W3vina.COM Free Wordpress Themes Joomla Templates Best Wordpress Themes Premium Wordpress Themes Top Best Wordpress Themes 2012

Catégorisé | Infos

Pas d’accord entre l’Union européenne et Israël sur le financement de la recherche scientifique

Le 12 septembre, les négociateurs européens et israéliens n’ont pu s’entendre à Bruxelles sur les nouvelles règles de financement, mais ont identifié des « options » susceptibles de les rendre plus acceptables pour Israël.

De nombreux fonctionnaires et diplomates des deux parties ont été impliqués dans les négociations, centrées sur la participation israélienne à Horizon 2020.

Il s’agit d’un projet européen doté d’un montant de 80 milliards d’euros destinés à la recherche scientifique, pour une période de sept ans prenant cours le 1er janvier 2014.

Mais Israël a signifié son refus de participer en acceptant les nouvelles règles publiées en juillet, selon lesquelles les entreprises et institutions participantes sont tenues de signer des documents spécifiant que l’argent de l’UE ne financera pas des activités en territoire occupé.

La Commission européenne a acté ce jeudi que « chaque partie consultera et examinera les diverses options discutées aujourd’hui », en vue de reprendre les discussions « aussitôt que possible ».

Une réunion précédente entre diplomates européens et israéliens avait eu lieu à Jérusalem mardi 10 sans qu’un accord puisse être trouvé.

Mais selon une porte-parole de l’Union européenne (UE), les conversations de Jérusalem ont été « fructueuses » et les deux parties « ont exprimé leur volonté de trouver des solutions ».

Pour sa part, l’ambassadeur de Grèce en Israël, Spiros Lampridis, a confié au Jerusalem Post sa sympathie pour les positions israéliennes : « Si je me mets à la place des Israéliens, je peux voir pourquoi ils ne peuvent signer … notre tâche d’Etats européens est de trouver des alternatives rendant l’accord possible ».

Israël a fait pression sur les ministres des Affaires étrangères de l’UE et sur le Département d’Etat américain pour obtenir de Bruxelles un ajournement des mesures .

Israël dit ne pouvoir signer un document de l’UE mettant comme condition au financement, par exemple,  la reconnaissance de l’appartenance de Jérusalem Est à la Palestine, et ce alors que la question des frontières de la Palestine est en cours de négociation dans le cadre des pourparlers de paix.

Le secrétaire d’Etat américain John Kerry, lors de la réunion de Vilnius samedi 7 septembre, a pressé les ministres européens de renoncer à    ces règles.

Mais son appel n’a eu que peu d’effet.

Un diplomate européen a révélé à notre site que la responsable des relations extérieures de l’UE Catherine Ashton a dit lors d’un briefing aux ambassadeurs membres du Comité politique et de sécurité (COPS) qu’ « il n’est pas question de modifier la politique de l’UE ».

L’UE évalue à 0,3%, soit 2,5 sur quelque 800 millions d’€, le montant des sommes accordées à Israël entre 2007 et 2013 qui a été consacré au financement des colonies.

Mais jusqu’à présent les règles ne permettaient pas d’exiger le remboursement de ces sommes, bien qu’elles aient été utilisées en violation de la position de l’UE quant aux frontières de l’Etat d’Israël.

L’opinion israélienne, quant à elle, est divisée sur le sujet.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a dit en juillet : « Nous ne tolérerons aucun dictat de l’extérieur concernant les frontières ».

Mais mercredi dernier, plus de 600 Israéliens – intellectuels, anciens fonctionnaires et militants, y compris la belle-sœur de Netanyahu Ofra Ben-Artzi, ont fait parvenir à l’UE une pétition pressant ses représentants de ne pas céder.

Pour eux, la menace israélienne de ne pas adhérer à Horizon 2020 est une « manœuvre tactique » qui, si elle était poursuivie, s’avérerait être « au grand détriment d’Israël ».

 

Par Andrew Rettman

 

Source : EU-Israel talks fail to agree on science funding – EU observer, 13 September 2013

Trad. : N. M.

Print Friendly
Share

Comments are closed.