Israël condamne la plupart des enfants palestiniens accusés de jets de pierres

Islam Tamimi arrêté à Nabi Saleh. (@Alison Rammer)
Islam Tamimi arrêté à Nabi Saleh. (@Alison Rammer)

B’Tselem affirme que presque 100% des enfants palestiniens accusés de jets de pierres sont condamnés, en raison de l’énorme pression pour un plaidoyer de marchandage.

Seul un mineur palestinien des 853 accusés de jets de pierres entre 2005-2010 a été acquitté, selon un nouveau rapport du groupe des droits de l’Homme B’Tselem.

B’Tselem a basé son rapport, qui a été publié lundi, sur des données qu’elle a obtenues du porte-parole de l’armée israélienne sur les mineurs qui ont été arrêtés au cours de ces six années et chargés uniquement de jets de pierres, il ne se rapportent pas aux personnes accusées d’autres crimes  .

Le taux de condamnation de près de 100 pour cent provient, entre autres choses, de la volonté des détenus de plaider coupable dans le cadre de marchandage, indique le rapport. La pression pour le plaidoyer de marchandage est grand, parce que les mineurs accusés de jeter des pierres sont généralement placés en détention jusqu’à la fin de la procédure judiciaire; un procès régulier pourrait les garder en détention pendant plus de temps que la peine qu’ils reçoivent après avoir plaidé coupable, ce qui ne leur vaut généralement pas plus de quelques mois.

Sur les 853 arrêtés, 18 étaient âgés de 12-13 ans et 255 avaient 14-15 ans.

Soixante pour cent des 12-13 ans ont reçu des peines de prison allant de quelques jours à deux mois.

Quinze pour cent de tous les mineurs sont restés plus de six mois et de 1 pour cent plus d’un an.

En raison de la fréquence de ces incidents, B’Tselem n’a pas été en mesure d’obtenir un décompte exact du nombre qui avaient effectivement eu lieu en Cisjordanie au cours des dernières années. La police de Judée et Samarie a signalé 2100 à 3000 incidents par année au cours de ces années, tandis que le porte-parole de l’armée israélienne 3600 à 4300 incidents chaque année.

B’Tselem ne pouvait pas non plus savoir combien de mineurs ont été arrêtés par les forces de sécurité pour jets de pierres, mais ont été relâchés sans être inculpés.

Parce que le droit militaire n’offre pas des mineurs les mêmes droits que leur confère la loi israélienne, dans la plupart des cas, B’Tselem enquête, les mineurs ont été arrêtés dans la nuit, n’étaient pas autorisés à être accompagnés par un parent ou un adulte lors de leur arrestation, et ont été traduits devant un juge seulement huit jours après avoir été placé en détention.

“En termes de chiffres, le Rapport  [de B’Tselem] n’est pas exact, car pendant cette période, j’ai personnellement acquitté un certain nombre de mineurs”, a déclaré un juge dans les réserves de l’armée, qui a traité de nombreux cas de jets de pierres par des mineurs.

“Mais il n’y a aucun doute que cela reflète une situation très problématique. Presque tous les mineurs sont reconnus coupables de jets de pierres parce qu’ils n’ont pas d’autre choix que de signer un plaidoyer de marchandage, pour laquelle la sanction est généralement comprise entre un à trois mois, et s’ils veulent fournir des preuves ils resteront plus longtemps. La Cour Suprême a statué que quiconque lançant des pierres sur une personne ou un véhicule peut être placé jusqu’à la fin de la procédure judiciaire.

“Bien sûr, c’est terrible qu’ils les arrêtent au milieu de la nuit et les questionnent sans avocats», dit le juge. «Parfois, cela donne un motif pour les libérer. Mais il devrait y avoir un mécanisme juridique en vertu duquel un mineur qui jette des pierres pour la première fois et ne blesse personne pourrait être libéré, et la responsabilité imposée au père, qui devrait garder un œil sur lui ».

Le porte-parole de Tsahal, dans une réponse détaillée à B’Tselem, a écrit: «Bien que les systèmes juridiques établis en vertu du droit militaire n’incluent pas de dispositions spéciales pour juger les mineurs, au cours de la dernière année, un tribunal de la jeunesse a été établi qui améliore la défense des droits des mineurs.

“Le Tribunal militaire de la jeunesse protège les droits des mineurs, permet au mineur d’être entendu, sans la présence d’adultes, donne plus de liberté d’expression pour les mineurs et permet une discussion plus large sur la responsabilité parentale comme un substitut à la peine.”

Le porte-parole de l’armée israélienne a ajouté qu’alors qu’il avait demandé à B’Tselem de gérer la question de juger des mineurs de manière juste et complète, et avait donné des renseignements à B’Tselem sur environ 160 cas dans lesquels des mineurs avaient été utilisés par des groupes terroristes pour mener à bien de graves attaques terroristes “, le groupe a choisi de ne pas traiter la question de juger les mineurs d’une manière équilibrée et ne pas traiter avec l’utilisation de mineurs par les groupes terroristes d’une manière qui viole les droits humains et contrevient au droit international.”

Par Anshel Pfeffer

Source : Haaretz, 18 juillet 2011

Trad. NJO

>>> Pour en savoir plus sur les cas de mineurs emprisonnés dans les prisons israéliennes, visitez le site de Defence Children International – Palestine section : http://www.dci-pal.org/

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.