La Haute Cour israélienne de Justice isole Sheikh Sa’ed de Jérusalem

Le 15 Mars 2010, la Haute Cour israélienne de Justice a accepté la position de l’État et a conclu que le village de Sheikh Sa’ed, situé à la lisière sud-est des limites municipales de Jérusalem, sera coupée de Jérusalem-Est par la barrière de séparation, un mur de huit mètres de haut.

Le point de contrôle à l'entrée du village de Sheikh Sa'ed. Photo: Amer Aruri, B'Tselem, le 8 avril 2010.
Le point de contrôle à l'entrée du village de Sheikh Sa'ed. Photo: Amer Aruri, B'Tselem, le 8 avril 2010.

Sheikh Sa’ed, où résident deux mille personnes, se trouve près du village de Jabel Mukaber et des relations familiales étroites existent entre les habitants des deux villages. Contrairement à Jabel Mukaber, Israël n’a pas annexé Sheikh Sa’ed à Jérusalem en 1967, il reste officiellement partie de la Cisjordanie. Cependant, le village continue à fonctionner dans le cadre de Jérusalem-Est, ses résidents reçoivent la majeure partie de leurs services, y compris l’éducation et la santé, dans la ville. La plupart des habitants travaillent à Jérusalem. La moitié des résidents sont des résidents permanents d’Israël et détiennent des cartes d’identité israéliennes, les autres détenant des cartes d’identité palestiniennes, mais la plupart d’entre eux ont un permis d’entrer à Jérusalem.

La seule route qui relie le village au reste de la Cisjordanie est un chemin de terre qui traverse une vallée profonde et atteint Sawahreh al-Sharqiya, au nord de Sheikh Sa’ed. La route est en très mauvais état et lorsqu’il pleut, il devient boueux et impraticable. Les villageois avaient une autre route à leur disposition, en cours d’exécution passant par Jabel Mukaber, dont ils se servaient pour se rendre à Jérusalem et ailleurs en Cisjordanie.

petit à petit les habitants sont isolés

En septembre 2002, l’armée a bloqué la route passant par Jabel Mukaber avec des monticules de terre et des blocs de béton. Depuis, il est impossible d’entrer ou de quitter le village en voiture. À la fin août 2003, Israël a approuvé la construction de la barrière de séparation dans la région, le long d’une route séparant Sheikh Sa’ed de Jérusalem-Est. L’État a également prévu d’ouvrir une route qui relierait Sheikh Sa’ed au village de Sawahreh al-Sharqiya, qui a également été séparé de Jérusalem-Est par le Mur.

En avril 2004, les villageois ont introduit un recours contre le tracé de la barrière de séparation, qui les sépare de Jabel Mukaber. En mars 2006, la Commission d’appel de la barrière de séparation a accepté l’appel, concluant que, « historiquement, Sheikh Sa’ed fait partie de Jabel Mukaber, qui se trouve dans Jérusalem » et que le tracé de la barrière est disproportionnée et viole les droits des villageois à la vie, la liberté et la dignité. La Commission d’appel a ordonné à l’État de reconsidérer tracé de la barrière dans la région.

Sheikh Sa'ad (source B'Tselem)
Sheikh Sa'ad (source B'Tselem)

Une semaine après que le comité a pris sa décision, la police des frontières replacé les monticules de terre et les blocs de béton à l’entrée du village avec un point de contrôle. L’Etat a saisi la Haute Cour de justice contre la décision de la Commission d’appel, affirmant qu’elle a négligé les ramifications de sécurité de l’autre solution, qui annexe le village à la région de Jérusalem. Dans une décision provisoire publiée en juillet 2006, la Cour avait autorisé l’Etat à mettre en place une barrière de sécurité temporaire, laissant une ouverture entre Cheikh Sa’ed et Jérusalem. Le nouveau poste de contrôle, comme ceux, temporaires, qui l’ont précédé, ne peuvent être franchis qu’à pied. Contrairement au passé, toutefois, les véhicules ne sont même pas autorisés à venir jusqu’au poste de contrôle, et doivent s’arrêter une vingtaine de mètres plus bas. La seule façon pour les villageois de pouvoir maintenant apporter des marchandises à l’intérieur le village ou vers l’extérieur de celui-ci, y compris les denrées alimentaires et autres produits vitaux, consiste à les transporter sur leur dos. Les résidents de Sheikh Sa’ed et Jabel Mukaber qui ont des cartes d’identité israéliennes sont autorisés à traverser le checkpoint à pied, à tout moment, et les résidents palestiniens détenant des cartes d’identité et des permis pour entrer à Jérusalem sont généralement aussi autorisés à le franchir.

un village ou une réserve ?

