Interpeler le gouvernement contre l’adhésion d’Israël à l’OCDE

A l’attention de :

Monsieur Yves LETERME

Premier Ministre
info@premier.fed.be


Monsieur Steven VANACKERE,

Ministre des Affaires Etrangères

kab.bz@diplobel.fed.be

Monsieur Didier Reynders

Ministre des Finances

contact@ckfin.minfin.be

Monsieur le Premier Ministre,

L’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) doit se réunir en mai 2010 afin de se prononcer sur la demande d’adhésion d’Israël. Un vote positif serait considéré comme un acte de complicité décisif avec la politique israélienne, une récompense et un encouragement à perpétuer l’occupation, la colonisation et l’apartheid contre le peuple palestinien. En outre, ce serait là une atteinte à la règle du droit qui renforcerait encore la culture de l’impunité.
Israël ne doit pas être admis à l’OCDE : pour ce faire, nous vous demandons de voter contre son adhésion lors de l’examen final de sa candidature en mai. Cette adhésion à l’OCDE renforcerait le militarisme et l’agressivité d’Israël et accroîtrait la déstabilisation  dans la région tout entière.

Nous déplorons le fait que l’OCDE ait choisi d’ignorer les éléments de preuve présentés par des associations des droits de l’Homme et les organisations de la société civile lors du processus d’examen de la demande d’adhésion d’Israël. Nous déplorons également la décision prise par l’OCDE de considérer l’incapacité d’Israël à fournir des statistiques économiques qui distinguent entre le territoire de l’Etat d’Israël lui-même et le territoire palestinien ou syrien qu’il occupe comme ne constituant pas un obstacle à l’adhésion d’Israël à l’OCDE.

Si l’OCDE ne tient pas compte du fait qu’Israël occupe militairement la Cisjordanie, y compris Jérusalem-Est et la bande de Gaza, persiste à installer sa population en Cisjordanie (y compris Jérusalem-Est) tout en instaurant un système de discrimination raciale vis-à-vis de ses citoyens d’origine palestinienne, nous affirmons que l’OCDE se rendra complice des actes illégaux d’Israël.

Israël, comme tous les autres Etats, doit rendre des comptes selon les normes du droit international et les droits humains universels et se doit de les respecter avant de pouvoir être accueilli comme membre de l’OCDE. Les règlements de l’OCDE prévoient expressément le respect et la conformité avec le droit international humanitaire et les droits de l’Homme.

La Convention de 1960 de l’OCDE, par exemple, stipule que « la force économique et la prospérité sont essentiels à la réalisation des objectifs de l’Organisation des Nations Unies, la préservation de la liberté individuelle et l’augmentation du bien-être général. » Dans la « feuille de route pour l’adhésion d’Israël à la Convention de l’OCDE », adoptée par le Conseil en novembre 2007, le Conseil a noté que, pour qu’Israël puisse adhérer à l’OCDE, il doit démontrer son engagement envers les « valeurs fondamentales » partagées par tous les membres de l’OCDE. Les valeurs listées par l’OCDE comprennent « un attachement à la démocratie pluraliste fondée sur la primauté du droit et le respect des droits de l’Homme, le respect des principes ouverts et transparents de l’économie de marché et un objectif commun de développement durable. »

Diverses réalités démontrent que la politique israélienne d’occupation, de colonisation et d’apartheid n’est en conformité ni avec le droit international, ni les normes et les principes de l’OCDE :

– Israël ne s’est toujours pas conformé aux recommandations de la mission d’enquête des Nations Unies sur le conflit de Gaza, en l’occurrence en enquêtant et en poursuivant les responsables de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité qui ont entraîné la mort de plus de 1.400 Palestiniens, civils pour la plupart, durant l’hiver 2008/2009 ;

– Israël n’a toujours pas levé son blocus illégal de la bande de Gaza, qui plonge dans une catastrophe humanitaire planifiée près de 1,5 million de Palestiniens, dont la plupart sont des réfugiés qu’Israël avait déjà déplacés et dépossédés en 1948 ;

– Israël n’a toujours pas démantelé, en conformité avec l’avis consultatif de la Cour internationale de Justice de 2004, le mur illégal érigé dans le territoire occupé palestinien ;

– Israël n’a toujours pas mis fin à son occupation de 43 ans de la Cisjordanie, y compris de Jérusalem-Est et de la bande de Gaza, ni inversé son entreprise coloniale, ni encore entamé la libération des prisonniers palestiniens.

Ainsi, nous réitérons les préoccupations exprimées à plusieurs reprises auprès de l’OCDE par les associations des droits de l’Homme et les organisations de la société civile et vous demandons de vous opposer à la candidature d’adhésion d’Israël à l’OCDE.

En vous remerciant de l’attention que vous porterez à la présente requête, nous vous prions de croire, Monsieur le Premier Ministre, en l’assurance de notre parfaite considération.

Premiers signataires :

Association belgo-palestinienne

CNCD 11.11.11

Solidarité Socialiste

….

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Top