Israël : durcissement des conditions de détention des prisonniers du Hamas

Le Parlement israélien a adopté mercredi 26 mai 2010 en lecture préliminaire un projet de loi prévoyant de durcir les conditions d’emprisonnement des militants du Hamas, en réponse à la détention prolongée du soldat israélien Gilad Shalit à Gaza.

Cet avant-projet de loi, qui avait reçu dimanche le soutien du gouvernement de Benjamin Netanyahu, a été approuvé par 52 voix contre 10, a-t-on appris de source parlementaire (le parlement israélien compte 120 députés). Il a été proposé par un député du Likoud (extrême-droite au pouvoir), Danny Danon, en représailles aux « conditions inadmissibles et inhumaines imposées » à Gilad Shalit, détenu à Gaza par le Hamas depuis quatre ans. « Cette loi est un message au Hamas : la coupe est pleine. A partir de ce jour nous vous parlerons dans une langue que vous comprenez », a déclaré le député à la tribune de l’assemblée.

Le parlement israélien a également adopté un autre avant-projet de loi destiné à priver de leur nationalité des palestiniens citoyens israéliens reconnus coupables « d’espionnage au profit d’une organisation terroriste ». Les deux textes nécessiteront trois autres lectures avant de devenir loi.

Le premier avant-projet de loi « vise à retirer les avantages dont bénéficient des membres du Hamas détenus par Israël », selon son initiateur qui veut « donner au gouvernement les moyens de faire pression sur les groupes terroristes pour les amener à accepter un accord d’échange de prisonniers ». Dans un communiqué publié à Gaza, le Hamas a averti qu’il ne céderait pas à la pression.

Le mouvement islamiste, qui dirige Gaza, exige la libération, notamment en Cisjordanie occupée, d’un millier de Palestiniens détenus par Israël, dont des responsables de sa branche militaire accusés d’implication dans des attentats meurtriers, en échange du sergent israélien.

Israël et le Hamas se rejettent la responsabilité de l’échec des dernières négociations sur un échange, menées par le biais de l’Egypte et d’un médiateur relevant du service des renseignements allemand.

Capturé à la frontière d’Israël et de la bande de Gaza en juin 2006, lors d’une opération revendiquée par la branche armée du Hamas et deux autres groupes armés palestiniens, le soldat Shalit, qui a également la nationalité française, n’a reçu aucune visite ni du Comité international de la Croix-Rouge, ni de sa famille, ni d’avocats.

Selon le projet de loi, les détenus palestiniens ne seraient plus autorisés à recevoir des visites que de leurs avocats et, seulement une fois par trimestre, de représentants du CICR. Des restrictions devraient en outre affecter leurs conditions de détention. Ils ne seraient plus habilités à poursuivre en prison des études universitaires et ne pourraient pas non plus regarder la télévision câblée ou recevoir des journaux ou des livres.

Plus de 7.000 Palestiniens, dont 270 âgés de moins de 18 ans, sont détenus par Israël, selon le Bureau central palestinien des statistiques.

D’après une dépêche AFP – jeudi 27 mai 2010

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.