“La Clé du sol”, film documentaire de Muriel Jacoub

Quand :
20 mars 2019 @ 19 h 30
2019-03-20T19:30:00+01:00
2019-03-20T19:45:00+01:00
Où :
22 rue du Séminaire, 5000 Namur
Quai 22
Contact :
Coordination namuroise belgo-palestinienne

Projection du film “La Clé du sol”, documentaire de 46 minutes, en présence de la réalisatrice Muriel Jacoub.

” Au cours de mes précédents voyages, mon attention s’est portée sur les nombreuses fresques, dessins, graffitis qui occupent une large place sur les murs des territoires palestiniens occupés et au-delà des frontières. Ces oeuvres nous racontent toutes une histoire passée et présente. Celle qui a retenu mon attention est la fameuse histoire de la clé du droit au retour. Les anciens ont-ils encore la clé ? Qu’en est-il aujourd’hui de la transmission ? Qu’en est-il des 500 villages et plus qui ont été détruits ? Les Palestiniens ont-ils renoncé à revenir un jour à la maison? Face à cette interrogation j’ai repris la route en octobre 2016.

Entre 1947 et 1952 plus de 500 villages palestiniens ont été vidés de leur population palestinienne chrétienne ou musulmane. En 1948, lors de la Naqba (Catastrophe) le nettoyage ethnique de la Palestine s’est mis en place particulièrement violent jusqu’en 1952 mais qui se poursuit sous une forme plus pernicieuse 70 ans plus tard. Le nombre de 750.000 palestiniens expulsés entre 1948 et 1952 est communément retenu par les spécialistes.

Partir sur les routes sans aucun repaire ni certitude de retrouver la trace des villages détruits, retrouver les habitants des villages identifiés,voilà notre périple du nord au sud d’est en ouest. Ces incroyables rencontres dont les voix résonnent de cette Palestine fragmentée des femmes, des hommes, des enfants, tous ont en commun le même désir retourner à la maison.

La plupart des villages ont été détruits, totalement rasés ou plantés d’une végétation non adaptée au climat, pour effacer toute trace de la présence palestinienne. Les noms ont été modifiés, certains disent que des milliers de livres de géographie auraient été détruits. Si quelques villages ont été conservés, ils sont aujourd’hui habités uniquement par des israéliens juifs. Les populations autochtones n’obtenant jamais la possibilité de retourner vivre sur leurs terres.”

https://www.youtube.com/watch?v=06T2SbEZ-Dk

Laisser un commentaire

Top