W3vina.COM Free Wordpress Themes Joomla Templates Best Wordpress Themes Premium Wordpress Themes Top Best Wordpress Themes 2012

Catégorisé | Analyses

Tous ensemble le 24 mai pour la Palestine!

Bulletin 60, avril 2014

En novembre dernier, l’Assemblée générale des Nations Unies décrétait 2014 « Année internationale de la solidarité avec le peuple palestinien ». On connaissait déjà la Journée internationale de solidarité, célébrée chaque année le 30 novembre, mais là, les Nations Unies décident d’y consacrer une année entière. L’initiative est née de la volonté d’encourager les efforts de paix relancés en juillet dernier sous l’égide des Etats-Unis. Cette résolution a pourtant essuyé 7 refus lors de son vote à l’AG, ceux de l’Australie, du Canada, des Etats-Unis, d’Israël, des Îles Marshall, de la Micronésie et du Palaos. Cela en dit beaucoup sur l’esprit qui préside aux négociations en cours puisqu’une des deux parties ainsi que le médiateur s’opposent à une initiative qui ne vise qu’à soutenir la solidarité avec le partenaire pour la paix le plus faible.

Mais la solidarité internationale avec le peuple palestinien n’a que faire du processus de paix. Elle n’a pas attendu une année spéciale pour être présente, depuis longtemps, en nombre et en diversité aux côtés des Palestiniens dans le combat commun pour leurs droits.

En Belgique, elle prend forme dans des initiatives les plus diverses. Ce sont tous ces messages d’espoir, portés par les citoyens, les associations, les ONG, les artistes, les localités, les agences onusiennes, les étudiants ou encore la diaspora palestinienne qui seront mis à l’honneur lors du grand événement Yalla Palestina le 24 mai prochain au Parc du Cinquantenaire à Bruxelles.

En attendant de les découvrir le 24 mai, voici une petite promenade, non exhaustive, parmi les solidarités belges avec le peuple palestinien.

 

Campagnes

Plusieurs campagnes sont actuellement en cours en Belgique. Elles visent à sensibiliser les citoyens et/ou à interpeller les responsables politiques en Belgique pour qu’ils agissent ici pour renforcer les droits des Palestiniens. Une campagne lancée par l’ABP invite les citoyens à boycotter les fruits et légumes provenant d’Israël. Le mouvement de solidarité INTAL a, quant à lui, lancé une campagne pour pousser nos décideurs à appliquer un embargo militaire à Israël. C’est aussi INTAL qui anime encore aujourd’hui la plateforme de la campagne « Palestine occupée, Dexia impliquée », qui a fait pression sur la banque belge afin qu’elle désinvestisse sa filiale israélienne présente dans les colonies. Quant à l’organisation Palestina Solidariteit, elle mène campagne contre G4S, présent dans les systèmes de sécurité de certaines prisons, du Mur et des checkpoints en Palestine occupée. Toutes ces initiatives sont reliées au plus grand mouvement pour le Boycott, le Désinvestissement et les Sanctions créé à la suite de l’appel de la société civile palestinienne en 2005. Depuis peu, une nouvelle coordination BDS Belgium, issue des organisations belges qui agissent pour la Palestine, essaye d’accroître le nombre d’organisations belges signataires de cet appel (avis à celles qui ne l’ont pas fait, contactez-nous via le site www.bds-campaign.be/).

La campagne Made in Illegality (voir article p.10-11) vient d’être lancée conjointement par des organisations de solidarité, des ONG de développement, des syndicats et des organisations de droits de l’Homme. Elle met l’accent sur l’illégalité des colonies israéliennes en Palestine occupée et sur les obligations de la Belgique au regard du droit international à cet égard. Sa principale revendication est l’interdiction de la commercialisation des produits des colonies sur le marché belge.

 

Les organisations de droits de l’Homme

Les organisations de droits de l’Homme présentes en Belgique ont toutes déjà lancé des actions particulières sur la Palestine. L’implication de certaines d’entre elles dans la campagne Made in Illegality a déjà été mentionnée. Amnesty International a, de son côté, récemment appelé la Palestine à adhérer à la Cour pénale internationale afin que puissent être jugés les crimes de guerre commis dans le territoire palestinien occupé. De nombreux juristes belges ont eu, par ailleurs, l’occasion de se rendre en Palestine, notamment lors d’une initiative intitulée « PaLEXtine », et en reviennent la plupart du temps avec l’intention d’agir pour le respect du droit international dans cette partie du monde.

