Israël coupe l’eau à des fermes de la vallée du Jordain

Quatre jours après qu’un ministre israélien menace de limiter l’approvisionnement en eau en Cisjordanie, les autorités israéliennes ont fermé la principale source d’eau utilisée pour l’agriculture dans un village la vallée du Jourdain, dimanche 11 avril, selon les membres du comité local et des avocats.

Les agriculteurs du village de Bardalah pourraient non seulement perdre leur seul profit, mais surtout la viabilité de la terre, et ont protesté contre la décision.

Fathi Ikdeirat, coordinateur de la campagne Sauver la vallée du Jourdain a déclaré : « cette décision qui menace de détruire des dizaines de milliers de fermes, des serres, des plantations d’agrumes et de palmiers, d’autant plus que nous sommes en pleine saison de récolte des légumes et de floraison des arbres fruitiers.

la région de Bardala
la région de Bardala

La principale source d’eau est située dans la partie résidentielle du village et approvisionne le nord de la vallée du Jourdain comme les colonies israéliennes illégales environnantes.

Ikhdeirait a déclaré que la compagnie des eaux israéliennes Mekorot a construit trois stations de pompage depuis les années 1970, délivrant 5000 m3 d’eau par heure, en grande partie au profit des colonies voisines alors que « Bardalah obtient seulement 65 m3 d’eau par heure avant l’arrêt du pompage de l’eau. La dernière station de pompage a été construite il y a deux ans, sous le village. »

« Nous entendons le bruit de l’eau qui passe dans les tuyaux au milieu du village, mais nous ne pouvons pas en boire ou nous en servir. Les conduites d’eau posées par la compagnie israélienne des eaux sépare le village en deux parties », a-t-il ajouté.

Des dizaines d’agriculteurs ont protesté contre la décision d’Israël dans la vallée du Jourdain et ont exigé qu’une solution rapide soit trouvée avant qu’ils ne subissent des pertes considérables de rendement de leurs cultures dont ils dépendent pour leurs revenus et leurs moyens de subsistance.

Nader Thawabteh, un avocat qui représente Bardalah et ses résidents, a déclaré que la compagnie des eaux israéliennes a accusé les résidents du village de voler de l’eau « comme excuse pour cesser de pomper l’eau pour nous. Nous démentons catégoriquement ces allégations ».

L’avocat a ajouté que la quantité d’eau pompée dans le village a été réduite en cinq ans de 150 m3 par heure à l’ancienne allocation de 65 m3, et « maintenant elle est totalement coupée. »

Les agriculteurs du village ont fait appel à l’Autorité palestinienne et aux organisations internationales pour réapprovisionner leurs fermes en eau.

Bardalah abrite 1.900 habitants, la majorité d’entre eux vivant du revenu des travaux agricoles sur 300 dunums de serres. Environ 3000 serres et terrains doivent être irrigués, alors que 200 cultures n’ont pas besoin d’arrosage.

Mercredi, le ministre israélien des Infrastructures Uzi Landau menaçait de restreindre la fourniture en eau de la Cisjordanie si aucune usine de traitement des eaux usées n’était installée dans la zone, selon une mise en garde de l’ONU.

Le fonctionnaire cité aurait dit à la radio de l’armée israélienne qu’« ils reçoivent de notre part de l’eau propre et, en retour, ils nous donnent des eaux usées. Cela détruit la nature et j’ajouterais que c’est la façon dont se comportent les gens vicieux. »

Selon un rapport de B’Tselem de 2009, une étude datant de 2007 publiée conjointement par l’Unité Environnement de l’Autorité israélienne de la Nature et des Parcs, et le Département eau et ruisseaux du Ministère de la protection de l’environnement et l’état-major de la protection de l’environnement à l’Administration civile [administration militaire des affaires civiles en territoire occupé ndt], seulement 81 des 121 colonies de peuplement dans la Cisjordanie ont été connectées aux installations de traitement des eaux usées.

« Le résultat est que 12 mcm d’eaux usées provenant des colonies sont traités, tandis que 5,5 mcm d’eaux usées brutes se déversent dans les cours d’eau et dans les vallées de Cisjordanie», indique le rapport.

Landau, toutefois, a déclaré au personnel de la radio que la quantité d’eaux usées traitées dans les zones sous contrôle de l’AP se monte à seulement 5%, comparativement à environ 70% dans les colonies israéliennes.

L’étude de B’Tselem a constaté, cependant, que « pendant plus de 40 ans d’occupation, Israël n’a pas construit d’usines moderne de traitement des eaux usées dans les colonies qui équivalent à celles de l’intérieur d’Israël. »

Bien que des branchements aient été établis par l’ « Administration civile » pour la collecte des eaux palestinienne usées, aucun village n’y a été relié, en raison du refus palestinien de coopérer dans des projets qui peuvent légitimer les colonies.

Mis à jour le dimanche 18 avril 2010, source : Jordan Valley Solidarity

traduction : Julien Masri

One thought on “Israël coupe l’eau à des fermes de la vallée du Jordain

Laisser un commentaire

Top