W3vina.COM Free Wordpress Themes Joomla Templates Best Wordpress Themes Premium Wordpress Themes Top Best Wordpress Themes 2012

Catégorisé | Analyses

Quand les pierres volent dans le mauvais sens

Début mars, K., un habitant palestinien du village d’Al Mughayer, a mené son troupeau vers les pâturages. Comme les lecteurs de ce blog l’ont peut-être remarqué, la plupart des incidents rapportés ici ont lieu dans les pâturages, c’est une part des tentatives faites par les colons pour empêcher les Palestiniens de travailler leurs terres ou leurs pâturages. Dès que les Palestiniens abandonnent la terre à la suite de cette campagne de terreur (le gouvernement israélien, au mieux, ne fait pas obstacle et, au pire, soutient tranquillement les colons), commence un processus qui se termine par la confiscation des terres par les colons.

K. dit qu’il a rencontré un groupe d’environ 10 hommes, dont il pensait qu’ils étaient des colons. Ils n’étaient pas cagoulés. Une autre personne sur les lieux, Y., a noté que certains des colons étaient armés ; Y. est certain qu’il pourrait les identifier.

Les colons ont commencé à jeter des pierres à K., une l’a frappé à la tête et il s’est effondré. Y. les a vus approcher K. et jeter une pierre sur sa tête, même après qu’il soit tombé. Cela ne devrait pas être surprenant : un incident similaire a été rapporté en juin 2005. Des colons ont jeté une pierre après l’autre à la tête d’un garçon palestinien inconscient, alors que les soldats de Tsahal sur la scène sont restés inactifs. Cet incident, remarqué principalement parce qu’il avait été filmé, a causé une certaine indignation à l’époque, puis, comme d’habitude, a été oublié. Les Israéliens sont bons pour oublier de tels incidents.

Y. s’est précipité pour aider à K., car il craignait pour la vie de ce dernier. En conséquence, dit-il, les colons ont commencé à lui jeter des pierres à lui aussi. Il rebroussa chemin et les colons ont saisi l’occasion pour essayer de conduire une partie des moutons vers Adei Ad, un avant-poste à côté du pâturage. Certains d’entre eux ont préféré tuer les moutons : un des colons a jeté des pierres à la tête de moutons, tandis que l’autre en a tué certains avec un couteau. Certains moutons de K. ont été poignardés à mort, certaines bêtes de Y. ont été blessées par des pierres et vont peut-être mourir.

Les villageois sont rapidement arrivés sur les lieux. K. a été évacué vers un hôpital et une bagarre a éclaté entre les pogromchiks [participant à un pogrom ndtr] et les résidents palestiniens. Dès que la police est arrivée, les colons prirent la fuite. Il convient de noter que lorsque la police et l’armée israélienne ont rejoint les lieux, ils ont utilisé des gaz lacrymogènes et d’autres armes de dispersion des foules – contre les Palestiniens, bien sûr. Certains d’entre eux ont été blessés.

Il y a deux semaines, Israël a été furieux quand un juge militaire courageux, Amir Dahan, a jugé que lancer des pierres n’était pas forcément une tentative d’assassinat. Il a choisi de condamner les Palestiniens traduit devant lui pour jets de pierres et non sous l’accusation exagérée de tentative assassiner, telle que présentée par le procureur militaire. À la surprise du juge, il a été publiquement réprimandé par un commandant de brigade, qui n’a sans doute jamais entendu parler du principe de l’indépendance du système militaire de justice.

Jeter des pierres peut, dans certains cas en effet, quand une personne est au sol et qu’un voyou lui jette des pierres sur la tête, être considéré comme une tentative de meurtre. Nous pouvons être assurés, cependant, que la police de district de Shai parviendra à bâcler aussi cette enquête. En la matière, il y a assurément de l’expérience.

Yossi Gurvitz, blogueur pour Yesh Din

source : 972

traduction : Julien Masri

Print Friendly
Share

Comments are closed.