La famille Hweij anéantie par un F16 pendant «Plomb Durci »

Ahmad, jeune garçon de six ans et Mohammad Hweij, jeune homme de 17 ans, vivaient avec leurs parents, dix frères et sœurs près du parc al-Mahatta, dans le quartier au-Touffah, dans la partie orientale de la ville de Gaza. La maison était simple, 200 m², un bâtiment d’un étage, dont la moitié de la toiture n’était faite que de panneaux métalliques et qui abritait 14 personnes. Leur domicile était vulnérable aux attaques. Ils vivaient à 200 mètres de la société Nour Wal-Huda à l’est, à 20 mètres à l’ouest du poste de police et à 20 mètres à l’est du local des Brigades al-Qassam du Hamas.

Ahmad Hweij, 6 ans, tué le 27 décembre 2008
Ahmad Hweij, 6 ans, mort le 6 janvier 2009

Le 27 décembre 2008, certains des frères et sœurs de Mohammad et Ahmad ont quitté la maison pour se rendre à leur travail, comme d’habitude. Mirvat, leur sœur, était restée dans la maison avec ses parents et ses frères et sœurs Ahmad (6 ans), Mahmoud (21 ans), Fadi (18 ans), Fadia (24 ans), et Mohammad (17 ans). Tout le monde était occupé à ses affaires habituelles. Aux environs de 11h30, Mirvat étudiait dans sa chambre pour passer ses examens de sociologie. Fadia priait dans la même pièce. Ahmad était en train de jouer dans la pièce. Mahmoud était lui aussi dans cette pièce, alors que Mohammad et Fadi étaient ailleurs dans la maison. Leur mère était encore endormie dans sa chambre et leur père arrosait des arbres autour de la maison.
Tout d’un coup, Mirvat a entendu une série d’explosions très puissantes et tout le quartier a commencé à trembler. Les attaques venaient de nulle part. Il n’y avait rien qui pouvait laisser penser qu’il y aurait des bombardements ce jour-là. Quelques secondes plus tard, leur père a crié : «Sortez de la maison maintenant ! »

Sans hésiter, Mirvat a pris Ahmad dans ses bras et est sortie de la maison. Dehors, une épaisse fumée emplissait toute la place. Mirvat se souvient : «J’étais complètement perdue et effrayée. Je portais encore Ahmad dans mes bras. Mon père était près de la porte et était sur le point de s’enfuir … » La mère de Mirvat a commencé à crier, à la recherche de Mohammad (17 ans) et de Fadia (24 ans), qui étaient encore dans la maison. Son père se précipita à l’intérieur pour aller les chercher.

À ce moment-là, leur maison a été prise pour cible par un F16. Fadia explique : « Mon père est allé à l’intérieur pour les chercher parce qu’ils n’avaient pas quitté la maison avec nous. J’avais tellement peur que j’ai couru vers la porte tout en portant Ahmad et Fadi a couru avec moi. Quand j’ai atteint la porte, je me suis sentie voler en l’air et j’ai perdu conscience des choses qui m’entouraient. »

Mohammad Hweij, 17 ans, tué le 27 décembre 2008
Mohammad Hweij, 17 ans, tué le 27 décembre 2008

Mirvat s’est réveillée une semaine plus tard à l’hôpital Shifa dans la ville de Gaza. Plus tard, Jabr lui a dit qu’elle avait été admise à l’unité de soins intensifs et y avait séjourné pendant quatre jours à cause des brûlures et des blessures causées par des éclats d’obus : « Mais la partie la plus difficile a été quand je suis sortie de l’unité de soins intensifs et que j’ai pu parler à ma mère, à mes frères et sœurs. D’abord, ni ma mère ni mon frère Jabr ne pouvaient parler. J’ai vu les brûlures au visage de ma mère et sur son corps. Jabr était très triste et épuisé. Ils m’ont dit que Fadia, Mohammad et mon père avaient été tués le même jour dans l’incident et qu’Ahmad avait été emmené à un hôpital israélien en raison de son état critique. »

Mirvat ne pouvais pas croire que son père, ses frères et sœurs étaient morts. Les nouvelles sur l’état préoccupant d’Ahmad l’avaient profondément choquée, car elle se rappelait l’avoir porté dans ses bras. Lorsqu’Ahmad est décédé le 6 janvier 2009, Mirvat a été dévastée : « On m’a dit que Ahmad était décédé le 6 janvier 2009. Je ne pouvais supporter une telle nouvelle. Je pense encore à lui. Comment a-t-il pu être blessé et mourir tandis que c’est moi qui l’ai emporté ? Comment est-ce possible? Et pourquoi suis-je encore en vie ? Je me souviens encore de mon père courant vers la maison pour aller chercher Fadia et Mohammad. Il essayait de les protéger, mais il n’a pas pu se protéger. »

La mère de Mirvat a été blessée au visage et au corps par des éclats de la bombe. Son frère Fadi perdu son oreille gauche et ils n’ont pas les moyens de payer le traitement dont il a besoin. Mais elle est plus triste encore à cause de la mort des membres de sa famille : «Je la vois encore pleurer quand j’entre dans sa chambre. Elle pleure quand elle est seule. » Leur situation est désespérée, leur maison a été détruite lors des attaques israéliennes : « Nous vivons maintenant dans une maison louée et mes frères travaillent afin que nous puissions payer le loyer. »

Fadi Hweif, 16 ans, blessé le 27 décembre 2008
Fadi Hweif, 16 ans, blessé le 27 décembre 2008

Le frère de Mirvat, Jabr, s’est marié il y a trois mois, en espérant que cela apporte un peu de joie à la maison. Mais Mirvat dit: « C’est comme crier à la lune. Vous ne perdez pas quatre membres de votre famille à la fois pour retrouver bientôt le sourire. Je n’ai qu’une seule amie à l’université avec qui je peux m’asseoir et parler de ce que j’ai dans le cœur. Je voudrais pouvoir trouver ma place; un lieu privé où je pourrais m’asseoir seule et pleurer. Je ne peux pas pleurer à l’université quand je suis avec mon amie. »

DCI-Palestine, le 8 septembre 2010

traduction : Julien Masri

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Top