W3vina.COM Free Wordpress Themes Joomla Templates Best Wordpress Themes Premium Wordpress Themes Top Best Wordpress Themes 2012

Catégorisé | Analyses

Que d’hypocrisie…

Edito – Bulletin 58, novembre 2013

C’est à bon droit que la Commission européenne a adopté en juillet dernier de nouvelles Lignes directrices sur la participation d’Israël aux programmes de l’Union européenne. Ces règles sont censées empêcher Israël de bénéficier de soutiens financiers européens à la recherche et au développement dans les colonies de peuplement en Cisjordanie et à Jérusalem-Est.

Voilà enfin une initiative conforme à la légalité internationale. Le président Peres et le gouvernement Netanyahou s’en sont aussitôt offusqués et ont dépêché de toute urgence à Bruxelles nombre de délégués pour dénoncer à cor et à cri ces nouvelles mesures européennes. John Kerry, le Secrétaire d’Etat américain en charge des négociations dites « de paix », est intervenu lui aussi, arguant que ces mesures étaient malvenues au moment où devaient démarrer les négociations du soi-disant « processus de paix ». Cela s’appelle de la tentative d’ingérence…

Il nous faut nous mobiliser pour que l’UE applique ces nouvelles mesures car elle n’est que trop coutumière de belles déclarations mais aussi d’engagements qui restent tous lettre morte. Qu’a-t-elle fait, en effet, pour empêcher la mise en chantier de 1 708 logements au cours des 6 premiers mois de cette année 2013 dans les colonies en Cisjordanie et à Jérusalem-Est? Ces chiffres sont révélés par le mouvement israélien La Paix Maintenant. Qui, des responsables européens, a condamné fermement les nouvelles constructions dans les colonies et les nouvelles implantations sauvages ailleurs dans les territoires occupés?

C’était pourtant la seule condition de la partie palestinienne posée à M. Kerry pour reprendre les négociations. Des sanctions européennes ou étatsuniennes ont-elles été prises et lesquelles?

Bien au contraire, la Commission européenne s’exonère à bon compte de ses obligations liées au respect du droit international et poursuit avec persévérance la mise en œuvre d’un ensemble d’accords de coopération, de recherche, de libéralisation de son commerce, d’échanges culturels avec l’Etat d’Israël et son gouvernement populiste d’extrême-droite. Elle le fait d’ailleurs avec la complicité de tous ses Etats membres.

On ne laisse pas tomber un aussi fidèle allié dans une région où tant les Européens que les Etats-Unis et l’Otan le considèrent comme le porte-avions de la défense occidentale. C’est ainsi qu’au mépris de toutes les règles de droit et des conventions internationales, Israël peut poursuivre imperturbablement son occupation et le grignotage incessant des territoires palestiniens.

Seule une pression cohérente et continue des associations de défense des Droits de l’Homme, des syndicats, des ONG et des comités de solidarité avec les justes revendications des populations palestiniennes et de leurs organisations pourra contraindre les décideurs politiques européens à axer véritablement leur politique extérieure vers la promotion de la démocratie et du respect des droits de l’Homme dans leurs partenariats euro-méditerranéens.

Pierre Galand

Print Friendly
Share

Comments are closed.