Une des conséquences les plus graves des restrictions imposées au le village est l’accès difficile à un traitement médical, en particulier en cas d’urgence. La difficulté pour traverser le point de contrôle rend difficile le transport des personnes sérieusement malades vers les hôpitaux de Jérusalem-Est. Se rendre dans un hôpital de Jérusalem-Est en empruntant la route de terre passant par Sawahreh al-Sharqiya coûte presque trois fois plus cher que de passer via Jabel Mukaber.

Le village dispose de deux cliniques médicales. L’une est exploitée par l’Autorité palestinienne et est ouverte deux fois par semaine pendant trois heures à la fois. L’autre, gérée par le conseil du village, est destinée aux premiers secours et est ouverte cinq heures par jour, mais manque de matériel et de médicaments. Dans le passé, les résidents allaient dans les hôpitaux de Jérusalem-Est pour se soigner et beaucoup de gens à la clinique Clalit Health Fund de Jabel Mukaber, qui se trouve à 100 mètres de l’entrée de Sheikh Sa’ed.

Les relations familiales des habitants du village sont également touchées. Les parents détenant des cartes d’identité palestiniennes éprouvent des difficultés à maintenir le contact avec leurs proches à Jabel Mukaber, ils ne reçoivent que les permis de visite pour les jours fériés et les occasions spéciales. Compte tenu de la situation des familles vivant dans le village isolé, il est difficile pour les jeunes du village de trouver un conjoint prêt à y vivre.

Dans une décision rendue le 15 mars 2010, la Haute Cour a accepté la position de l’Etat et a approuvé le tracé initial entre Sheikh Sa’ed et Jabel Mukaber. Les juges ont reconnu que « la clôture affectera considérablement la réalité dans laquelle les habitants du quartier Sheikh Sa’ed vivent et il sera difficile pour eux de se livrer à des actes routiniers et simples. » Ils ont ordonné à l’État de construire une porte dans la barrière et ont jugé que le « préjudice grave » causé aux villageois sera réduit en maintenant la porte ouverte 24 heures sur 24 pour les villageois ayant un permis d’entrer en Israël et en ouvrant la route prévue entre le village et Sawahreh al-Sharqiya.

Le tracé de la barrière de séparation autour de Sheikh Sa’ed, comme dans toute la région de Jérusalem, est destiné à séparer les zones annexées en 1967 du reste de la Cisjordanie. À la lumière du tissu social qui s’est construit depuis de nombreuses années entre Cheikh Sa’ed et son village parent, Jabel Mukaber, la construction d’une barrière physique entre eux se traduira par une violation grave et cumulative des droits de l’Homme, comme cela a déjà eu lieu ailleurs dans la ville. L’assistance proposée par la Haute Cour, qu’une porte soit construite dans la barrière entre les deux villages, n’est pas une solution appropriée pour la préservation d’un mode de vie raisonnable.

Compte tenu de la réalité quotidienne telle qu’elle s’est développée dans de nombreuses parties de la ville depuis l’annexion de Jérusalem-Est en 1967, une solution de sécurité basée sur la construction d’une barrière physique, même si elle est construite sur la Ligne verte, sera une grave atteinte aux droits de l’Homme. Israël doit s’acquitter de son devoir de veiller à la sécurité de ses résidents par d’autres moyens, compatibles avec les droits de l’Homme de tous ceux qui vivent dans le territoire sous son contrôle.

B’Tselem

traduction : Julien Masri

Laisser un commentaire

Top