W3vina.COM Free Wordpress Themes Joomla Templates Best Wordpress Themes Premium Wordpress Themes Top Best Wordpress Themes 2012

Catégorisé | Infos

Le Prince Laurent complice de la colonisation

Communiqué – 19 juin 2013

 

 

Le Prince Laurent est en visite en Israël à l’invitation de l’organisation sioniste Keren Kayemeth LeIsrael (KKL), qui signifie « fonds pour la création d’Israël » et qui est plus connue sous le nom français Fonds National Juif. Sous des dehors d’organisation caritative, soucieuse de la protection de l’environnement, cette organisation est un des principaux acteurs de la colonisation juive de la Palestine.

 

« En acceptant un « diplôme d’honneur » du KKL, le Prince Laurent se rend complice de la colonisation des terres palestiniennes » souligne Nadia Farkh, la secrétaire générale de l’Association Belgo-Palestinienne. Fondé en 1901, le KKL est en effet l’outil de colonisation de l’Organisation sioniste mondiale, dont il dépend entièrement.

 

Le KKL est destiné à acheter des terres palestiniennes grâce à des fonds récoltés auprès des communautés juives du monde entier. Ses statuts prévoient qu’une fois acquises les terres deviennent « propriété perpétuelle du peuple juif ». Elles ne peuvent être vendues, et ne peuvent être louées qu’à des juifs. Enfin, elles doivent être vidées de leurs habitants non-juifs afin d’être disponible à la colonisation.

 

Le KKL a participé à l’élaboration des « fichiers des villages » sur lesquels s’est basée la conduite des opérations israéliennes de nettoyage ethnique en 1948-49.Une fois vidés de leurs habitants, les villages ont ensuite été détruits et « reboisés » afin d’en effacer toute trace d’histoire palestinienne. Aujourd’hui, le KKL plante des arbres pour chasser les habitants palestiniens de leurs terres. Le village bédouin d’Al Arakib situé dans Néguev a été détruit à trente-trois reprises entre juillet 2010 et décembre 2011. Le KKL compte y implanter un parc. L’expulsion des Palestiniens d’Al Arakib fait partie du plan Prawer visant au déplacement forcé de plus de 70.000 Bédouins du Néguev.
Pour compléter le tableau, il faut noter que le KKL « reboise » à l’aide de conifères peu adaptés au climat à l’environnement, qui stérilisent les sols et accentuent les risques d’incendie. On est donc loin de l’image « écologique » sous laquelle se présente généralement l’organisation.

 

Vu toutes ces implications, Nadia Farkh insiste sur le fait que « le voyage du Prince Laurent ne peut être jugé apolitque. Le Ministre Reynders a commis une erreur de jugement en donnant son feu vert, cautionnant par ce geste les actions du KKL ».

 

Voir article paru sur le sujet du KKL dans le trimestriel « Palestine » en juin 2012 : Le Fonds national juif: l’éco-blanchiment qui cache colonisation, dépossession et discriminations

 

Print Friendly
Share

Comments are closed.