Des Palestiniens demandent l’ouverture de la rue Shuhada

openshuhadastreetOn estime à un millier le nombre de Palestiniens, rejoints par des militants israéliens et internationaux, descendus dans les rues vendredi pour exiger l’ouverture de la rue Shuhada (Martyrs), une ancienne rue de la ville d’Hébron en Cisjordanie. Les forces israéliennes d’occupation ont tiré des balles à pointe mousse, du gaz lacrymogène et des grenades sonores ayant pour résultats des blessures graves chez neuf manifestants, en plus des nombreuses personnes qui ont subi les effets néfastes de l’inhalation des gaz.

Les manifestants ont tenté de rejoindre la rue Shuhada, mais ont été interceptés par les forces israéliennes qui ont formé un mur humain pour empêcher les Palestiniens d’atteindre la rue qui autrefois hébergeait le principal marché de la ville. Les manifestants ont marché vers la ligne des soldats, brandissant des pancartes et scandant: «Nous ne voulons pas des colons, ni l’occupation,” et, “les gens veulent la rue Shuhada.”

Les forces israéliennes ont utilisé des méthodes de dispersion anti-émeute à de multiples endroits où ils ont été surpassés en nombre par les manifestants qui s’étaient rassemblés. L’utilisation de ces armes a bien segmenté la foule qui a été forcée de se disperser dans les rues et les ruelles adjacentes pour éviter les gaz lacrymogènes incapacitant et les grenades assourdissantes qui désorientent. Une petite minorité de jeunes palestiniens ont riposté avec des jets de pierres seulement après que les forces israéliennes aient violemment réprimé les l’affirmation par les manifestants de leurs droits à la liberté d’expression et la liberté de mouvement. (Je mentionne ceci dans un souci de réfuter les articles et les titres trompeurs qui retransmettent les revendications des porte-parole militaires israéliens, en insistant sur le préjudice causés à cinq officier de la police des frontières israélienne tout en oubliant l’histoire et les réalités politiques actuelles de la colonisation de Hébron par Israël).

La manifestation de vendredi marquait le 17e anniversaire du massacre par Baruch Goldstein de 29 Palestiniens qui priaient dans la mosquée Ibrahimi à Hébron. Après le massacre de 1994, la rue Shuhada – une artère principale desservant la vieille ville de Hébron ainsi que la Mosquée Ibrahimi – a été fermée à la circulation palestinienne. Pas de voitures palestiniennes, ni de Palestiniens eux-mêmes ne sont autorisés sur la rue Shuhada, tandis que, les colons israéliens sont autorisés à circuler librement en étant sous la protection de l’armée israélienne. Beaucoup de Palestiniens dont les maisons sont situées sur la rue Shuhada ne sont plus en mesure d’utiliser leurs portes. Certains résidents de la rue Shuhada sont forcés d’utiliser des échelles liées aux toits voisins pour quitter leur foyer.

Comme on l’a vu à Hébron ce vendredi, le gouvernement israélien continue à réprimer la résistance palestinienne populaire et tente de brosser tous les Palestiniens participant activement à la lutte non-violente comme des individus déviants et violents. De manière prévisible, les médias israéliens ont rapporté que des fauteurs de troubles jetant des pierres ont cherché à accéder au “quartier juif” d’Hébron, alors qu’en fait, les manifestants ont tenté d’accéder à une rue, située au cœur d’une ville arabe, à laquelle ils ont été interdits d’accès sur base de critères ethniques. Contrairement à ce que véhicule la hasbara israélienne (propagande), les revendications des Palestiniens à Hébron, et de tous à travers la Cisjordanie, qui luttent quotidiennement contre le projet colonial israélien en expansion sont celles de gens ordinaires, des gens qui ont été poussés à bout par l’occupation inhumaine d’Israël.

Par Samuel Nichols

Source : Waging Noviolence, 28 février 2011

Pour plus d’infos sur la campagne « Open Shuada Street » :

–    http://openshuhadastreet.org/
–    http://www.youthagainstsettlements.org/

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.