Gaza au bord de la catastrophe en raison de pannes d’électricité et du manque de carburant

gaza-electric-02-2012Le Centre Palestinien pour les Droits de l’Homme (PCHR) est fort préoccupé par la crise de l’énergie ayant lieu actuellement dans la bande de Gaza. La centrale électrique de Gaza a cessé de fonctionner hier car il n’y avait plus le carburant nécessaire à son fonctionnement, ce qui a causé de longues pannes dans toute la bande de Gaza. La bande de Gaza souffre également d’un manque de réapprovisionnement en carburant, ce qui a eu pour résultat de vider la plupart des pompes à essence .  Le PCHR a exprimé ses inquiétudes concernant les répercussions désastreuses de cette crise sur la population civile palestinienne et de ses impacts directs sur tous les services vitaux, et notamment sur l’approvisionnement en eau potable et les installations sanitaires et d’assainissement.

La Société de distribution d’électricité de Gaza a annoncé que comme la centrale électrique a totalement arrêté de fonctionner ce mardi 14 février, ce qui a accru la pénurie d’électricité dans la bande de Gaza jusqu’à 65% des besoins quotidiens. […] La Société a également souligné dans ses déclarations qu’elle était confrontée à de graves complications techniques au niveau de la distribution d’électricité aux consommateurs, soulignant que l’approvisionnement en électricité dans certains quartiers sera limité à 6 heures, et ensuite à 12 heures de pannes quotidiennes.

Le Ministère de la Santé à Gaza a déclaré un état de crise depuis l’arrêt des opérations de la  centrale de Gaza, qui a conduit à une importante pénurie dans l’approvisionnement du carburant pour les générateurs d’électricité des hôpitaux et des établissements de soins de santé. M. Bassam Barhoum, directeur des Magasins Généraux d’approvisionnement du Ministère de la Santé à Gaza, a déclaré que les longues pannes sont couplées à la pénurie de carburant dans les hôpitaux de toute la bande de Gaza. Le déficit de carburant a atteint 72% alors qu’il devient urgent d’activer les générateurs d’électricité des hôpitaux et des établissements de soins de santé. Il a ajouté que le taux de consommation en carburant dans tous les hôpitaux s’élevait à un total de 815 litres par heure.

M. Ashraf al-Qidra, porte-parole du ministère de la Santé, a souligné que plus de 80% des patients dans la bande de Gaza sont menacés par une détérioration de leurs conditions de santé en raison des pannes d’électricité et du stock de carburant nécessaire au fonctionnement des générateurs qui diminue pour les hôpitaux et les établissements de soins de santé. Il a en outre mis en garde contre une catastrophe sanitaire qui pourrait affecter directement tous les patients des services vitaux au sein des hôpitaux, dont le traitement dépend des ressources en électricité, dont les prématurés qui sont sous incubateurs, qui dépassent le nombre de 100. Plus de 400 patients, dont 15 enfants, sont toujours en danger, souffrant d’insuffisance rénale et qui ont besoin de dialyses deux ou trois fois par semaine, ainsi que 66 patients qui sont actuellement placés dans des unités de soins intensifs. Al-Qidra a indiqué que 39 salles d’opération, en plus des services d’urgence et de réception, de gynécologie, des laboratoires et des services de radiologie de tous les hôpitaux de la bande de Gaza, seront complètement paralysés si la crise continue.

Pour sa part, le Coastal Municipalities Water Utility (Service de l’eau pour les municipalités côtières – CMWU) a averti dans un communiqué publié le mardi 14 février 2011 sur son site internet, son incapacité à fournir de l’eau en quantités suffisantes aux personnes si la crise des pannes persistait. Ce communiqué soulignait également qu’en dépit des efforts de mise en fonctionnement des puits et des stations de pompage déployés par le CMWU durant les périodes de panne, celui-ci ne peut pas résoudre le problème parce qu’il est impossible d’établir une cohérence entre les horaires de distribution d’eau et de distribution d’électricité dans les différents quartiers de la bande de Gaza à cause des longues périodes de panne, ce qui provoque des perturbations du programme régulier de fourniture en eau des différentes zones, et a un impact conséquent sur tous les aspects de la vie des habitants de la bande de Gaza.

L’Autorité palestinienne de l’énergie dans la bande de Gaza a annoncé que le fonctionnement de la centrale électrique de Gaza a été totalement arrêté dans la matinée de ce mardi 14 février 2012, en raison du manque de carburant. L’Autorité de l’énergie a expliqué que la pénurie de carburant est due à des mesures prises volontairement pour empêcher la livraison à Gaza. Il faut préciser que le fonctionnement de la centrale électrique de Gaza dépend généralement du carburant industriel importé d’Israël. En raison des fréquentes fermetures des frontières et du refus régulier d’approvisionner en combustible, en addition au prix élevé du carburant, l’Autorité palestinienne de l’énergie a cessé d’importer le carburant provenant d’Israël en janvier 2011. Au lieu de cela, elle a décidé d’importer du carburant provenant d’Egypte via les tunnels le long de la frontière Palestine-Egypte, carburant que les techniciens sont parvenus à adapter afin qu’il convienne à la centrale électrique de Gaza.

À la lumière de ce qui précède, le PCHR:

1. Met en garde contre les graves conséquences de l’arrêt total de la centrale électrique de Gaza et de l’impact sur l’accès des 1,6 million de Palestiniens aux services essentiels, notamment sur l’approvisionnement en eau potable, et sur le travail dans certains secteurs vitaux comme la santé, l’assainissement et l’éducation;
2. Souligne la responsabilité et les obligations de l’Etat d’Israël, en tant que puissance occupante de la bande de Gaza, et en vertu du droit international humanitaire en ce qui concerne le bien-être de la population civile dans le territoire occupé, dans la nécessité de permettre le passage de matières premières, dont le carburant nécessaire au fonctionnement de la centrale électrique de Gaza. Il est interdit d’imposer des restrictions sur l’entrée des matériaux de base à l’intérieur du territoire occupé ni d’utiliser de telles restrictions en guise de punition collective contre la population civile;
3. Appelle toutes les parties concernées, y compris les deux gouvernements palestiniens de la bande de Gaza et de Ramallah ainsi que la Gaza Electricity Distribution Company (Société de distribution d’électricité à Gaza), à déployer tous les efforts possibles afin de fournir le carburant nécessaire à la ré-exploitation de l’usine électrique de Gaza, et à assurer le fonctionnement continu de l’usine;
4. Réaffirme qu’il est nécessaire de rechercher immédiatement des solutions stratégiques pour mettre fin à l’actuelle crise de l’énergie, qui a des répercussions sur la bande de Gaza toute entière depuis environ 6 ans;
5. Souligne que les civils palestiniens ne doivent pas supporter le poids de l’échec des parties responsables de cette crise. Ainsi, ces parties doivent s’engager à fournir les civils palestiniens, en toutes circonstances, avec les services d’alimentation.

Source : PCHR – 15 février 2012

Traduction: F.C.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.