 

Se rendre en Palestine

Le fait de voir ce qui se passe sur le terrain a toujours le même effet sur ceux qui en reviennent : une envie de témoigner et d’agir ! Il est bien sûr possible de se rendre sur place par soi-même mais de nombreuses organisations offrent également des opportunités de découvrir la Palestine et Israël de manière alternative. L’ABP, Palestina Solidariteit, l’UPJB, Solidarity with Bedouins, les Checkpoints singers organisent tous des voyages sur place, précédés de formations. Il est également possible de partir faire du volontariat en Palestine, que ce soit via le Service civil international ou l’organisation Javva.

 

Coopération au développement et humanitaire

La Palestine est déjà soutenue par des actions politiques mais l’est également via des projets de la coopération, directe ou indirecte, au développement. Depuis 2000, le Territoire palestinien fait partie des pays partenaires de la coopération belge au développement. Outre la Coopération technique belge (CTB), de nombreuses ONG belges comme Solidarité socialiste, Oxfam Solidarité ou Broederlijk Delen soutiennent aussi des projets sur place.

Les syndicats se sont également investis dans la coopération avec la Palestine, que ce soit par l’envoi de groupes de syndicalistes sur le terrain ou par le soutien de syndicats ou de projets en Palestine même. La Centrale Générale a ainsi aidé à créer une section pétrochimie à la Palestinian General Federation of Trade Unions (PGFTU) et soutient également un centre d’information dans le quartier de Silwan à Jérusalem-Est.


Coopération décentralisée et jumelages

La coopération s’effectue aussi de manière décentralisée par des financements régionaux via des villes et communes belges voire par des écoles qui soutiennent des projets locaux en Palestine. Certaines villes et communes sont également jumelées avec des municipalités palestiniennes. En 2012, la ville de Tournai s’est ainsi jumelée avec la ville de Bethléem. La commune d’Ixelles est, quant à elle, jumelée avec la municipalité de Zababdeh située dans le nord de la Cisjordanie occupée.

 

Les artistes et les étudiants sont aussi solidaires

On ne compte plus les artistes inspirés par la Palestine et son combat pour ses droits. Plus qu’une inspiration, c’est aussi devenu un partenariat, une lutte commune. Chez nous, le centre culturel KVS accueille régulièrement des productions palestiniennes. Depuis quatre ans, le Festival Eye on Palestine met, quant à lui, l’accent sur le cinéma palestinien. Et puis, certains artistes soutiennent également l’appel de la société civile palestinienne au boycott académique d’Israël.

Le boycott académique, c’est aussi l’affaire des étudiants. Ceux-ci sont nombreux à se mobiliser dans les universités pour faire cesser les liens et échanges avec les institutions académiques israéliennes tant qu’Israël ne respecte pas ses obligations en matière de droit international. En 2013, la Fédération des étudiants francophones (FEF)s’est ainsi prononcée en faveur d’un gel des relations avec les universités israéliennes.

 

Diaspora palestinienne

A tous les liens qui existent entre la Belgique et la Palestine, il ne faut pas oublier d’ajouter la présence en Belgique de la diaspora palestinienne. La communauté palestinienne de Belgique n’est pas très nombreuse mais est présente de longue date en Belgique. Auparavant peu organisée bien qu’active au sein de nombreuses associations, elle s’est depuis organisée et connaît un souffle nouveau depuis 2012.

 

Vous aussi, vous pouvez participer !

De nombreux événements sont organisés tout au long de l’année sur des questions qui concernent la Palestine. Dans les événements réguliers, vous êtes les bienvenus aux Café Palestine (à 19h au Monk tous les 1ers jeudis du mois) et aux manifestations devant l’ambassade d’Israël (à 12h30 tous les 2es vendredis du mois, depuis 10 ans déjà).
Mais avant tout, on vous attend nombreux le 24 mai au Cinquantenaire pour célébrer la solidarité avec la Palestine ! (voir programme en 4e de couverture)

Print Friendly
Share

Comments are closed.