Contre l’accord de l’eau entre Mekorot et EPAL (Portugal)

logo1Mekorot, l’entreprise nationale de l’eau israélienne, a signé un accord commercial avec EPAL, l’entreprise portugaise qui approvisionne 2,5 millions de personnes dans la région de Lisbonne. Cet accord a pour but de protéger le système portugais municipal de l’eau contre les “menaces terroristes”, en se basant sur la prétendue “compétence” de Mekorot dans ce domaine. L’accord est, en réalité, une tentative voilée de faire en sorte que Mekorot tire profit de ses nombreuses années d’expérience en tant qu’agent de l’occupation illégale et immorale israélienne de la Palestine.
L’accord avec le Portugal est une plateforme de lancement pour que l’entreprise puisse vendre ses services dans le reste de l’Europe, tout en finançant l’appareil militaire israélien avec des millions de dollars. Cet argent sera inévitablement utilisé pour consolider l’appropriation criminelle des aquifères palestiniens.

Un rapport d’Amnesty International publié en octobre 2009 accuse Israël de nier aux palestiniens l’accès à l’eau. “Des piscines, des pelouses bien arrosées et de grandes fermes irriguées dans les colonies israéliennes sont en contraste flagrant avec les villages palestiniens, dont les habitants luttent pour pouvoir satisfaire leurs besoins domestiques en eau”, affirme le rapport. La consommation quotidienne d’eau par personne en Israël est quatre fois supérieure aux 70 litres consommés en Cisjordanie et dans la Bande de Gaza, un chiffre très inférieur à celui recommandé par l’Organisation Mondiale de la Santé.
Israël détourne plus de 80% de l’eau de l’aquifère de la Montagne. Cet aquifère est l’unique réserve d’eau potable pour les palestiniens, alors qu’Isräel capte de l’eau à d’autres sources, y compris le fleuve Jourdain. Entre 180.000 et 200.000 palestiniens des communautés rurales de Cisjordanie n’ont pas accès à l’eau douce. Environ 90% à 95% de l’approvisionnement de l’eau potable de Gaza ont été contaminés par des eaux usées et de mer et sont devenus impropres à la consommation.

Le Comité de Solidarité avec la Palestine a écrit une lettre à EPAL, pour protester contre l’accord passé avec Mekorot. L’entreprise a défendu l’accord, niant sa responsabilité concernant le destin des palestiniens. Ajoutant l’insulte à l’offense, EPAL a licencié une employée qui avait contesté l’accord, ce qui est une tentative de limiter la liberté d’expression dans l’entreprise.
Cependant, du point de vue des directives de l’Union Européenne pour l’attribution de marchés publics (2004/18/EC), EPAL se trouve sans une situation délicate et l’accord peut être annulé si l’opinion publique exerce sa pression. La presse portugaise a déjà exprimé son intérêt pour cette affaire. Ceci est un appel international destiné précisément aux militants de par le monde afin de nous aider à empêcher l’accès de Mekorot aux marchés européens dès maintenant.

Exigez que EPAL annule son accord avec Mekorot TOUT DE SUITE !

1 – Ecrivez à EPAL, à la Ministre portugaise de l’Environnement (ministère de tutelle) et aux médias portugais pour dénoncer cet accord honteux et pour exiger que EPAL rompe avec Mekorot.

Merci de nous envoyer une copie de tout votre courrier à : stopmekorotcampaign@gmail.com

Lettre modèle (en portugais) : http://bit.ly/12zuWF

· Conseil d’administration de EPAL : jose.zenha@epal.pt , jose.zenha@epal.pt , jose.figueira@epal.pt , anita.ferreira@epal.pt , blopes@epal.pt , mario.maria@epal.ptjoaquim.sereno@epal.pt , luis.branco@epal.pt , conceicao.almeida@epal.pt , francisco.serranito@epal.pt , daniela.santos@epal.pt , carlos.saraiva@epal.pt , paulo.rodrigues@epal.pt , barnabe.pisco@epal.pt , maria.benoliel@epal.pt , nilopes@epal.pt , ldurao@epal.pt , mario.cruz@epal.ptana.pile@epal.pt , margarida.santos@epal.pt

· Ministre portugaise de l’Environnement, Dulce Pássaro : gmaotdr@maotdr.gov.pt

pour en savoir plus :

1. Collaboration immorale de l’entreprise portugaise de l’eau EPAL avec Israël

2. Rapport d’Amnesty International “Troubled Waters” (octobre 2009, en anglais)

3. Vidéo: Rapport de Al-Jazeera (27 octobre 2009) :

4. Vidéo: Rapport de Al-Jazeera (14 novembre 2009, en anglais) :

Laisser un commentaire

Top