W3vina.COM Free Wordpress Themes Joomla Templates Best Wordpress Themes Premium Wordpress Themes Top Best Wordpress Themes 2012

Catégorisé | Analyses

Vous avez dit Etat de Palestine ?

Edito – Bulletin 53, septembre 2012

Au Proche-Orient, la paix et la coexistence pacifique dans le respect des normes internationales, des droits des gens et du droit international ont de toute évidence été rangées au placard des bonnes intentions pour faire place aux confrontations musclées et aux déclarations belliqueuses.

Pendant que les pétromonarchies du Golfe, en particulier l’Arabie saoudite et le Qatar, financent et arment « l’armée de libération syrienne » et des mercenaires de tout genre censés débarrasser la Syrie du Dr Folamour-Assad ; les Occidentaux, du haut du siège d’arbitre qu’ils se sont attribué, condamnent un régime certes fortement critiquable mais jusqu’il y a peu régulièrement fréquenté.

Dans le même temps, c’est l’œil en coin qu’ils autorisent M. Netanyahou et son très populiste gouvernement à menacer l’Iran d’une intervention préparée de longue date.

D’aucuns pourraient croire qu’il s’agit là d’une sorte de dysfonctionnement ou de désordre dans la communauté internationale. Or, cela fait maintenant des années que le plan du « Greater Middle East » avait été présenté par l’administration de M. J-W Bush. Ce plan voulait clairement mettre un terme aux atermoiements des Européens jugés incapables de gérer les rapports entre les 27 pays du pourtour méditerranéen. C’est en novembre 1995 à Barcelone que les 27 avaient élaboré les accords euro-méditerranéens de Barcelone, dits Euromed.

La nouvelle configuration made in USA entend reposer sur un modèle qui s’éloigne une fois pour toutes de la vision nassérienne ou panarabe conçue après les indépendances des années 60.

Le « Greater Middle East » entend pacifier le Proche et Moyen-Orient à l’aune des intérêts stratégiques, économico-militaires des Etats-Unis. Les pétromonarchies, Israël et la Turquie se sont vu attribuer un rôle déterminant dans cette configuration. Ceux qui ne peuvent accepter ces modèles, déjà qualifiés de « modérés » en Occident, devront céder la place comme ce fut le cas en Irak et depuis dans bien d’autres pays.

L’assassinat de Yasser Arafat, récemment évoqué par la presse, ne s’inscrit-il pas dans ce même plan ?

Ces politiques, tant celle des Européens au sein de l’Euromed que le « Greater Middle East » américain n’ont fait que marginaliser la cause palestinienne sur la scène internationale. Cette marginalisation est mise chaque jour à profit par Israël et ses gouvernants successifs pour étendre son emprise sur les territoires palestiniens par les interventions et l’occupation militaires, la colonisation, la répression, l’enfermement sans cesse croissant des Palestiniens par un processus de bantoustanisation et de démantèlement de tous les actifs palestiniens qui pouvaient concourir à la création d’un hypothétique Etat de Palestine.

Seuls un appui à la résistance palestinienne, une action constante pour rappeler aux responsables politiques des Etats européens et des Nations Unies leurs obligations au regard du droit international et du droit humanitaire, des actions de solidarité – notamment le BDS mais aussi les missions en Palestine – et le soutien direct aux populations victimes de la répression permettront de combattre le sociocide qui est aujourd’hui en cours en Palestine.

 

Pierre Galand

Président

Print Friendly
Share

Comments are closed.