la dernière minute pour éviter les conflits potentiels. Au lieu de marcher à travers la « Cité de David », les organisateurs ont décidé d’éviter de passer par Silwan et la marche l’a contourné par un autre chemin.

Pourtant, peut-être seulement une poignée de participants ont été au courant des raisons pour lesquelles les conflits et la controverse ont été cachés. Aux yeux des manifestants, ils sont innocemment en train de marcher dans les quartiers historiques de Jérusalem, ignorant le fait que ces mêmes régions sont le cœur du conflit et du litige.

Au lieu d’aborder la ville comme une clé pour une possible solution au conflit israélo-palestinien, la municipalité et les autorités invitent, en connaissance de cause, des milliers de visiteurs en vacances à participer à leur vision d’exclusion de Jérusalem. Pour que Jérusalem soit une vraie ville de la paix, nous devons reconnaître le fait qu’il y a deux peuples vivant entendre et que les sites historiques ne peuvent pas être séparés de leur présence véritable.

Ofra Hagit et Connie Green

Traduction : Julien Masri

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Top